10 bonnes raisons de découvrir la Jordanie

Wadi Rum

Je vous mets au défi de visiter la Jordanie sans vous émouvoir, sans en revenir marqués à jamais. Cette destination fut, pour nous, une véritable révélation, un coup de cœur dès les premiers instants où nous y avons posé les pieds en 2013, avec nos deux garçons alors âgés de sept ans et de 15 mois. Dans ce billet, nous vous expliquons pourquoi en vous donnant 10 bonnes raisons de visiter ce pays magnifique.

1- Flotter dans la Mer Morte

Découvrir la Mer Morte (ou la « marmotte », comme dirait mon fils cadet!), c’est descendre vers le point le plus bas du globe, à 400 mètres sous le niveau de la mer… Mais s’y abandonner, en se laissant aller doucement sur ses eaux, est surtout une expérience inoubliable. La Mer Morte est effectivement célèbre pour sa forte teneur en sel qui rend toute vie impossible, d’où son nom. La densité est telle que l’on peut y flotter sans problème. Après ce bain naturel, la tradition consiste à s’envelopper de boue pour repartir avec une peau douce et hydratée. Pour ceux qui préfèrent ne pas se mouiller et s’enduire de boue, il est aussi possible de découvrir la Mer Morte en faisant une randonnée sur ses rives, afin d’observer les concrétions minérales blanches qui la bordent. Un spectacle magnifique! Pour notre part, nous avons fait la randonnée « Zara Cliff Walk » au Dead Sea Panorama Centre avec nos deux garçons qui ont adoré ce petit circuit.

Mer Morte Jordanie
Un papa mort de fatigue à la Mer morte
Jordanie2
Randonnée « Zara Cliff Walk » au Dead Sea Panorama Centre

2- Explorer des wadis extraordinaires

La Jordanie possède des wadis magnifiques… Mais qu’est-ce qu’un wadi au juste? Il s’agit du lit d’une rivière à sec, mais qui s’anime lors de fortes précipitations. Lors de notre séjour en Jordanie, nous avons été fascinés par deux wadis en particulier. D’abord, c’est le Wadi Mujib que nous avons croisé sur notre route, alors que nous étions en chemin vers Pétra. Surnommé « Grand Canyon de la Jordanie », ce wadi offre des panoramas magnifiques. Nous n’avons toutefois pas été en mesure de nous y aventurer très loin, car l’accès est interdit aux moins de 18 ans. Meilleure chance la prochaine fois! Tout près d’Aqaba, nous avons cependant passé une journée extraordinaire à explorer le Wadi Rum. Il s’agit d’une large vallée posée sur un socle de granit et bordée de falaises de grès rouge. Très étendu, ce wadi offre des paysages magnifiques, avec des parois de roches aux formes étranges, des ponts de pierre, des canyons et des dunes de sable aux couleurs variant du jaune or au rouge foncé.

Wadi Mujib
Le magnifique décor du Wadi Mujib
Wadi Rum
Un exemple des paysages variés du Wadi Rum

3- Visiter un château fort croisé

La Jordanie abrite des châteaux croisés, dont le château de Kerak que nous avons visité en profitant d’une halte entre le site de la Mer Morte et celui de Pétra. La ville de Kerak repose sur un plateau triangulaire, à environ 1000 mètres d’altitude. Occupant la pointe sud de ce plateau, le château de Kerak  offre une vue splendide sur les vallées naturelles qui le bordent ainsi que le village d’Al-Shabiya. Après avoir accédé au site en empruntant l’entrée principale, Ottoman’s Gate, nous y avons découvert un lieu riche en histoire et qui se distingue par son mélange d’influences. L’architecture du château hésite entre des influences européennes, byzantines et arabes. On y retrouve aussi de magnifiques vestiges souterrains, où les Croisés parvenaient à trouver de la fraîcheur. Un lieu unique à découvrir, pourtant boudé par plusieurs touristes qui lui préfèrent des sites plus célèbres, tels que celui de Pétra et de la Mer Morte.

Kerak
Vue du château de Kerak

4- S’initier à différentes légendes

La Jordanie est une terre fertile en légendes et en mystères. Au sud de la vallée du Jourdain, le site archéologique de Tall el-Hammam abrite la légendaire ville biblique de Sodome, source d’énigmes et de mystères. Selon la légende, cette ville aurait été détruite par le feu et le souffre en raison de ses habitants infidèles et immoraux. On y retrouve également la grotte de Loth, le neveu d’Abraham. Selon la légende, la femme de Loth aurait été transformée en statue de sel après avoir désobéi à Dieu. Loth et ses deux filles trouvèrent alors refuge dans cette grotte, où ils eurent des fils à la suite de relations incestueuses. À 50 kilomètres au nord d’Amman, Jerash est une cité romaine bien préservée qui, selon la légende, aurait été créée par Alexandre le Grand en personne aux alentours du IVe siècle avant J.-C. Ce ne sont là que quelques exemples des nombreuses légendes qui circulent en Jordanie et qui sont bien ancrées dans des lieux aujourd’hui mythiques.

Grotte de Loth
En route vers la grotte de Loth, un lieu mystérieux

5- S’émerveiller devant les splendeurs de Pétra

Pétra est, sans aucun doute, le site le plus connu de la Jordanie. Légendaire capitale des Nabatéens, la « ville rose » sait émouvoir ses visiteurs dès les premiers instants. Le chemin du Siq, l’entrée principale de la ville antique, nous entraîne dans un canyon encastré entre de hauts murs rocheux. Par endroits, le chemin devient très étroit et, selon les percées du soleil, ses murs prennent une couleur sublime. Au bout de cette randonnée apparaît le Khazneh, appelé le Trésor, tout rose dans la lumière. Selon la légende, un trésor était caché dans l’urne ornant le sommet de la tombe. Nous avons visité le site très tôt, avant que les groupes de touristes en prennent possession, et ce fut un moment particulièrement magique. Par la suite, nous avons été fascinés par la rue des façades et ses tombeaux superposés, les tombeaux royaux, le château de la fille du Pharaon (Qasr el-Bint) et le monastère. En soirée, le site de Pétra s’illumine de bougies sous un ciel étoilé. Un lieu à ne manquer sous aucun prétexte, de jour comme de nuit!

