Ce jour où j’ai traqué la lave du volcan Kilauea

Big Island - lave

Je ne suis pas une grande sportive et je l’étais encore moins il y a cinq ans, lors de mon séjour à Hawaii. Toutefois, aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours été curieuse de vivre de nouvelles expériences, même si ces dernières peuvent mettre mes aptitudes physiques à rude épreuve. Lorsque je me suis retrouvée sur Big Island avec mon amoureux, en 2010, j’avais envie de repousser mes limites, de vivre des sensations fortes. Nous avions d’ailleurs décidé de faire ce voyage sans notre garçon alors âgé de quatre ans, afin de vivre une expérience différente (du moins pour nous) : faire le tour de l’île en Westfalia. Nous avions une idée assez précise des lieux que nous souhaitions visiter, sans toutefois avoir tout prévu. L’un de ces lieux incontournables était, à mes yeux, le Parc National des Volcans. Une fois sur place, nous l’avons évidemment parcouru en long et en large avec grand intérêt, mais je n’étais pas encore rassasiée. J’en voulais plus. Je voulais vivre l’expérience jusqu’au bout et voir de la lave d’un volcan actif de plus près. Différentes alternatives s’offraient à nous pour vivre cette expérience, notamment l’hélicoptère et le bateau, mais je n’arrivais pas à faire un choix. Je n’étais pas véritablement tentée… Jusqu’à ce que j’entende parler d’une expérience de « hiking » permettant de traquer la lave du volcan Kilauea à quelques centimètres de distance. C’était exactement ce que je cherchais sans le savoir… Je vous propose ici le récit de cette aventure, que j’avais pris soin de coucher sur papier le soir même, afin que ce souvenir demeure impérissable…

Sur les traces de Pélé…

Je me souviendrai toujours de cette journée où je suis allée à la rencontre du volcan Kilauea. C’est avec Arnott’s Lodge que nous nous sommes improvisés « chasseurs de lave », en nous inscrivant le matin à l’excursion Pahoa Lava Hike qui devait avoir lieu le soir même. Les prévisions météorologiques étaient nettement défavorables et notre guide, Mike, nous a bien avisés qu’il était possible de ne rien voir une fois sur place. Tant pis, c’était la seule journée où nous pouvions faire l’excursion, après quoi nous devions repartir sur l’île d’Oahu. Nous étions toutefois bien décidés à tenter le coup malgré tout. En plus de notre guide, nous étions cinq participants à cette excursion : mon mari et moi, un militaire américain de stature imposante (que j’ai secrètement surnommé G.I. Joe) et un couple d’étudiants en géologie plutôt maigrichons, en provenance de l’Australie – vous comprendrez plus tard pourquoi je fais ces précisions physiques qui semblent totalement superflues à ce stade de mon récit. Tous les membres du groupe étaient très sympathiques et l’ambiance était à la rigolade. Nous sentions tout de même une certaine fébrilité nous envahir, voire de la nervosité, sous des airs nonchalants et quelques fous rires.

L’excursion devait nous mener dans une zone nommée Pahoa. Pour ce faire, nous devions traverser une propriété privée, d’où la nécessité de nous rendre sur les lieux en excursion guidée. La compagnie Arnott’s Lodge avait alors une entente avec le propriétaire, bien que le contenu de cette dernière soit resté relativement flou dans les propos de Mike. Étions-nous autorisés à être là? La réponse ne semblait pas évidente à énoncer. Oui et non. Disons simplement que notre présence semblait tolérée. Nous avons donc marché environ 8 kilomètres afin de nous rendre sur les lieux. La distance en soi n’était pas un défi, mais le sol inégal de lave durcie sur lequel nous devions poser les pieds rendait la randonnée assez sportive. La nuit tombait tranquillement, sans toutefois nous empêcher de bien distinguer le sol sur lequel nous marchions. Je me félicitais intérieurement de porter des chaussures de sport, ce qui m’arrivait rarement à cette époque où les talons hauts semblaient un prolongement naturel de mon corps. Je me sentais bien. Ivre d’adrénaline. Exaltée. J’étais sur le point de vivre un grand moment, de ceux que l’on expérimente rarement dans une vie et que l’on se remémore longtemps, et j’en avais pleinement conscience. En chemin, G.I. Joe était très galant, pour ne pas dire paternaliste, et regardait minutieusement le sol où nous posions les pieds. On aurait pu croire qu’il était en mission pour son président et qu’il devait veiller à la sécurité de chacun de nous. C’était plutôt rigolo. Les deux étudiants en géologie peinaient un peu à suivre le groupe, entre leurs pauses pour reprendre leur souffle et celles pour s’émerveiller devant chaque roche qu’ils croisaient sur leur route. Mike commençait à s’impatienter et les pressait de hâter le pas, afin de ne pas manquer le spectacle. Soudain, nos deux apprentis géologues se sont agités dans tous les sens en pointant quelque chose au loin. Cette fois, il ne s’agissait pas d’un vulgaire caillou, mais plutôt de la fumée du volcan. Nous y étions presque. J’avais des papillons dans le ventre, le rouge aux joues et le souffle court d’excitation. Plus nous avancions, plus nous étions en mesure de distinguer la coulée de lave qui s’approchait dangereusement des habitations…

Moi : « J’imagine que ce sont des maisons abandonnées? »

Mike : « Non, elles sont habitées. Les Hawaiiens ne s’opposent pas à Pélé, ça porte malheur ». 

Moi : « Vraiment? »

Mike nous a alors expliqué que Pélé, déesse du feu, de la danse et des volcans, fait l’objet de plusieurs légendes dans la culture hawaiienne. Selon l’une d’elles, la déesse se serait enfuie de Tahiti après une dispute avec sa sœur Namakaokahai, déesse de l’eau. Elle s’est alors installée à Hawaii, au creux du volcan Kilauea. Depuis, les habitants la craignent autant qu’ils la respectent. Lorsque le volcan s’agite et menace les habitations du secteur, les propriétaires font des offrandes à la déesse en espérant que leurs biens seront épargnés. Certains s’opposent même à ce que les autorités détournent une coulée de lave afin de sauver leur maison, de peur de s’attirer les foudres de Pélé.

