L’effet cathartique d’un blogue de voyage (lettre à ma fille prématurée)

Il y a exactement deux ans, tu venais au monde dans un contexte difficile. Cette journée, je ne l’oublierai jamais, car il s’agit très certainement de la plus difficile que j’ai eu à vivre jusqu’à maintenant. Je garderai toujours en mémoire l’ambivalence qui m’habitait à l’idée de te donner naissance deux mois avant terme. Beaucoup d’émotions se bousculaient en moi; de la joie, bien sûr, mais malheureusement assombrie par beaucoup de colère, de culpabilité, de peur et de tristesse. Quatre mois après ta naissance, à la suite d’une longue hospitalisation, je t’ai écrit une première lettre pour t’expliquer certaines de mes réactions et m’en excuser. À l’époque, je ne tenais pas encore de blogue, mais mon besoin d’écrire s’imposait de plus en plus…

img_0784
Ta première photo le jour de ta naissance. Tu pesais 3,4 lbs (1,5 kg)

Quelques mois plus tard, j’ai décidé de me lancer dans l’écriture de mon propre blogue en partageant avec d’autres ma passion pour les voyages. Ce blogue, je te le dois, car tu me l’as inspiré. Pendant mes nombreuses journées à te veiller à l’hôpital, je ressentais le besoin de me libérer des émotions négatives qui m’habitaient de plus en plus. Dans un premier temps, écrire m’a permis de me centrer sur des souvenirs positifs, en évitant de sombrer dans la déprime qui me guettait jour après jour. Je ressentais le besoin de demeurer cette femme forte et heureuse aux yeux des autres, tes frères et toi surtout, même si j’étais en fait profondément fragile et vulnérable. Alors que certains pourraient être tentés de le voir comme un loisir futile, ce blogue m’a permis de ne pas perdre pied et de m’accrocher à ce que la vie a de plus lumineux à offrir. Il s’agit sans doute d’un réflexe ou d’un instinct de survie. Plutôt que d’être paralysée par les émotions négatives qui m’habitaient, je les ai surmontées. En racontant mes voyages d’abord et puis, petit à petit, en parlant de toi, de moi, de notre famille, de tes frères (ici et ici) et de la prématurité. Bref, avec du recul, je réalise que l’écriture de ce blogue a eu pour moi un effet cathartique.

img_0926
À l’hôpital, alors que tu avais un mois

Quand je fais le bilan de ces deux premières années à voyager avec toi, je ne peux m’empêcher de sourire et de remercier la vie. Toi qui étais si petite et d’apparence si fragile, tu es aujourd’hui une petite fille curieuse, dynamique, affectueuse, drôle, expressive, déterminée et profondément attachante. Pour nous, ta famille, tu es un véritable rayon de soleil qui illumine chacune de nos journées. Tu sais profiter de la vie mieux que quiconque et je ne peux m’empêcher de croire que c’est sans aucun doute parce que tu as failli la perdre très tôt. Tu mords dans la vie à pleines dents, en abordant chaque nouvelle expérience avec enthousiasme et intensité. Où que tu ailles, tu suscites l’amour et la joie autour de toi, tu rayonnes par ta présence enjouée, ta candeur et l’affection que tu témoignes à tes proches.

Notre reine du #shopping prête pour #halloween #pumpkin #iledorleans #quebec #citrouille #enfamille #travelblog #travelwriter #nosracinesur4continents

A post shared by nosracines sur 4 continents (@nosracinesur4continents) on

Pour célébrer ton deuxième anniversaire et ta grande force, j’ai donc pensé revenir sur nos voyages les plus marquants en photos. Bien que ta santé nous ait contraints à mettre en veilleuse notre besoin de voyager au cours de tes premiers mois de vie, ton expérience de globe-trotteuse a débuté alors que tu avais à peine neuf mois. Depuis, tu as pris l’avion plus d’une dizaine de fois pour aller partager tes sourires dans différentes villes comme Porto, Lisbonne, ParisLas Vegas, Chicago, Nashville et Séoul.

En ce jour spécial, je veux que tu saches à quel point je suis fière de toi et de ton parcours. Tu es une source d’inspiration pour tous les gens qui t’entourent, moi la première. Je t’aime du plus profond de mon cœur et je nous souhaite encore plein de merveilleux moments de bonheur en famille, ici comme ailleurs. Je ne ferai jamais le tour du monde, le tour de mon monde, mais j’espère en explorer le plus possible avec ton papa, tes frères et toi à mes côtés… Et ça se poursuit dès demain avec un séjour familial à Portland! À suivre…

7 réflexions sur “L’effet cathartique d’un blogue de voyage (lettre à ma fille prématurée)

  1. Déjà 2 ans ,mais que cela passe vite ,toi petite ,menue ,si fragile tu évolues si bien ,voyage possiblement plus que moi :tu as un grand avenir si bien entouré.Tu as gardé un petit visage angelique, toi si mignonne. Je remercie tes parents de nous donner de tes nouvelles et de partager leurs expériencespour aider ces parents qui traversent un gros tsunamie
    lucie xxx

    Aimé par 1 personne

  2. C’est étrange car moi je n’ai jamais rien écrit sur la prématurité, alors que justement j’en ai beaucoup voulu à toutes les autres mamans de ne rien avoir écrit dessus (j’ai passé pas mal de temps à chercher des témoignages sans rien trouvé à l’époque).
    En tout cas elle est très belle ta fille.

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que chacun vit cette épreuve à sa manière. Pour moi, l’écriture s’est imposée d’elle-même… Pour mon mari, ce fut la course à pied.

      Je le fais pour moi avant tout, mais ça me fait vraiment plaisir quand je sens que ça peut aider d’autres parents qui vivent cette épreuve…

      Merci pour ton petit mot. C’est vrai qu’elle est belle, à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle est très attachante. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s