Pétra
Pétra, le Trésor dans toute sa splendeur

6- Découvrir les jardins de corail de la Mer Rouge

Les jardins de corail de la Mer Rouge sont réputés dans le monde entier et sont facilement accessibles dans la ville d’Aqaba, au sud du pays. On peut notamment y plonger pour observer des poissons lions, des mérous, des Glass Fish, des tortues et des hippocampes. Pour notre part, c’était un peu complexe d’organiser une sortie de plongée avec nos deux garçons lors de notre séjour. Nous avons toutefois fait un tour de Glass Boat, un bateau à fond transparent, afin d’admirer les différentes espèces marines qui vivent dans cette mer. Sur le bateau, l’ambiance était à la fête, au grand bonheur des enfants. La vue sur la ville d’Aqaba depuis la mer était également très belle.

Mer Rouge
Notre fils aîné en « Glass Boat », à la découverte des jardins de corail

7- Se régaler des spécialités jordaniennes

Visiter la Jordanie, c’est aussi goûter à une cuisine différente, inspirée des plats égyptiens, libanais et turcs. On y retrouve les traditionnels mezze et baklavas, des plats à base de poisson, d’agneau et de poulet, mais également des spécialités jordaniennes. Nous avons beaucoup aimé le Mansaf, des morceaux d’agneau cuits dans une sauce au yaourt, de même que le Sayadieh, un plat à base de riz, d’oignons confits et de poissons. Le thé (chaï) est définitivement la boisson nationale qui est offerte partout, même en plein désert! Selon la tradition, il est préparé avec beaucoup de sucre, mais il est parfois additionné de sauge (bien meilleur pour ceux qui, comme moi, préfèrent un goût amer).

Jordanie
Le Sayadieh, spécialité régionale d’Aqaba
Un petit thé en plein milieu du Wadi Rum
Un petit thé en plein milieu du Wadi Rum

8- Flâner dans les souks

Comme tous les pays arabes, la Jordanie compte de nombreux souks, qu’ils soient destinés aux aliments quotidiens (épices, viandes, légumes) ou aux touristes en quête du souvenir parfait. On en retrouve plusieurs dans la ville basse d’Amman. Pour notre part, nous avons particulièrement aimé le souk by the sea d’Aqaba, qui permet de se familiariser avec l’artisanat jordanien. On y retrouve des items typiques, tels que des foulards multicolores, des vêtements, des bijoux et des épices, mais aussi des flacons de sables colorés, des produits de la Mer Morte, des bijoux en argent du  Wadi Musa et des pétroglyphes du Wadi Rum. Le souk d’Aqaba  est particulièrement animé le vendredi soir, du mois d’octobre au mois de mai.

Aqaba
La ville d’Aqaba et son souk by the sea
Jordanie
Les traditionnelles chaussures arabes, que l’on retrouve dans différents souks de la Jordanie

9- Voir défiler des paysages contrastés

Faire un road-trip en Jordanie, c’est aller à la rencontre de paysages saisissants et contrastés. Tantôt rocheux ou désertiques, pour ensuite devenir beaucoup plus verts, les paysages jordaniens sont loin d’être ennuyeux. Impossible de faire la sieste en route tellement on ne veut rien manquer de ces paysages naturels. Ici, la nature est à la fois étonnante et variée, alternant entre mers, déserts, wadis, vallées et collines. Voyez pas vous-mêmes!

Jordanie20
Un peu de verdure dans un paysage rocheux
Jordanie
Les paysages rocheux alternent avec des paysages désertiques

10-  Relaxer au bord de la mer

La Jordanie offre également de magnifiques cadres pour ceux qui seraient tentés par la détente balnéaire. Plusieurs complexes hôteliers proposent des séjours luxueux et confortables, que ce soit au bord de la Mer Morte ou de la Mer Rouge. La Mer Morte est idéale pour flotter dans l’eau salée, tout en s’offrant une cure de détente et de soins. Les amateurs de plongée trouveront, pour leur part, leur bonheur en séjournant à Aqaba, au bord de la Mer Rouge.

Aqaba
Hôtel Aqaba Radisson Sas Blue Tala Bay, au bord de la Mer Rouge

Coincée entre l’Israël, la Palestine, la Syrie, l’Irak et l’Arabie Saoudite, la Jordanie n’est pas la première destination à laquelle on pense pour des vacances tranquilles. Pourtant, il s’agit d’un pays qui a beaucoup à offrir en raison de ses sites historiques et archéologiques, de son patrimoine culturel, de ses stations balnéaires, de ses wadis ainsi que de ses paysages contrastés. La Jordanie est un petit pays, dont les sites majeurs peuvent facilement se découvrir en une ou deux semaines. Sans compter l’hospitalité remarquable des Jordaniens, qui sauront rendre votre séjour unique et agréable.