En route vers le volcan, Big Island
En route vers le volcan, Big Island
La lave durcie et inégale sur laquelle nous avons marché sur 8 kilomètres
La lave durcie et inégale sur laquelle nous avons marché sur 8 kilomètres, Big Island.
Nous apercevons la fumée du volcan au loin, Big Island
Nous apercevons la fumée du volcan au loin, Big Island
Des habitations avec la coulée de lave tout près... Big Island
Des habitations avec la coulée de lave tout près… Big Island

Un spectacle saisissant…

J’ai eu l’impression que la nuit tombait d’un seul coup, sans que mes yeux aient pu s’habituer à l’obscurité. Sur ce rideau noir, opaque,  le volcan actif et la coulée de lave se découpaient de façon saisissante. Plus j’avançais, plus je sentais l’exaltation me gagner. J’avais la gorge serrée et le cœur qui battait à plein régime dans ma poitrine. Je savais que je ferais bientôt une rencontre marquante. Celle du Kilauea, le volcan le plus actif de la Terre. Sous nos pieds, le sol craquait de plus en plus et la chaleur devenait suffocante. Nous avons finalement atteint la coulée de lave. Contrairement aux conditions météorologiques annoncées, la nuit était parfaite pour traquer la lave du volcan. Même Mike n’en revenait pas et jurait ne pas avoir vu un tel spectacle au cours des dix dernières années. Je ne sais pas si c’était exact ou si ses propos étaient motivés par la perspective d’un plus gros pourboire à la fin de la journée, mais chose certaine, il semblait dépassé par la situation. Nous nous tenions à quelques mètres de la lave qui s’avançait rapidement vers nous, nous sentions la morsure du feu à travers nos semelles. J’étais hypnotisée par ce spectacle aux couleurs éclatantes et je ne saurais dire combien de temps nous sommes restés là. Dix minutes? Une heure? Je ne sais pas. J’étais trop absorbée par ma contemplation de ce liquide orangé qui se répandait devant moi. Le site n’était aucunement sécurisé et je m’étonne encore qu’aucun membre du groupe ne se soit blessé. Il aurait suffit d’un pied qui reste coincé dans une fissure du sol anthracite ou d’une chute accidentelle, pour que l’expérience dérape et devienne cauchemardesque (c’est la maman en moi qui parle maintenant). Heureusement, rien de tel ne s’est produit.

De loin, nous apercevons le volcan et la coulée de lave, Big Island
De loin, nous apercevons le volcan et la coulée de lave, Big Island
Devant la coulée de lave, complètement hypnotisée, Big Island
Devant la coulée de lave, complètement hypnotisée, Big Island
Le liquide s'avance vers nous très rapidement, Big Island
Le liquide s’avance vers nous très rapidement, Big Island
Il fait très chaud, Big Island
Il fait très chaud, Big Island

Le plus difficile fut de rebrousser chemin pour revenir à notre point de départ. J’étais fatiguée et je me sentais de plus en plus lasse à mesure que nous nous éloignions du volcan qui, bientôt, se transforma en vague halo de feu que je distinguais à peine dans l’obscurité. La nuit noire et silencieuse se refermait sur nous. Nous  marchions en file indienne avec nos lampes frontales, munis de bâtons de bois. Une légère pluie a commencé à tomber, faisant disparaître définitivement le feu que nous avions aux joues quelques minutes plus tôt. Je frissonnais en regrettant de ne pas avoir pris une veste plus chaude. Nous nous sommes peu à peu enfoncés dans un sentier étroit, au bord d’une falaise surplombant la mer. J’entendais les vagues se fracasser sur le rivage, mais ce son familier n’avait pas sur moi son effet d’apaisement habituel. Les sens en éveil, j’étais prête à bondir à tout moment. De curieux bruits ont peu à peu commencé à émerger des hautes végétations qui bordaient le sentier à notre gauche. Les deux apprentis géologues étaient paniqués, ce qui n’a fait qu’empirer mon malaise. C’est ce moment que Mike a choisi pour nous parler des cochons sauvages qui étaient nombreux en ces lieux. Super Timing! Il nous a conseillés d’utiliser nos bâtons de marche pour nous défendre au besoin. À chaque grognement, j’utilisais ma lampe pour éclairer les herbes plutôt que le sentier. Je crois que j’aurais été prête à me lancer dans la mer du haut de la falaise plutôt que de me retrouver devant un cochon sauvage. Ce n’est absolument pas rationnel, je sais, mais je n’ai jamais les bons réflexes dans ce genre de situation. Je me résonnais en me disant que j’étais en sécurité, entre mon homme et G.I. Joe. Sérieusement, je ne pouvais pas être mieux positionnée. La féministe en moi se faisait beaucoup plus timide qu’à son habitude. 😉 Nous avons finalement rejoint le Westfalia sains et saufs. Alors que j’aime habituellement prendre mon temps pour savourer un repas, je me suis lancée sur les mets préparés du Tacos Bell, que j’ai engloutis à la vitesse de l’éclair avant de m’effondrer dans mon lit. Ce fut une expérience déstabilisante, certes, mais les souvenirs de cette soirée resteront gravés dans ma mémoire pour toujours.

*** En préparant ce billet, j’ai communiqué avec Arnott’s Lodge afin de savoir si la randonnée que nous avions testée était toujours disponible pour les visiteurs. Ne la voyant plus sur leur site Internet, j’avais quelques doutes. J’ai reçu une réponse rapide à l’effet que cette excursion n’est plus disponible avec eux, mais qu’une autre compagnie (Ahiu Hawaï) offre une expérience similaire.

Le tour de Big Island en Westfalia : nos sites préférés et nos coups de cœur

Big Island - lave

Après un court vol Honolulu – Hilo (voir mon billet précédent sur l’île d’Oahu), nous partons à la découverte de Big Island en Westfalia, le Mahana Pu’u (loué à la compagnie Happy Campers). Le tour de l’île nous permet de vivre des expériences uniques : admirer le coucher du soleil au sommet du Mauna Kea, nager avec des tortues de mer, regarder la lave qui s’écoule du volcan Kilauea, découvrir des pétroglyphes gravées dans la lave sur les flancs du Pu’u Loa, marcher dans un tube de lave formé depuis plus de 500 ans, se prélasser sur des plages de sable blanc, blond, noir… et même vert!

Ces expériences vous font rêver? Voici nos impressions sur les sites que nous avons visités aux quatre coins de l’île. Elles sauront, nous l’espérons, vous inspirer dans vos propres découvertes sur cette île, qui va bien au-delà des clichés généralement associés à l’Aloha State.

Notre itinéraire sur Big Island, Hawaii - 2010
Notre itinéraire sur Big Island, Hawaii

Voyager en Westfalia… Et pourquoi pas?

Découvrir Big Island était un rêve que je caressais depuis longtemps. J’avais salivé d’envie en regardant les albums de mes amis qui avaient eu l’occasion d’y aller et j’avais une bonne idée des sites que je souhaitais visiter. Cette fois, c’était mon tour et j’allais savourer chaque moment de cette petite escapade en amoureux!

Le choix du Westfalia pour vivre notre aventure sur l’île s’est rapidement imposé à nous lorsque nous avons tracé notre itinéraire. Nous voulions découvrir le maximum de cette île, sans perdre de temps à alterner les check in et les check out. Nous voulions être mobiles, nous laisser porter par l’aventure, tout en nous sentant libres de nous attarder dans certains lieux qui nous plaisent ou d’écourter le temps passé sur d’autres sites qui, à nos yeux, étaient décevants. Le Westfalia se prête bien à ce style de voyage. Douillette de nature, j’avais quand même des craintes quant au confort limité de ce type de voyage… Mais je vous en parlerai dans un prochain billet. 😉

Big Island, Hawaii - 2010
Le tour de Big Island en Westfalia, Hawaii

La Côte Est et ses environs

Hilo

Petite ville pluvieuse, Hilo a plusieurs charmes à vous partager. Pour bien débuter votre séjour dans cette ville, nous vous suggérons de faire le plein de fruits frais et de souvenirs au  Hilo Farm Market. Au carrefour de Mamo Street et de Kamehameha Avenue, ce marché exotique est ouvert le mercredi et le samedi en matinée. Souriants et accueillants, les vendeurs s’y font un plaisir de vous présenter leurs produits et de vous donner des conseils sur les lieux à ne pas manquer dans les environs. Les hawaïens sont fiers de leurs îles et ils ont bien raison de l’être!

Après quelques achats, il est intéressant de faire un petit arrêt sur Banyan Drive, une avenue circulaire bordée d’une cinquantaine de banians immenses. Ces arbres sont plantés, depuis 1933, par des célébrités venues visiter l’île. Cette avenue est d’ailleurs surnommée Hilo Walk of Fame. À proximité, vous pouvez découvrir Liliuokalani Gardens, un parc créé par la Reine Liliuokalani, en hommage aux premiers habitants japonais de l’île. Faisant face à la baie d’Hilo, l’endroit est très zen et il est possible d’y faire une balade agréable à travers ses petits sentiers, qui conduisent sur de jolis ponts traversant des étangs. La végétation que l’on y retrouve est à la fois colorée et très diversifiée. À partir de ce parc, il est possible de rejoindre Coconut Island, une petite île accessible par le biais d’une passerelle piétonne du haut de laquelle vous pourrez admirer des tortues qui valsent dans l’eau. Située dans la baie d’Hilo, le nom d’origine de l’île est Mokuola, qui signifie « île de la vie » ou « guérison », car les eaux qui la bordent ont longtemps été réputées pour leurs vertus thérapeutique. Vous y trouverez des aires de pique-nique ainsi qu’une plage de sable fin.

Liliuokalani Gardens, Hilo, Big Island, Hawaii - 2010
Liliuokalani Gardens, Hilo

Plusieurs plages méritent également de vous y attarder. Si vous souhaitez nager avec des tortues, Richardson Beach Park est l’endroit par excellence. Il s’agit d’une plage de sable noir, protégée par des rochers de lave naturelle, qui offre des conditions parfaites pour la plongée en apnée. Ce sont des locaux qui nous avaient conseillé l’endroit et nous n’avons pas été déçus. Nous avons eu la chance de nous y baigner avec deux tortues immenses dans un endroit paradisiaque. Des instants magiques! Également réputé pour être fréquenté par les dauphins et les tortues, Leleiwi Beach Park est l’endroit parfait pour faire un pique-nique à l’ombre des palmiers. De nombreux poissons tropicaux y trouvent refuge, ce qui fait de cette plage un lieu de plongée populaire. Nous avons pu y apercevoir des tortues et des dauphins, à quelques mètres de distance. Autrefois très populaire, Hilo Bay Beachfront Park est l’une des plus longues plages de Big Island. En raison de la pollution de ses rives, elle est aujourd’hui peu fréquentée par les baigneurs, mais elle demeure un endroit où les touristes et les locaux vont pêcher et pratiquer des sports nautiques. Dans le parc qui longe la plage, vous pourrez vous promener sur des petits ponts en forme de vagues. Pour les passionnés d’histoire, on y retrouve aussi une statue du roi Kamehameha.

Baignade avec les tortues, Hilo, Big Island, Hawaii - 2010
Richardson Beach Park, Hilo

Akaka Falls State Park

Afin d’atteindre les célèbres chutes d’eau d’Akaka Falls State Park, n’hésitez pas à suivre la Pepeekeo Scenic Drive, une route panoramique sinueuse qui offre, à chaque virage, une vue extraordinaire sur les environs. Du haut de la falaise, vous pourrez observer la forêt tropicale et l’océan, en roulant tranquillement sous les arbres et en faisant quelques arrêts en route pour immortaliser ce décor de rêve avec votre appareil photo.

Pepeekeo Scenic Drive, Côte Hamakua, Big Island, Hawaii - 2010
Pepeekeo Scenic Drive, Côte Hamakua

Une fois arrivé au Akaka Falls State Park, un sentier de randonnée, aménagé dans une forêt tropicale luxuriante, vous permettra d’admirer deux chutes d’eau : Kahuna et Akaka. Haute de 137 mètres, la chute Akaka est particulièrement impressionnante. En marchant vers les chutes, vous pourrez observer de nombreuses fleurs colorées parmi les fougères et les bambous. Quelques panneaux d’information vous permettront aussi d’en apprendre davantage sur la faune et la flore de la région.

Akaka Falls State Park, Big Island, Hawaii - 2010
Akaka Falls State Park, Big Island
Akaka Falls State Park, Big Island, Hawaii - 2010
Akaka Falls State Park, Big Island

Rainbow Falls

Les Rainbow Falls sont de superbes chutes de 24 mètres de haut, qui s’écoulent d’une grotte de lave naturelle et se jettent dans un bassin entouré d’herbes sauvages. Au lever du soleil, on aperçoit souvent un arc-en-ciel à travers la brume, d’où le nom du site, mais nous sommes arrivés trop tard pour l’admirer. Dommage! Pensez donc à vous y rendre tôt afin d’admirer ce spectacle de la nature!