Kerak et son château, 1000 ans d’histoire à 1000 mètres d’altitude

Kerak-titre

La Jordanie est un pays qui fait rêver plusieurs voyageurs. Je vous en ai parlé très brièvement dans des billets précédents, en vous présentant des activités à découvrir dans le désert (notamment le désert rouge du Wadi Rum), ainsi que des souks où flâner au Moyen Orient (dont le Souk by the Sea d’Aqaba). La Jordanie constitue également une destination prisée afin d’admirer les splendeurs du site de Pétra, de nager dans les profondeurs marines de la Mer Rouge ou encore de flotter dans la Mer Morte. Au cours des prochains mois, j’aurai l’occasion de revenir sur les nombreux atouts de ce pays magnifique. Mais au-delà des sites mieux connus des touristes, j’ai aujourd’hui envie de vous faire découvrir la ville de Kerak (ou Karak), qui se caractérise par plus de 1000 ans d’histoire, à 1000 mètres d’altitude… Et qui constitue une halte fort intéressante entre le site de la Mer Morte et celui de Pétra, notamment afin de visiter son château croisé, édifié au XIIe siècle.

Kerak, une halte parfaite lors d’un road trip entre la Mer Morte et le site de Pétra

Alors que nous étions en route vers Pétra, après un séjour au bord de la Mer Morte, un arrêt s’est imposé dans notre itinéraire. Nous roulions depuis plusieurs kilomètres dans un calme absolu, lorsque le charme s’est rompu subitement avec les hurlements de mon fils cadet, qui se réveillait mécontent (en raison de la chute de sa fameuse suce, que nous appelons « tototte » dans notre famille),  tirant du même coup son grand frère du sommeil… avec un mal de cœur en prime pour ce dernier! Ça va, ce n’est pas le premier revirement de situation qui s’imposait à nous en voyage… Et ce ne serait pas le dernier (lire à ce sujet notre article sur le côté obscur de nos dernières vacances). Comme nous sommes des parents plein de ressources (lire : allergiques aux odeurs post-vomissements), nous avons convenu, après un bref coup d’œil à notre Lonely Planet, qu’il serait très intéressant – et pratique – de faire un petit arrêt pour visiter le château de Kerak. Et ce fut une idée carrément géniale!

Notre arrêt à Kerak, lors de notre road trip entre la Mer Morte et Pétra
Notre arrêt à Kerak, lors de notre road trip entre la Mer Morte et Pétra
Road trip vers Pétra, le calme absolu avant que le charme soit rompu
Road trip vers Pétra, le calme absolu avant la tempête

Une ville animée, entre saveurs locales et tourisme

Arrivés à Kerak, nous nous sommes retrouvés dans un centre-ville convivial et animé, où trône fièrement la statue de Saladin. Nous avons eu tout le temps nécessaire pour admirer cette statue du premier dirigeant de la dynastie ayyoubide, puisque nous sommes restés coincés à sa hauteur dans un embouteillage monstre. Ce fut toutefois l’occasion de nous imprégner de l’ambiance un peu chaotique du centre-ville, où l’on retrouve beaucoup de locaux qui viennent boire un café, acheter des épices et des légumes ou flâner dans les boutiques de vêtements. Les femmes portaient de longs manteaux et cachaient leurs cheveux sous de jolis foulards qui leur encadraient le visage… Tandis que les hommes nous dévisageaient, les enfants et moi surtout, surpris et curieux de voir nos teints et cheveux clairs (sans animosité toutefois, je tiens à le préciser).

La statue de Saladin, dans le centre-ville de Kerak
La statue de Saladin, dans le centre-ville de Kerak

Une fois arrivés à proximité du château de Kerak et dans les rues environnantes, nous avons trouvé de nombreux restaurants et hôtels destinés aux touristes. Nous avons stationné notre voiture devant le Kir Heres Restaurant, où le chef (également propriétaire) propose un menu mariant des spécialités locales et une cuisine européenne. À l’époque où nous avons visité Kerak (2013), c’était le seul établissement de la ville qui vendait de l’alcool. Lorsqu’il a appris les origines françaises de mon mari, le propriétaire a insisté pour nous faire goûter un vin blanc produit localement… Un peu trop sucré à notre goût, mais l’ambiance était fort sympathique et nous y avons passé un moment agréable.

Kir Heres Restaurant, à proximité du château de Kerak
Kir Heres Restaurant, à proximité du château de Kerak

Un emplacement stratégique, à 1000 mètres d’altitude

La ville de Kerak repose sur un plateau triangulaire, à environ 1000 mètres d’altitude. Occupant la pointe Sud de ce plateau, le château de Kerak avait été construit, à l’origine, afin de contrôler les voies commerciales et l’exploitation des terres agricoles par les Francs. Élevé sur un piton rocheux et séparé de la ville par un fossé artificiel creusé dans la roche, son emplacement stratégique faisait en sorte qu’il était jugé imprenable. Aujourd’hui encore, bien qu’il ne reste que quelques vestiges de son glorieux passé, le château de Kerak offre une vue splendide sur les  vallées naturelles qui le bordent ainsi que le village d’Al-Shabiya.  C’est d’ailleurs ce que nous avons remarqué en premier en arrivant sur le site, complètement éblouis par le panorama qui s’offrait à nous.

La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak
La vue sur les environs, château de Kerak

Plus de 1000 ans d’histoire à raconter…

Le château de Kerak s’étend sur 220 mètres de longueur, pour une largeur variant de 125 à 40 mètres. L’ancienne entrée, Crusader’s Gate, n’étant pas ouverte au public, nous avons pénétré dans le château en empruntant l’entrée principale, Ottoman’s Gate, accessible par le biais d’un petit pont traversant un fossé sec.