Rainbow Falls, Big Island, Hawaii - 2010
Rainbow Falls, Big Island

Mauna Kea

À Hilo, vous pourrez rejoindre le Mauna Kea en empruntant Saddle Road. Plus haut volcan de l’archipel (4205 mètres), il est au repos depuis 4500 ans. En chemin, il est conseillé de faire des haltes au Kipuka Pu’u Huluhulu et au Visitor’s Center (à 2810 mètres) afin de vous habituer à l’altitude. Plus vous monterez, plus il fera froid et la végétation changera de façon radicale sous vos yeux. Une fois au sommet, c’est un froid hivernal qui vous attend. Mauna Kea signifie d’ailleurs « montagne blanche » en hawaiien, parce que son sommet est recouvert de neige en hiver.  Il est possible de faire un peu de hiking pour rejoindre le sommet le plus élevé afin d’admirer le coucher du soleil au dessus des nuages. Si vous optez pour une excursion guidée, vous serez ensuite initiés à l’astronomie (ça vaut le coup!). Le sommet du volcan bénéficie de conditions climatiques et atmosphériques particulièrement favorables afin d’observer les planètes et les constellations. On y trouve d’ailleurs plusieurs télescopes et centres d’observation.

visitorcenter
Visitor’s Center, Mauna Kea
maunakea1
Au sommet du Mauna Kea, Big Island
maunakean5
Coucher de soleil au sommet du Mauna Kea, Big Island

Notre site coup de cœur pour camper sur la Côte Est…

Laupahoehoe Beach Park est un site qui offre la possibilité de camper sur la Côte Est. Vous pourrez vous y installer, au bord de la mer, et savourer des viandes grillées au BBQ en profitant de la tranquillité des lieux. Il s’agit d’une zone à risque de tsunami, mais comme le dernier remonte à 1946, il est possible d’y dormir sans crainte près de la mer. Dans le parc, les noms et l’âge des 19 enfants et des cinq adultes ayant perdu la vie lors de cette catastrophe naturelle sont gravés dans la pierre. Malgré son passé tragique, l’endroit est d’une beauté sauvage à couper le souffle. Après une nuit calme, vous pourrez admirer le lever du soleil sur la mer, qui vient se briser sur les rochers de lave durcie.

Laupahoehoe Beach Park, Big Island, Hawaii - 2010
Laupahoehoe Beach Park, Big Island
Lever du soleil au Laupahoehoe Beach Park, Big Island, Hawaii - 2010
Lever du soleil au Laupahoehoe Beach Park, Big Island

La Côte Nord

Waipio Valley

En route vers le Nord, vous devez absolument faire un arrêt à Waipio Valley Lookout, qui offre une vue impressionnante sur la « vallée des rois ». N’hésitez pas à descendre dans la vallée afin d’y découvrir ses falaises, ses terres fertiles, ses cascades et sa plage de sable noir. Vous devez toutefois le faire à pied ou en 4X4, car le chemin qui y mène accuse un dénivelé important (pente de 25 % sur plus d’un kilomètre). Pour notre part, nous nous sommes limités à admirer la vue sur ce lieu sacré, puisqu’il faisait très chaud et que nous avions encore beaucoup de route à faire. Ce sera pour une prochaine fois!

Waipio Valley, Big Island, Hawaii - 2010
Waipio Valley Lookout, Big Island

Waimea

Nous avons passé peu de temps à Waimea, cette petite ville qui prend appui sur les Kohala Mountains. On ne peut néanmoins que vous inciter à aller découvrir ce coin de l’île, où les paysages spectaculaires se multiplieront sous vos yeux. Région d’élevage qui héberge le plus grand ranch privé des États-Unis (Parker Ranch), cet endroit est le paradis des cowboys hawaïen, appelés paniolos, que vous croiserez nombreux sur la route.

Waimea, Big Island, Hawaii - 2010
Waimea, Big Island

Notre coup de cœur shopping sur la Côte Nord

Entre Waipio Valley et Waimea, n’hésitez pas à faire une halte pour prendre un café dans la petite ville d’Honokaa, refuge des hippies de Big Island. Autrefois reconnue comme un pôle important de l’activité sucrière de la région, la ville attire aujourd’hui les touristes et les hawaiiens natifs pour ses boutiques d’antiquités et ses galeries d’art. Les magasins de sa rue principale ont conservé leur façade d’antan, ce qui vous plongera dans les années 1920. Si vous avez toujours rêvé de vivre à l’époque des années folles, vous serez servis!


La Côte Ouest

Hapuna Beach Park

Hapuna Beach Park est l’un des véritables joyaux de Big Island. Elle a été proclamée à plusieurs reprises « meilleure plage des États-Unis ». Ses eaux bleues claires, bordées de sable blanc et doré, font de cette plage un endroit populaire pour les amateurs de baignade. La plage est entourée d’un parc, qui offre plusieurs installations publiques au milieu des cocotiers. Détente assurée!

Hapuna Beach, Big Island, Hawaii - 2010
Hapuna Beach, Big Island

Kona Pacific Farmers Cooperative

La Côte Ouest est aussi un endroit de choix pour visiter une coopérative de café. Nous avons choisi  la Kona Pacific Farmers Cooperative, une coopérative de café et de fruits. En activité depuis 1910, elle rassemble aujourd’hui près de 300 producteurs locaux. Nous l’avons visitée en pleine période de production, ce qui nous a permis d’en apprendre davantage sur la fabrication du café, ainsi que sur plusieurs arbres fruitiers. Avant de repartir avec quelques provisions …

Kona Pacific Farmers Cooperative, Kona, Big Island, Hawaii - 2010
Kona Pacific Farmers Cooperative, Kona

Kealakekua Bay

Après avoir loué un kayak et du matériel de plongée, partez découvrir Kealakekua Bay. En vous y rendant en kayak, vous aurez peut-être la chance de voir des dauphins (ce fut notre cas!). L’endroit est réputé pour la plongée en apnée, tout près du monument du Capitaine Cook, érigé en hommage au navigateur britannique James Cook. C’est l’homme qui a découvert les îles d’Hawaii et il fut tué à cet endroit par les indigènes, en 1779. Nous avons pu y admirer des poissons nombreux, variés et multicolores, dans une eau limpide. Un gros WOW!

Kealakekua Bay, Big Island, Hawaii - 2010
Kealakekua Bay, Big Island
Kealakekua Bay, Big Island, Hawaii - 2010
Kealakekua Bay, Big Island

Notre restaurant coup de cœur sur la Côte Ouest…

Lors de votre passage sur la Côte Ouest, nous vous conseillons d’aller prendre un petit-déjeuner au Coffee Shack, un restaurant dont la terrasse offre une vue splendide sur Kona et ses environs. Vous aurez rapidement la visite de petits compagnons de table : des lézards venus manger les restes de confiture. Mignons!