Mes trois hommes devant l'entrée principale du château de Kerak (Ottoman's Gate)
Mes trois hommes devant l’entrée principale du château de Kerak (Ottoman’s Gate)

Une fois sur les lieux, nous avons accepté avec joie l’offre de visiter le château avec un guide. Très sympathique, celui-ci nous a fait découvrir le site en nous parlant de sa riche histoire. Nous avons ainsi appris que dès l’âge de fer, le site d’Al-Karak constituait un lieu important pour les Moabites, qui nommèrent l’endroit Qir of Moab. Par la suite, la ville fut conquise par des Nabatéens et, vers 105, par l’Empire romain. À la fin de l’Empire byzantin et au cours de la période islamique, un mur fortifié fut érigé tout autour de la ville. Malgré tout, c’est au temps des Croisades que le site devint particulièrement important. En 1142, Payen Le Bouteiller, seigneur d’Outre-Jourdain, débuta la construction du château de Kerak, qui se continua jusqu’aux années 1160, sous le règne de Philippe de Milly. L’héritière de ce dernier épousa Renaud de Chatillon, en 1176, un homme qui joua un rôle important dans l’histoire de Kerak. Reconnu comme un être barbare, il multiplia les provocations envers le peuple musulman. Pendant son règne, le château fut donc assiégé à trois reprises par l’armée de Saladin, ce qui mena à la capitulation des Croisés et à la victoire des Ayyoubides, en 1188. C’est à ces derniers que l’on doit aujourd’hui les plus importants vestiges architecturaux du château. Au siècle suivant, la forteresse fut prise par les Mamelouks, qui s’en servirent d’entrepôt, de chambre du trésor ainsi que de prison. Sous le règne des Ayyoubides et des premiers sultans mamelouks, le château fut l’objet de nombreuses rénovations et de grandes tours ont alors été ajoutées aux fortifications de la ville. Pendant cette période, l’accès à la ville se faisait par le biais de passages souterrains qui sont encore visibles aujourd’hui. Au début du XVIe siècle, à la suite de l’effondrement du pouvoir mamelouk, Kerak fut de plus en plus en marge du nouvel Empire ottoman. La route du pèlerinage vers La Mecque fut alors déviée de la ville, ce qui diminua du même coup son importance géopolitique. Finalement, la grande révolte arabe entraîna la fin de la domination turque, en 1918.

Notre fils aîné avec le guide du château de Kerak
Notre fils aîné avec le guide du château de Kerak

Bref, à travers l’histoire, le château de Kerak a fait l’objet de différentes conquêtes qui font en sorte que son architecture semble aujourd’hui hésiter entre des influences européennes, byzantines et arabes. Alors que certains murs évoquent la maçonnerie sombre des Croisés, d’autres rappellent plutôt la finesse arabe avec des blocs de calcaire plus légers. Bien qu’il soit endommagé en surface, le château offre de magnifiques vestiges souterrains, où les Croisés parvenaient à trouver de la fraîcheur en été. Pour profiter au maximum de votre visite, n’oubliez pas de vous munir d’une lampe de poche

Kerak13
Les ruines du château de Kerak
Les ruines du château de Kerak
Les ruines du château de Kerak
Kerak14
Les ruines du château de Kerak
Faisceau de lumière sur notre fils aîné, dans le sous-sol du château de Kerak
Faisceau de lumière sur notre fils aîné, dans le sous-sol du château de Kerak

En terminant, voici quelques clichés qui ont été pris lors de notre road trip entre Kerak et Pétra. Épuisés par la visite du château, les garçons ont dormi à poings fermés, ce qui nous a permis de profiter paisiblement des magnifiques paysages qui se succédaient devant nos yeux : certains désertiques, d’autres rocheux, et même quelques espaces de verdure. Une très belle journée sur la route quoi!

Nous poursuivons notre road trip vers Pétra
Nous poursuivons notre road trip vers Pétra
Des paysages désertiques, en route vers Pétra
Des paysages désertiques, en route vers Pétra
Des paysages rocheux, en route vers Pétra
Des paysages rocheux, en route vers Pétra
Un peu de verdure, en route vers Pétra
Un peu de verdure, en route vers Pétra

10 activités à découvrir dans les déserts du Moyen Orient

désert-titre

Ma première expérience du désert remonte à 2009, lors d’un voyage en Tunisie. J’avais alors fait une balade à dos de dromadaire dans le Sahara, au coucher du soleil. Cette expérience m’a profondément émue : le silence d’abord, puis le sentiment de plénitude envahissant mon corps et mon esprit, pour me laisser complètement muette devant tant de beauté… J’en suis revenue transformée, d’une certaine façon, et avide d’en découvrir davantage.

Dans le désert du Sahara, Tunisie - 2009
Désert du Sahara, Tunisie

J’étais loin de me douter, à ce moment-là, que j’irais vivre trois années au Moyen Orient et que le désert occuperait une place de choix dans mes activités hebdomadaires.

Il existe plusieurs types de déserts, qu’ils soient polaires, de sable, de roches ou de sel. Pour ce billet, j’ai choisi de vous parler, plus spécifiquement, des activités à découvrir dans les déserts de sable du Moyen Orient, en vous dressant mon top 10 en photos.

1. Admirer le coucher du soleil sur les dunes

Admirer le coucher du soleil est une activité qui, pour moi, est synonyme de vacances. Prendre le temps de regarder la nature s’endormir, sans se presser, me procure un bien-être immense. À mes yeux, ce sentiment de plénitude est amplifié dans le désert, surtout quand on s’y rend à l’extérieur des activités organisées, hors des sentiers battus. Il suffit de choisir une dune pour s’installer, prévoir des couvertures ou des vêtements chauds (car la température baisse drastiquement une fois la nuit tombée) et laisser la magie du désert opérer en savourant un verre de vin… ou de jus! Le spectacle est saisissant : le soleil qui décline peu à peu laisse apparaître un dégradé de couleurs et de textures dans le sable, tandis que le silence ambiant permet de se concentrer sur l’instant présent. Je vous partage, en photos, trois instants magiques que j’ai eu le bonheur de vivre dans les déserts de Liwa (Abu Dhabi), de Dubaï et de Wahiba (Sultanat d’Oman).

PicPlayPostPhoto-désertsoleil7c
Empty Quarter, Liwa, Abu Dhabi
Désert de Dubaï - 2010
Désert de Dubaï
Désert de Wahiba, Sultanat d'Oman - 2010
Désert de Wahiba, Sultanat d’Oman

2. Prendre des photos uniques

Chaque expérience du désert est unique. D’abord, les déserts se distinguent les uns des autres. Les couleurs sont variées, allant du sable blond au rouge, et la végétation change selon les saisons et l’endroit où l’on se trouve. Même en allant exactement au même endroit à plusieurs reprises, les paysages sont différents en fonction des conditions météorologiques. Les rencontres animales sont, elles aussi, difficiles à prévoir. C’est pourquoi une expérience du désert ne suffit pas pour en saisir toutes les nuances. Il faut y aller souvent et, surtout, ne pas oublier son appareil photo afin d’immortaliser le caractère unique de chaque excursion. Le coucher du soleil sur les dunes offre, notamment, des possibilités infinies pour faire des photographies de silhouettes en mouvement.

La photographe photographiée, désert de Dubaï - 2013
Désert de Dubaï
Désert de Dubaï - 2013
Désert de Dubaï

3. Aller à la rencontre des dromadaires

Animal emblématique du désert, le dromadaire est habituellement très recherché par les touristes qui y font leur première excursion. Les compagnies qui offrent des safaris dans le désert l’ont d’ailleurs bien compris et placent généralement la balade à dos de dromadaire au cœur de leurs forfaits. Comme tous les expatriés, nous avons tenté l’expérience des circuits organisés à plusieurs reprises, au grand bonheur de nos enfants! À chaque fois, c’est le fou rire généralisé lorsque le dromadaire se penche pour s’asseoir… Il faut s’accrocher!

Safari dans le désert de Dubaï - 2009
Safari dans le désert de Dubaï

Après plusieurs mois à croiser des dromadaires sur la route, l’animal perd toutefois de son attrait. De retour au Québec et lors de leurs vacances en France, nos enfants étaient davantage impressionnés à la vue d’une vache qui, à leurs yeux, était beaucoup plus exotique. Bien que les dromadaires soient peu à peu devenus des animaux familiers pour nous, c’est toujours un plaisir de les croiser par hasard, lors d’excursions familiales dans le désert. C’est un peu comme aller à la rencontre de vieux amis, sans planification ou itinéraire tracé à l’avance.

Désert de Dubaï - 2013
Désert de Dubaï

4. Faire du « Dune Bashing »

Pour les amateurs de sensations fortes qui ont le cœur solide, le « Dune Bashing » est définitivement une activité à essayer dans le désert. Plusieurs formules sont possibles pour les non-initiés. En effet, de nombreuses compagnies offrent des excursions dans le désert avec un chauffeur expérimenté, qui n’hésitera pas à attaquer les dunes de sable avec son 4X4, avant de faire un arrêt dans un lieu stratégique pour regarder le coucher du soleil (avec une douzaine d’autres chauffeurs et leurs clients!). Personnellement, je garde un souvenir mitigé de l’expérience. Mon fils aîné a le mal des transports et les cascades dans les dunes ont été particulièrement éprouvantes pour lui et, conséquemment, pour nous… Heureusement, le coucher du soleil nous a permis de reprendre notre souffle en goûtant à la magie du désert en famille.

Tour organisé de « Dune Bashing », Dubaï - 2009
Tour organisé de « Dune Bashing », Dubaï

Une autre façon d’essayer le « Dune Bashing » est de se rendre dans le désert avec un guide, mais en conduisant son propre véhicule. De cette façon, il est possible d’apprendre à conduire dans le désert, tout en allant à son propre rythme. Cette deuxième formule était beaucoup plus attirante pour nous. Nous l’avons expérimentée à Abu Dhabi, dans l’Empty Quarter, le plus grand désert de sable du monde. Cette expérience nous a permis d’apprendre différents trucs pour conduire dans le désert de façon sécuritaire, tels que dégonfler ses pneus, respecter le sens des dunes et apprendre à bien réagir lorsque le véhicule s’enlise dans le sable.

Empty Quarter, Liwa, Abu Dhabi - 2010
Empty Quarter, Liwa, Abu Dhabi

Nous y avons également appris la marche à suivre en trois étapes pour braver les dunes : 1- prendre de l’élan et monter, 2- faire un arrêt au sommet pour observer les environs et, finalement, 3- basculer et descendre la dune en contrôlant sa vitesse. Depuis cette brève initiation, nous avons toujours roulé dans le désert de façon autonome et sans nous presser.

Cours 101 de conduite dans le désert
Cours 101 de conduite dans le désert

Pour les plus téméraires, il est également possible de louer un quad ou une moto pour aller à la conquête des paysages désertiques. Chez les expatriés de Dubaï, une excursion populaire consiste à rejoindre Jebel Maleihah (site mieux connu sous le nom de Fossil Rock), dans l’Émirat de Sharjah, afin de profiter des paysages de rocs baignés de sable. Le site a été baptisé ainsi en raison des fossiles marins qui jonchent le sol et qui datent de plusieurs millions d’années, alors que le désert d’Arabie était recouvert d’eau.