Coffee Shack, Kona, Big Island, Hawaii - 2010
Coffee Shack, Kona

La Côte Sud

Punalu’u Black Sand Beach

En route vers cette célèbre plage de sable noir, vous serez saisis par les paysages sombres et volcaniques que vous verrez défiler sous vos yeux. Dignes d’un roman de Stephen King, vous aurez le sentiment que la fin du monde n’est pas très loin…

En route vers South Point, Big Island, Hawaii - 2010
En route vers Punalu’u Black Sand Beach, Big Island

Une fois à destination, vous serez charmés par Punalu’u Black Sand Beach, une magnifique plage de sable noir où vous pourrez admirer de nombreuses tortues qui viennent pondre leurs œufs sur la rive. La couleur noire du sable s’explique par l’érosion de la lave durcie. N’hésitez pas à vous  installer au bord de l’eau pour y passer la nuit. Nous y avons passé une nuit magique, complètement seuls sur cette plage pourtant fort populaire. Vous serez ainsi en mesure de voir le soleil se lever sur la plage, en regardant les tortues rejoindre la mer tranquillement.

tortue-sablenoir
Punalu’u Black Sand Beach, Big Island

plagenoirehawaii
Punalu’u Black Sand Beach, Big Island

South Point (Ka Lae)

Après un petit-déjeuner à admirer les tortures de mer sur fond de sable noir, allez découvrir South Point (Ka Lae), le point le plus au Sud des États-Unis. C’est là où les premiers explorateurs polynésiens arrivèrent, en raison de sa proximité avec Tahiti. Essentiellement fréquenté par des pêcheurs et des curieux (comme nous!), l’endroit se résume à des falaises qui bordent l’océan. Nous y sommes arrivés sous un ciel assez morose, après une route cahoteuse de plusieurs kilomètres.

South Point, Big Island, Hawaii - 2010
South Point, Big Island

Papakolea Beach (Green Sand Beach)

À l’est de South Point, partez à l’aventure vers Papakolea Green Sand Beach, une plage de sable vert. Afin d’admirer cette curiosité naturelle, vous devrez marcher environ six kilomètres à travers les champs de lave. Une fois arrivés à destination, vous pourrez en profiter dans le calme et la tranquillité, car peu de touristes font la randonnée qui y mène.  Lorsque nous y sommes allés, nous étions seuls sur la plage, fascinés par sa couleur peu commune. La coloration du sable s’explique par l’érosion qui entraîne l’éparpillement de grains verts issus de l’olivine, un minéral contenu dans les anciens rochers volcaniques qui surplombent la plage. Ces pierres volcaniques proviennent du Pu’u O Mahana, un volcan entourant la baie qui est entré en éruption il y a 49 000 ans. La plage déserte est parfaite pour faire un pique-nique et s’y baigner, en portant attention à la force du courant. Une halte fraîcheur plus que bienvenue après une balade au vent, où la poussière vous collera sans doute à la peau. Après cette randonnée, nous vous conseillons de casser la croûte au Shaka Restaurant, le bar le plus au Sud des États-Unis qui propose d’énormes burgers avec de la bière.

enrouteplageverte
En route vers Papakolea Green Sand Beach, Big Island
Papakolea Green Sand Beach, Big Island, Hawaii - 2011
Papakolea Green Sand Beach, Big Island
Papakolea Green Sand Beach, Big Island, Hawaii - 2010
Papakolea Green Sand Beach, Big Island

Parc national des volcans

Le Parc national des volcans est un incontournable pour les touristes souhaitant découvrir Big Island. Nous vous conseillons de débuter la visite du parc par le Kilauea Visitor’s Center, où vous trouverez les informations nécessaires à la poursuite de votre périple. Arrêtez ensuite au Thomas A. Jaggar Museum, d’où nous pourrez voir le cratère Halemaumau. Si vous y allez de jour, n’oubliez pas d’y retourner à nouveau une fois la nuit tombée,  afin d’admirer la fumée orange dégagée par le cratère. Le musée est aussi l’endroit parfait pour vous initier à la volcanologie et à son évolution à travers le temps.

Le long de la Crater Rim Drive, une route de 18 kilomètres, d’autres sites sont intéressants à découvrir, tels que les Steam Vents, des trous dans le sol qui laissent échapper de la vapeur provenant des roches volcaniques.  Nous vous conseillons aussi  de faire le circuit menant au Thurston Lava Tube, un tunnel de lave formé il y a environ 500 ans. Pour constater les ravages du volcan Kilauea, lors de son éruption en 1959, vous pouvez également emprunter un sentier de 1,6 km (aller-retour). Il s’agit de la Devastation Trail, une zone forestière dévastée par la lave.

cratere2
Le cratère Halemaumau, Parc national des volcans
La fumée orange du cratère Halemaumau, Parc National des Volcans, Big Island, Hawaii - 2010
La fumée orange du cratère Halemaumau, Parc national des volcans
Lava Tube
Thurston Lava Tube, Parc national des volcans

La Chain of Craters Road est une autre route à ne pas manquer dans le Parc national des volcans. Sur une trentaine de kilomètres, au cours desquels on perd plus de 1100 mètres d’altitude, vous serez émerveillés par les différents paysages qui défileront sous vos yeux. Au début de notre randonnée, le ciel était nuageux, il ventait et il pleuvait. Mais une fois en bas, il faisait très chaud et le soleil était au rendez-vous. Ne ratez pas l’occasion de faire une randonnée (3,2 kilomètres aller-retour sur de la lave solidifiée) pour voir les pétroglyphes sur les flancs du Pu’u Loa, où plus de 15 000 dessins sont dénombrés. Dans la tradition hawaïenne, les trous dans le sol symbolisent des naissances. La route s’arrête avec les falaises de lave refroidie provenant des éruptions du volcan Kilauea en 1983. Vous pourrez y observer Holei Sea Arch, une arche de près de 30 mètres de haut, située en pleine mer. Elle est constituée de lave durcie que la mer aurait creusée. Selon la légende, Pele (déesse des volcans) s’y serait disputée avec sa sœur Namakaokahai (déesse des océans).

Chain of Craters Road, Parc national des volcans, Big Island, Hawaii - 2010
Chain of Craters Road, Parc national des volcans
Pétroglyphes sur les flancs du Pu'u Loa, Parc national des volcans, Big Island, Hawaii - 2010
Pétroglyphes sur les flancs du Pu’u Loa, Parc national des volcans

Notre excursion coup de cœur sur la Côte Sud

Plusieurs options sont possibles afin d’observer de plus près la coulée de lave du volcan Kilauea. Certains y vont par bateau, alors que d’autres préfèrent l’hélicoptère. Nous vous suggérons plutôt de tenter l’excursion Pahoa Lava Hike, organisée par Arnott’s Lodge. Cette excursion vous mènera dans une zone nommée Pahoa, en traversant une propriété privée (d’où la nécessité de vous y rendre en excursion guidée, car une autorisation est nécessaire). Pour y accéder, vous devrez parcourir huit kilomètres de marche sur de la lave durcie et inégale. À un certain moment, vous vous retrouverez au bord d’une falaise qui surplombe la mer. De l’autre côté, de hautes végétations sont habitées par des cochons sauvages. C’est l’aventure quoi! Mais cette randonnée vous mènera vers un spectacle fabuleux, où vous vous tiendrez à quelques mètres de la lave qui s’avancera de plus en plus vers vous. Le site n’est aucunement sécurisé, alors la prudence est de mise. Le retour est particulièrement difficile, car la nuit empêche de bien voir où l’on met ses pieds… Mais les souvenirs de cette expérience resteront gravés dans votre mémoire pour toujours.

En route vers le volcan Kilauea, Big Island, Hawaii - 2010
En route vers le volcan Kilauea, Big Island
Devant la lave du volcan Kilauea, Big Island, Hawaii - 2010
Devant la lave du volcan Kilauea, Big Island

Nous avons adoré nos vacances dans les îles d’Hawaii (Big Island et Oahu). Nous rêvons d’ailleurs d’y retourner afin de découvrir les autres îles de l’archipel. À suivre donc…

 

10 bonnes raisons de vous envoler vers l’île d’Oahu

Oahu - titre2

L’île d’Oahu se résume souvent, dans l’esprit des gens qui ne l’ont pas visitée (ou qui l’ont fait trop rapidement, pressés de découvrir les autres îles de l’archipel), aux images d’Honolulu et de Waikiki. Or, Waikiki est sans aucun doute la partie la plus touristique de l’île, avec ses nombreux immeubles, ses hôtels, ses restaurants et ses boutiques de luxe, où l’American way of life prédomine. Les plages sont magnifiques, mais bondées. Vous êtes ici dans ce que les îles d’Hawaii peuvent évoquer de plus kitsch : chemisiers fleuris, cours de hula organisés en plein air par les complexes hôteliers, colliers de fleurs (lei) artificielles… Tout y est! À voir, sans nécessairement vous y attarder. Et c’est exactement ce que nous vous proposons dans ce billet. Des stations balnéaires de la côte au vent à la région du surf au Nord, en passant par le cratère de Diamond Head, les montagnes verdoyantes des terres intérieures ainsi que Pearl Harbor, voici 10 bonnes raisons de vous envoler vers cette île paradisiaque.

Honolulu, Oahu
Honolulu, Oahu

1. Se prélasser sur les plages dorées de la côte au vent

Tout au long de l’année, le climat d’Hawaii est parfait pour la baignade et, sur l’île d’Oahu, vous trouverez des plages variées qui sauront très certainement vous plaire. Que vous soyez amateurs de plongée, de surf, de planche à voile, de kayak ou de baignade, l’île possède des sites parfaits afin de répondre à vos intérêts. Les plages de Waikiki sont magnifiques, mais ce sont aussi les plus populaires, il est donc intéressant de vous éloigner un peu de cette zone touristique pour explorer d’autres secteurs. La côte au vent est une destination qui propose des plages sublimes, dont celles de Lanikai et de Kailua.

Signifiant « mer céleste », la plage de Lanikai est un véritable coin de paradis. Longue d’environ 800 mètres, cette plage offre aux visiteurs un sable à la fois fin et blanc, qui borde des eaux calmes et transparentes. Pas étonnant que l’endroit ait été classé à plusieurs reprises parmi les plus belles plages au monde! Des maisons de luxe viennent compléter ce décor parfait tout au long de la mer. Pour y accéder, il faut emprunter un petit sentier public dans la quartier huppé de Lanikai. Il est préférable d’y aller en semaine afin de profiter du calme des lieux et de trouver un stationnement (il n’y a pas d’espace réservé à cette fin). Une fois sur place, vous pourrez nager avec des tortues de mer, qui sont nombreuses à fréquenter la plage. Il est aussi possible de rejoindre les deux îles Mokulua (Moku Moku Nui et Iki) en kayak de mer.

Tout près, la plage de Kailua se caractérise également par son sable blanc et ses eaux limpides. L’endroit est d’ailleurs très populaire chez les locaux, qui s’y installent en fin de journée pour manger et admirer le coucher du soleil. En raison de la présence d’alizés, cette plage est reconnue comme l’une des meilleures de la région pour pratiquer le kite surf ou faire de la planche à voile. C’est aussi un lieu de choix pour faire du kayak de mer afin de rejoindre Popoi’a, une petite île aussi connue sous le nom de Flat Island (île plate).

Lanikai Beach Park, Oahu
Lanikai Beach Park, Oahu

2. Marcher dans les montagnes verdoyantes

En raison des pluies fines (appelées kilihune en hawaiien) qui sont fréquentes sur l’archipel, Hawaii est une destination reconnue pour ses paysages verts. Une simple excursion dans les terres, à quelques kilomètres de l’agitation urbaine de Waikiki, permet de découvrir un panorama superbe, composé de montagnes et de verdure. Tout est calme et paisible en ces lieux, qui semblent boudés par les touristes préférant les bords de mer surpeuplés. On ne va certainement pas s’en plaindre! Vous pouvez vous y installer tranquillement, avec l’impression d’être seuls au monde.

Un peu plus loin, dans la chaîne du Koolau, Nuuanu Pali Lookout (360 mètres) offre une superbe vue sur la côte au vent. C’est à cet endroit que Kamehameha le Grand rassembla ses guerriers lors de l’invasion de l’île en 1795. On comprend facilement pourquoi quand on se retrouve sur place! Du haut de ces montagnes, vous aurez l’impression de régner sur le monde.

Si vous préférez des randonnées qui impliquent des défis plus grands, vous aurez aussi l’embarras du choix. Près de Waikiki, dans la vallée de Manoa, plusieurs sentiers peuvent être empruntés par des randonneurs de différents niveaux. Les débutants peuvent se limiter à la randonnée qui mène aux chutes d’eau (Manoa Falls Trail) et qui est d’un niveau facile. Mais plusieurs sentiers secondaires s’adressent aux randonneurs expérimentés. Pour faire un choix éclairé, le site Internet Hawaii Trails recense 43 sentiers à découvrir sur l’île d’Oahu (ainsi que sur les autres îles de l’archipel). Bien qu’il ne figure pas sur cette liste, le sentier de Koko Head Crater (Koko Crater Trail) mène à une vue splendide sur l’océan et Hanauma Bay. Pour l’admirer, il faut toutefois être en bonne forme physique, car le sentier est une ancienne voie de funiculaire, qui relie le pied du cratère à son sommet en ligne droite. C’est donc une pente raide qui vous attend, avec un escalier irrégulier de plus de 1000 marches…