Off-Road vers Fossil Rock, désert de Dubaï - 2010
Fossil Rock, désert de Sharjah

5. Dormir dans le désert

Après quelques randonnées dans le désert, l’envie d’y passer la nuit s’impose afin de vivre pleinement l’expérience bédouine. Plusieurs possibilités s’offrent alors aux aventuriers, en fonction des intérêts et du budget disponible. On peut, tout simplement, dormir à la belle étoile en utilisant une tente classique. Mais pour une première nuit dans le désert, il peut être rassurant de privilégier l’excursion en groupe avec un guide. Cette formule comprend généralement l’équipement de camping nécessaire pour ceux qui n’en possèdent pas, ainsi que des viandes grillées au BBQ à partager autour d’un feu de camp. Afin d’éviter les déceptions, il importe toutefois de bien s’informer de l’endroit où le campement doit avoir lieu. Certains campements mal situés (ex.: village ou aéroport à proximité) sont très bruyants pendant la nuit ou à l’aube, ce qui contribue à rompre le calme attendu d’une nuit dans le désert.

Camping dans le Désert de Liwa, Abu Dhabi - 2010
Camping dans le Désert de Liwa, Abu Dhabi

À ce jour, notre coup de cœur demeure notre nuit passée dans le désert de Wahiba, au 1000 Nights Camp. Pour atteindre ce campement, il faut rouler près de 40 kilomètres à partir d’Al Wasil, l’une des portes du désert d’Oman. Sur le site, une vingtaine de tentes bédouines en laine attendent les visiteurs pour la nuit. À la tombée de la nuit, des lanternes illuminent le camp, ce qui ajoute à la magie des lieux. Au petit matin, les dromadaires se promènent entre les tentes, au grand bonheur des petits et des grands!

1000 Nights Camp, Désert de Wahiba, Sultanat d'Oman - 2010
1000 Nights Camp, Désert de Wahiba, Sultanat d’Oman

Pour les plus douillets, certains complexes hôteliers offrent de passer une nuit en plein désert, dans un véritable oasis de luxe. C’est le cas du Bab Al Shams Desert Resort, un hôtel cinq étoiles situé au cœur du désert de Dubaï. Décoré dans un style bédouin, l’hôtel est idéal pour une petite escapade romantique, loin de l’agitation urbaine de Dubaï. On peu s’y baigner dans les piscines infinies (infinity pools) qui semblent tout droit sorties d’un mirage entre les dunes de sable, en plein cœur du désert.

Week-end au Bab Al Shams, Dubaï - 2013
Week-end au Bab Al Shams Desert Resort, Dubaï

6. Jouer dans les dunes de sable

Pour les enfants, le désert représente un immense carré de sable, où les occasions de s’amuser ne manquent pas. Pour eux, c’est toujours un plaisir d’escalader les dunes pour ensuite les descendre à la course, en surf des sables (sandboarding), en glissant ou en faisant des pirouettes. Voici, en images, des exemples de ces moments de bonheur dans les dunes de Wahiba (Sultanat d’Oman), du désert rouge du Wadi Rum (Jordanie) et du désert de Dubaï.

Jeux et glissades dans les dunes du désert de Wahiba, Sultanat d'Oman - 2010
Jeux et glissades dans les dunes du désert de Wahiba, Sultanat d’Oman
Désert rouge du Wadi Rum, Jordanie - 2012
Course dans le désert rouge du Wadi Rum, Jordanie
Pirouette dans le désert de Dubaï - 2012
Pirouette dans le désert de Dubaï

7. Faire un pique-nique ou prendre le thé

En attendant d’admirer le coucher du soleil, quoi de mieux que de prendre un petit apéro ou de faire un pique-nique dans les dunes de sable? Évidemment, il faut faire preuve de discrétion avec l’alcool en sol musulman. Quelques verres de plastique et le tour est joué (réutilisables les verres, ou alors on pense à faire le ménage derrière soi…)!

Apéro dans le désert de Dubaï - 2012
Apéro dans le désert de Dubaï

Pour les plus sages, l’apéro alcoolisé peu être remplacé par un thé. C’est ce que nous avons fait en Jordanie, lors de notre excursion pour découvrir le désert du Wadi Rum. Nous avons été invités à goûter un thé jordanien parfumé à la sauge dans une tente, au milieu des dunes de sable aux couleurs variant du jaune or au rouge foncé. Un délice à la fois pour les yeux et les papilles!

Désert rouge du Wadi Rum, Jordanie - 2012
Thé dans le désert du Wadi Rum, Jordanie

8. Regarder un spectacle traditionnel

Aux Émirats Arabes Unis, plusieurs compagnies offrent la possibilité d’assister à un souper-spectacle dans le désert. Cette formule est généralement combinée à une activité proposée aux touristes en fin d’après-midi, que ce soit la balade à dos de dromadaire ou le « Dune Bashing », suivie d’un arrêt pour admirer le coucher du soleil sur les dunes de sable. La formule est semblable d’une compagnie à l’autre et comprend généralement les éléments suivants : des kiosques où l’on peut acheter des souvenirs, essayer des vêtements traditionnels ou se faire dessiner un tatouage temporaire au henné; un petit enclos où les touristes sont invités à monter à dos de dromadaire ou à porter un faucon sur leur bras; ainsi que des espaces remplis de coussins pour fumer la chicha. Un buffet est servi en plein air, à base de viandes grillées, alors qu’un spectacle met en scène des danseuses du ventre et des danseurs de tanoura. Habituellement réservée aux hommes, la tanoura est une danse folklorique égyptienne, qui consiste à tourner sans arrêt sur soi-même avec une jupe colorée et, parfois, illuminée.