L’intérieur des terres, à quelques kilomètres de Waikiki

3. Savourer une cuisine métissée

Un avantage de l’île d’Oahu réside, sans contredit, dans la diversité culturelle qui l’anime. La culture hawaiienne est un croisement entre les traditions d’Asie et des îles polynésiennes, qui se reflète aussi dans sa cuisine. L’île d’Oahu est d’ailleurs surnommée le « lieu de rassemblement » (The Gathering Place). Les épicuriens profiteront au maximum de cette diversité culinaire, en mangeant dans un restaurant différent chaque soir. Dans le quartier de Waikiki, le choix est très vaste, allant des festins épicés aux parfums de gingembre et de lait de coco des restaurants thaïlandais aux poissons frais (thon – ahi et maquereau royal – ono) servis dans les établissement situés au bord de la mer. Les restaurants japonais sont, eux aussi, à découvrir, avec leurs sushis et leur spécialité des barbecues à partager ( coup de cœur pour le Gya-kaku, qui exploite ce concept à merveille!). Si vous voyagez avec des enfants, vous trouverez sans problème des restaurants italiens qui servent des pâtes et des pizzas, de même que les traditionnels fast food américains et leurs hamburgers grands formats.

Si vous souhaitez vous fondre davantage dans les habitudes locales, n’hésitez pas à essayer les Shrimp Shack. Vous les trouverez au bord de la route et près de certaines plages, parfois dans des petites camionnettes. Pour quelques dollars, on vous y servira des crevettes grillées au beurre et à l’ail, empilées sur deux cuillerées de riz. Pour terminer ce repas simple et délicieux, il faut essayer une shave ice, une spécialité hawaiienne qui consiste en de la glace pilée, sur laquelle on ajoute un sirop coloré au parfum de son choix. Au bord de plusieurs routes, vous trouverez aussi des petits kiosques qui offrent des fruits frais (ananas, noix de coco, papayes) à des prix dérisoires.

Participer à un luau peut également être une bonne façon de s’initier aux traditions culinaires d’Hawaii. Il s’agit d’un banquet hawaiien, avec des danses et des musiques traditionnelles. Bien que l’expérience soit très touristique, elle demeure incontournable lors d’une visite sur l’île. La plupart des compagnies offrent le transport jusqu’au site à partir de votre hôtel (nous avons, pour notre part, opté pour Paradise Cove Luau lors de notre séjour). Une fois sur place, vous aurez droit à un mai-tai avant le début des festivités… Mais n’oubliez pas vos cartes d’identité si vous souhaitez une version alcoolisée, car les serveurs ne badinent pas avec les règles (même quand on a la trentaine! – fait vécu). Vous serez ensuite initiés à différentes traditions hawaiiennes. L’une d’elles veut que chaque femme prenne au vol une fleur lancée d’un palmier pour l’ajouter à ses cheveux : à gauche pour les femmes mariées, à droite pour les célibataires. Après un magnifique coucher du soleil sur la mer, vous pourrez regarder un spectacle traditionnel de hula en mangeant un repas typique : Pua’a kalua (cochon rôti) et poi (purée de taro).

Paradise Cove Luau, Oahu
Paradise Cove Luau, Oahu

4. S’initier au surf

Sur Oahu, la région du surf  demeure la côte Nord de l’île. Les meilleurs surfeurs du monde s’y retrouvent chaque hiver, afin de participer au championnat des « Triple Crown », trois importantes compétitions de surf. Pour admirer les prouesses des surfeurs, Ehukai Beach Park et Sunset Beach Park sont des plages incontournables. En hiver, les vagues  atteignent en moyenne dix mètres de hauteur. Même en été, elles sont parfois trop imposantes pour accueillir les baigneurs.  Pour compléter votre visite de la région du Nord, nous vous conseillons de passer quelques heures dans la petite ville de Haleiwa, désignée officieusement comme la capitale mondiale du surf. On y retrouve plusieurs boutiques et galeries d’art, dont la Ron Artis Gallery, qui récupère les planches de champions de surf pour les transformer en œuvres d’art. On peut également visiter le North Shore Surf and Cultural Museum qui permet de se familiariser avec les légendes du surf.

Si votre temps sur l’île ne vous permet pas de vous rendre au Nord, sachez que la plage de Waikiki se prête bien à l’initiation au surf. Plusieurs complexes hôteliers de ce secteur offrent d’ailleurs des cours pour s’initier ou se perfectionner dans ce sport. On retrouve également des sites de surf intéressants au Sud de l’île, dont Sandy Beach. Très prisée par les adeptes de boogie board, la rumeur prétend que cette plage était la préférée d’Obama quand il était adolescent. A la pointe Sud-Est de l’île, Makapuu Beach est aussi populaire chez les surfeurs confirmés en raison de ses forts rouleaux.

Sunset Beach, Oahu
Sunset Beach, Oahu

5. Découvrir une flore variée

L’archipel d’Hawaii est le berceau d’une flore unique, composée de 2 500 espèces de plantes natives. Sur l’île d’Oahu, il est possible d’aller à la rencontre de cette nature riche et diversifiée en visitant le Waimea Falls Park. Ce parc culturel et botanique permet d’admirer près de 6000 espèces de plantes tropicales, dont certaines très rares et endémiques d’Hawaii. C’est l’endroit idéal pour faire une balade parmi les bananiers, les hibiscus, les palmiers et les fougères. On peut aussi y admirer de nombreuses fleurs tropicales, notamment des bougainvillées, des orchidées, des oiseaux de paradis et des frangipaniers, de même que différents oiseaux. N’hésitez pas à terminer cette visite par une baignade dans la chute d’eau de Waimea, située au bout du parc.

Waimea Valley's Gardens
Waimea Valley’s Gardens, Oahu

6. Flâner sur des lieux de tournages

Beaucoup de films hollywoodiens ont été filmés sur l’île d’Oahu, de même que des séries télévisées populaires. Dès 1937, le film Waikiki Wedding, mettant en vedette Bing Crosby, a remporté un oscar. La Seconde Guerre mondiale et l’attaque de Pearl Harbor ont ensuite inspiré le film From here to Eternity (1953), avec Burt Lancaster et Deborah Kerr. Plusieurs séries cultes des années 1980, dont Magnum et Hawaii Police d’État, ont aussi été tournées à Honolulu. Plus récemment, l’île a servi de lieu de tournage pour de nombreux films et séries d’action et d’aventure, tels que Jurassic Park, Lost, Godzilla et Pearl Harbor. Explorer l’île d’Oahu, c’est donc se retrouver au cœur de plusieurs lieux mythiques qui raviront les cinéphiles. Outre la ville d’Honolulu et le secteur de Pearl Harbor, qui ont été très exploités au grand écran, Kualoa Park et Kualoa Ranch sont également des sites dont  les paysages rappellent de nombreux lieux de tournages (Jurassic Park, Lost, Godzilla). Le ranch de Kualoa organise d’ailleurs un Movie Tour, en bus, afin de visiter ces sites de tournages célèbres.