Spectacle de Tanura, désert de Dubaï - 2009
Spectacle de Tanura, désert de Dubaï

À l’instar des formules d’hébergement qui sont variées, allant de la plus grande simplicité aux formules de luxe, les soirées dans le désert peuvent elles aussi être grandioses pour ceux qui souhaitent y mettre le prix. À Dubaï, un bon compromis est de s’offrir une soirée au restaurant Al Hadheerah. Situé dans le complexe hôtelier du Bab Al Shams Desert Resort, ce restaurant offre un cadre exceptionnel pour passer une soirée inoubliable sous les étoiles, à regarder un spectacle typique, tout en dégustant des produits variés (le buffet est hallucinant!). Ceux qui passent la nuit à l’hôtel ont aussi la possibilité de vivre une initiation à la fauconnerie. Traditionnellement pratiqué par les bédouins, ce sport (parfois qualifié d’art) occupe une place de choix dans la culture arabe. Aujourd’hui, on le qualifie de « sport des princes », car seuls les plus fortunés peuvent le pratiquer. Le spectacle est très impressionnant et permet de voir de plus près la bête qui figure sur les billets de banque des Émirats Arabes Unis et du Sultanat d’Oman.

Avec les faucons, Bab Al Shams Desert Resort - 2013
Bab Al Shams Desert Resort
Falcon Show, Bab Al Shams Desert Resort, Dubaï - 2013
Falcon Show, Bab Al Shams Desert Resort, Dubaï

9. Faire un feu de camp

Une fois le soleil couché, le froid s’installe rapidement dans le désert. Pour continuer à profiter de la magie des lieux, il est agréable de se regrouper autour d’un feu de camp. Le son d’une guitare, des guimauves à griller, une petite chicha à partager et tout est en place pour une soirée inoubliable.

Feu de camp dans le désert de Wahiba, Sultanat d'Oman - 2010
Feu de camp dans le désert de Wahiba, Sultanat d’Oman

10. Découvrir des trésors enfouis dans le sable

Mes enfants adorent jouer aux explorateurs. Pour faire leur bonheur, il n’est pas nécessaire de trouver une rose des sables ou encore des fossiles marins. Une simple fleur ou des pistes de petits visiteurs suffisent amplement à remplir leurs yeux d’émerveillement et à stimuler leur imagination. La trouvaille dont ils ont été le plus fiers demeure le squelette d’un dromadaire, séché au soleil et trouvé au sommet d’une dune. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut s’improviser une épée avec un os de dromadaire, n’est-ce pas?

Fleur qui pousse dans le désert de Dubaï - 2013
Fleur qui pousse dans le désert de Dubaï
PicPlayPostPhototracesdanslesable2
Les traces de petits visiteurs, Désert de Wahiba, Sultanat d’Oman
PicPlayPostPhoto-albantresor
Une épée faite d’un os de dromadaire, désert de Dubaï

Et vous, quelles activités du désert vous inspirent le plus?

Cinq destinations du Moyen-Orient à découvrir pour leurs souks

epices-souk

Flâner dans les souks est une façon d’entrer au cœur d’un pays, en s’imprégnant de ses odeurs, de ses bruits et des habitudes locales. C’est le lieu du meilleur et du pire. Pour s’y sentir bien, il faut y aller dans un certain état d’esprit, c’est-à-dire en étant ouvert aux autres et aux différences, reposé et zen. Dans le cas contraire, les sollicitations des artisans, l’éternel marchandage, les allées étroites et la foule peuvent rapidement être interprétés comme du harcèlement, voire un manque total de savoir-vivre ou d’hygiène. Soyons honnêtes, un souk ne dégage pas que des odeurs inspirantes, n’est pas nécessairement synonyme de « bonnes affaires » et peut engendrer un sentiment d’étouffement (et pas seulement chez les claustrophobes!). Mais c’est aussi l’endroit par excellence pour découvrir les produits typiques d’une région et interagir avec les locaux. On parle souvent des souks du Maghreb, mais qu’en est-il des souks du Moyen-Orient? Parce que je raffole de ces endroits et des produits qu’ils proposent, je vous suggère cinq destinations du Moyen-Orient à découvrir pour leurs souks.

Dubaï : or, épices et artifices

Mes trois années d’expatriation en sol dubaïote m’ont donné l’opportunité de me perdre fréquemment dans les ruelles étroites des souks. Situé à proximité du musée de Dubaï, le souk aux textiles regorge de foulards colorés, de chaussures et de vêtements variés : du simple chandail souvenir aux tenues dignes des contes des mille et une nuits. Après avoir négocié (ça fait partie de l’expérience!) un ou deux pashminas (très pratiques dans cette section plus traditionnelle de la ville afin de ne pas se faire trop remarquer!), il ne faut pas hésiter à prendre un abra (bateau-taxi traditionnel), qui fait la navette entre la rive de Bur Dubaï et celle de Deira. Pour 1 AED (environ 25 cents), vous pourrez ainsi découvrir le souk de l’or et ses multiples vitrines qui exposent de nombreux bijoux (attention, mieux vaut les acheter au Gold & Diamond Park pour un meilleur rapport qualité-prix). Non loin de là, vous trouverez également le souk aux épices, qui saura assurément inspirer vos créations culinaires.

En abra, pour se rendre au souk aux épices, Dubaï - 2013
En abra, pour se rendre au souk aux épices, Dubaï
Souk aux épices, Dubaï - 2013
Souk aux épices, Dubaï

Pour ceux qui n’aiment pas les foules, les bruits ou qui craignent la chaleur de l’été,  le souk de la Madinat Jumeirah reste une alternative intéressante. Situé dans le quartier neuf de la ville, vous y trouverez des produits similaires (à des prix carrément plus élevés), mais surtout des restaurants à l’ambiance inégalée. Réplique moderne des souks traditionnels, l’endroit est idéal pour une soirée romantique (on remarque moins l’aspect artificiel des lieux une fois la nuit tombée), avec ses tours à vent, ses lumières et ses canaux où l’on peut circuler en abra (pour la modique somme de 75 AED!). Malgré le côté artificiel du lieu, il demeure un site à ne pas manquer lors d’une visite du célèbre Émirat.