Kualoa Park
Kualoa Park, Oahu

7. Se rendre au sommet de Diamond Head

Faire la randonnée de Diamond Head, est un incontournable lorsque l’on visite l’île d’Oahu. Il s’agit d’un volcan éteint depuis environ 150 000 ans. Formé il y a 300 000 ans par une éruption volcanique explosive, il a été nommé ainsi car, à la fin du XVIIIe siècle, des marins pensaient y avoir trouvé des diamants (qui étaient, en fait, de simples cristaux). Selon la légende, le volcan serait aussi la maison de la déesse des volcans, Pelé. Il est possible de monter au sommet du cratère, à 173 mètres d’altitude, où une très belle vue sur Honolulu et le littoral vous attend. La randonnée est facile, mais se complexifie un peu en fin de parcours, avec un escalier abrupte de 72 marches. En raison de la chaleur et de la popularité du site, il est conseillé de s’y rendre en matinée.

Diamond Head, Oahu
Diamond Head, Oahu

8. Regarder le soleil se coucher sur la plage

Plusieurs plages d’Oahu permettent d’admirer le coucher du soleil sur la mer. Lors de notre séjour sur l’île, nous avons eu un coup de cœur pour Kuhio Beach, où une jolie promenade longe la plage. On peut y regarder les surfeurs qui y viennent nombreux en fin de journée. Une statue de Duke Kahanamoku, légende du surf américain, trône sur la plage et est recouverte de lei (colliers de fleurs). Une fois le soleil couché, des torches sont allumées sur la plage, ce qui ajoute au caractère romantique des lieux. En début de soirée, il est également possible d’assister à un spectacle de hula en plein air.

Kuhio Beach, Oahu
Kuhio Beach, Oahu

9. Plonger à la découverte de la faune marine

L’île d’Oahu offre plus de 36 sites de plongée, dont plusieurs épaves (Yo-257, Sea Tiger, San Pedro, Mahi, Corsair, etc.) colonisées par des poissons tropicaux, des requins-tigres, des tortues marines, des murènes, des raies et des phoques moines. D’autres sites de plongée réputés permettent également d’admirer la faune marine d’Hawaii, tels que Turtle Canyon’s, Koko Craters, Fanta Sea Reef et Spitting Caves. Entre novembre et mars, plusieurs centres de plongée organisent des sorties « Whale Watching » afin d’admirer les baleines à bosses. La plupart de ces sites s’adressent toutefois à des plongeurs confirmés, nous n’avons donc pas eu l’occasion de les expérimenter.

Pour les adeptes de plongée en apnée (comme nous!), d’autres sites sont facilement accessibles. C’est le cas de Shark’s Cove, sur la côte Nord de l’île. Il s’agit d’une réserve marine protégée, avec des barrières de corail et des grottes, qui permet d’observer des poissons colorés, des tortues marines… et des requins! Située à la pointe Sud-Est de l’île, Hanauma Bay fait aussi le bonheur des amateurs de snorkeling. Classée réserve naturelle depuis 1967, cette plage de sable blanc offre des fonds coralliens magnifiques où l’on peut admirer des poissons multicolores. L’endroit est toutefois très populaire, alors mieux vaut arriver tôt sur place afin d’avoir une place de stationnement (nous sommes revenus bredouilles à deux reprises avant de pouvoir entrer sur le site). Si le temps vous le permet, n’hésitez pas à faire une halte au Haona Blowhole, situé à proximité. Il s’agit d’un tube de lave dans lequel la mer s’engouffre pour en ressortir sous forme de geyser. Les cendres de la grand-mère d’Obama auraient été dispersées à cet endroit. Le site semble effectivement parfait pour « passer sa mort en vacances », comme Brassens le chante si bien, dans une « tombe en sandwich, entre le ciel et l’eau ». Mais l’océan qui se déchaîne sur les rochers grisâtres et le vent qui souffle son air salin vous donneront furieusement envie de vivre et de remettre à plus tard votre supplique pour être enterrés en ces lieux.

Si vous n’aimez pas la sensation d’être sous l’eau, d’autres options peuvent vous permettre d’admirer la faune marine de l’île. À titre d’exemple, plusieurs compagnies offrent des croisières afin d’aller à la rencontre des baleines à bosses, qui viennent se reproduire dans les eaux baignant l’île, de novembre à avril. Il est aussi possible de voir ces baleines en gardant les pieds sur la terre ferme, à partir de certains sites. C’est le cas de Makapuu Point State Wayside, un circuit de quelques kilomètres qui offre de beaux points de vue sur la côte. Les tortues marines et les phoques moines peuvent aussi être aperçus sur plusieurs plages de l’île. Si vous voyagez avec des enfants, le Sea Life Park peut finalement être une activité intéressante. Il s’agit d’un aquarium qui offre des spectacles avec des animaux marins  et qui propose une exposition sur les baleines et le récif de corail hawaiien.

Hanauma Bay, Oahu
Hanauma Bay, Oahu

10. Visiter Pearl Harbor

Pearl Harbor doit son nom à la pêche à la perle qui avait traditionnellement lieu dans ses eaux. Mais le site est surtout connu pour l’attaque surprise des japonais contre l’armée américaine en décembre 1941,  ce qui a provoqué l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, le site de Pearl Harbor propose trois principales visites guidées. D’abord, le Mémorial U.S.S. Arizona, un monument commémoratif érigé au-dessus de l’épave de ce navire de guerre qui sombra avec plus de 1100 hommes à bord. Ensuite, le USS Bowfin Submarine Museum and Park, un des rares sous-marins de la seconde guerre mondiale encore en état. Finalement, le Battleship USS Missouri Mémorial, un bateau qui a été transformé en musée en 1998 et qui a servi pour la Deuxième Guerre mondiale, de même que pour la Guerre du Golfe en 1991. Si vous aimez l’histoire, ces visites vous enchanteront!

Pearl Harbor, Oahu
Pearl Harbor, Oahu

Pour la plupart des touristes qui viennent à Hawaii, l’aéroport d’Honolulu est un passage obligé avant d’aller visiter les autres îles de l’archipel. Si vous aviez besoin de raisons afin de prolonger votre séjour sur Oahu, plutôt que d’en faire un tremplin rapide vers d’autres destinations, j’espère que ce billet vous aura donné matière à réflexion.

ALOHA!