Madinat Jumeirah, Al Qasr Hotel
Madinat Jumeirah, Al Qasr Hotel, Dubaï
Station de abra, Madinat Jumeirah, Dubaï
Station de abra, Madinat Jumeirah, Dubaï

Oman : accueil et authenticité

Visiter les souks du Sultanat d’Oman, c’est aller à la rencontre d’un peuple accueillant et aimable, dans un décor aussi enchanteur qu’authentique. Le souk de Mutrah est, à cet égard, à ne pas manquer. Son entrée principale donne sur la corniche, tout près de la grande mosquée au dôme bleu. Le marché est entièrement couvert et propose des marchandises de toutes sortes : pendentifs, parfums, pashminas, épices, poteries et objets artisanaux. Une balade dans les environs s’impose, afin de découvrir les demeures de bois blanc édifiées par les Lawatiya (marchands venus d’Inde) au XVIIe siècle, de même que les nombreux forts sculptés dans la roche. Au bout de la corniche, les pêcheurs vendent leurs prises du jour à même le sol.

En route vers le souk de Mutrah, Oman
En route vers le souk de Mutrah, Oman
L'entrée du Souk de Mutrah, Oman
L’entrée du Souk de Mutrah, Oman

Le souk de Nizwa est, quant à lui, entouré de remparts et scindé en différents quartiers. Célèbre pour son marché aux chèvres du vendredi, on y retrouve aussi des poissons, des légumes, des viandes, des épices et des poteries. Non loin du souk, on peut visiter un fort du XVII siècle, qui permet d’admirer la ville et les montagnes environnantes.

Quartier des poteries, Souk de Nizwa, Oman
Quartier des poteries, Souk de Nizwa, Oman

Qatar : objets typiques et insolites

Situé à Doha, le souk Waquif est le plus ancien du Qatar et, malgré les rénovations, il demeure assez authentique. En son centre, la haute spirale du Fanar, qui abrite le Islamic Cultural Center, attire les regards. Plusieurs cafés permettent aux hommes de faire une pause dans la place centrale (car force est de constater que peu de femmes se permettent ce luxe!). Une fois à l’intérieur, il est facile de se perdre dans le dédale d’allées qui offrent des produits variés, des plus typiques aux plus insolites. Outre une grande variété de shishas, de chaussures, de bijoux et les traditionnels costumes aux couleurs locales, on y retrouve un souk aux faucons et une section pour la vente de petits animaux (lapins, tortues, oiseaux), dont plusieurs sont colorés artificiellement (!). Le souk de l’or se retrouve, quant à lui, dans une section indépendante, climatisée et très chic (la clientèle-cible n’est manifestement pas la même!).

Souk Waquif, Doha, Qatar
Souk Waquif, Doha, Qatar
Les textiles du souk Waquif, Doha, Qatar
Quartier des textiles
Quartier des faucons, Souk Waquif, Doha, Qatar
Quartier des faucons
Le quartier des épices, Souk Waquif, Doha, Qatar
Quartier des épices
Quartier des animaux colorés artificiellement
Quartier des animaux domestiques (dont certains sont colorés artificiellement!)

Abu Dhabi : le Camel Souk

Vous avez aimé Sexe à New York 2 et vous avez envie de suivre les traces de Carrie et ses copines en visitant le souk d’Abu Dhabi présenté à l’écran? C’est malheureusement impossible, car le célèbre Émirat a refusé d’héberger le tournage qui a plutôt eu lieu au Maroc. Malgré tout, on peut trouver de nombreux souks dans l’Émirat d’Abu Dhabi, dont le marché des dromadaires. Situé à Al Aïn, le Camel Souk ne regroupe pas seulement des dromadaires, mais bien une variété d’animaux dans des enclos en béton. Pour les néophytes comme moi, un dromadaire reste un dromadaire. Mais pour une poignée de dirhams (à négocier à l’avance pour éviter les mauvaises surprises!), vous trouverez un marchand prêt à vous expliquer la différence entre les dromadaires de course, ceux que l’on mange, ceux destinés à l’élevage ou encore à la production de lait (à essayer une fois – le lait de dromadaire… Mais juste une!). Instructif! Pour ma part, j’ai été particulièrement touchée, lors de ma deuxième visite, d’introduire mon fils alors âgé d’un mois à un dromadaire qui venait tout juste de naître. Ce fut un moment particulièrement magique! Al Aïn offre aussi d’autres sites remarquables, tels que son zoo, son Oasis, ainsi que la montagne Jebel Hafeet.

Camel Souk, Al Aïn, Abu Dhabi
Camel Souk, Al Aïn, Abu Dhabi
Mon fils aîné avec le bébé dromadaire
Mon fils aîné avec un bébé dromadaire

Jordanie : souk et bord de mer

Située au Sud de la Jordanie, Aqaba est la principale station balnéaire du pays. Son souk by the sea permet de se familiariser avec l’artisanat jordanien. On y retrouve des items typiques, tels que des foulards multicolores, des vêtements, des bijoux et des épices, mais aussi des flacons de sables colorés, des produits de la Mer Morte, des bijoux en argent du  Wadi Musa et des pétroglyphes du Wadi Rum. Le souk d’Aqaba  est particulièrement animé le vendredi soir, du mois d’octobre au mois de mai. Visiter Aqaba, c’est aussi l’occasion de découvrir les fonds marins de la Mer Rouge et de marcher sur les traces de Laurence d’Arabie en explorant le désert rouge du Wadi Rum (qui est à proximité).

La ville d'Aqaba, vue de la mer
La ville d’Aqaba, Jordanie
Items traditionnels à vendre, souk by the sea, Aqaba
Items traditionnels à vendre, Souk by the sea, Aqaba

En espérant vous avoir inspirés à vous lancer dans une tournée des souks du Moyen-Orient!