« Back to the Future Day » : 5 villes qui laisseraient Marty McFly sans voix en 2015

Back to the future

Si vous êtes de ma génération, vous vous rappelez très certainement avoir regardé la trilogie « Retour vers le futur », dans laquelle Michael J. Fox incarnait Marty McFly. Le deuxième film de cette trilogie, « Retour vers le futur II » est sorti dans les salles de cinéma en 1989, alors que j’étais âgée d’à peine 12 ans. Ce film m’a profondément marquée. J’y ai rêvé mon futur, imaginé ce que serait ma vie  vingt-six ans plus tard, quand je serais « vieille »… Et ce futur que je pensais très éloigné à l’époque, je le vis aujourd’hui, en ce 21 octobre 2015, jour où Marty McFly arrive du passé pour découvrir des voitures volantes, des serveurs robots, des chaussures qui se lacent seules et l’hoverboard. Je n’ai toujours pas eu l’occasion de monter à bord d’une voiture volante ni d’enfiler des chaussures « auto-laçantes », mais je suis certaine que Marty McFly aurait été très surpris de découvrir cinq villes aux allures futuristes que j’ai eu l’occasion de visiter au cours des dernières années.

1- Dubaï

Les habitués du blogue ne seront pas surpris de retrouver Dubaï dans notre palmarès, puisque nous parlons souvent de notre expatriation familiale de trois années dans cette ville. Nous avons d’ailleurs publié des articles qui proposent des activités insolites à faire en famille dans ce coin du monde. Située en plein désert, Dubaï est une ville ultramoderne qui abrite, notamment, le plus grand jardin floral au monde, une station de ski intérieure où l’on peut interagir avec des pingouins, une île artificielle en forme de palmier, la plus haute structure humaine jamais construite (le Burj Khalifa), ainsi qu’un hôtel en forme de voile autoproclamé sept étoiles (le Burj al Arab). Rien n’est trop grand ou trop luxueux pour Dubaï, où l’architecture verse plus souvent qu’autrement dans la démesure. 

Burj al Arab, Dubaï - crédit photo : Isabelle Cyr
Burj al Arab, Dubaï – crédit photo : Isabelle Cyr

2- Abu Dhabi

Capitale des Émirats Arabes Unis, la ville d’Abu Dhabi compte aussi de nombreux bâtiments et projets aux allures futuristes, tels que le Yas Hotel (situé sur l’île de Yas), la tour la plus penchée au monde (Capital Gate), ainsi qu’une tour en forme de lentille. D’ici 2018, le célèbre Émirat prévoit développer l’île de Saadiyat, un district culturel qui comprendra plusieurs musées, tels que le Louvre de Jean Nouvel et le Guggenheim de Frank Gehry. Le projet Al Masdar prévoit aussi le développement d’une cité dotée d’une centrale photovoltaïque, qui permettra à la ville d’être totalement autonome en matière énergétique et de ne pas émettre de CO2 en bannissant les voitures actuelles. Un projet un peu paradoxal compte tenu que l’Émirat d’Abu Dhabi est un des plus gros producteurs de pétrole du Golfe persique…

Par Aziz J.Hayat (Flickr: Ferrari World Abu Dhabi) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons
Ferrari World Abu Dhabi, situé sur Yas Island. Crédit photo : Aziz J.Hayat, via Wikimedia Commons

3- Doha

Pour les amateurs d’architecture futuriste, la capitale du Qatar est riche en découvertes. Dans le quartier Westbay, de nombreuses tours en verre attirent les regards, avec des hauteurs et des coûts de plus en plus élevés. On y retrouve, notamment, l’Al Bidda Tower et ses 215 mètres de verre incurvé, le Burj Qatar et ses 45 étages d’aspect texturé, de même que la Tornado Tower et son éclairage extérieur spectaculaire. Au nord de la ville, on retrouve également The Pearl, un archipel d’îles artificielles de plus de 400 hectares qui émerge de la lagune. Vu du ciel, l’archipel a la forme de plusieurs huîtres juxtaposées avec une perle en leur centre. En ces lieux, on ne peut que constater la croissance économique du Qatar, l’un des pays les plus riches du monde.

Corniche de Doha
La Corniche de Doha et ses tours spectaculaires

4- Singapour

Nous n’avons passé que quelques heures à Singapour lors d’une escale, mais ce fut suffisant pour être impressionnés par cette ville aussi futuriste que glamour. Capitale de l’insolite, Singapour offre l’une des skylines les plus époustouflantes de la planète, avec des buildings ultramodernes, contrastant habilement avec des espaces verts qui valent à la ville le surnom de « ville-jardin ». Le célèbre Marina Bay Sands Hotel est reconnu dans le monde entier pour son immense terrasse perchée à plus de 200 mètres de hauteur, de même que sa longue piscine à débordement. Depuis 2012, Gardens by the Bay est un espace vert qui abrite des jardins tropicaux composés de 18 arbres géants reliés par des passerelles. Un décor à la fois surprenant et enchanteur!

Flower Dome, Gardens by the Bay. Crédit photo : Shiny Things sur Flickr
Flower Dome, Gardens by the Bay. Crédit photo : Shiny Things sur Flickr

5- Las Vegas

Notre plus récent voyage nous a permis de découvrir Las Vegas, une ville à l’architecture extravagante. Située en plein désert, cette ville nous a fascinés par son mélange de styles architecturaux, mariant le classique et l’ultramoderne, l’originalité et l’imitation. Le Strip est, très certainement, la partie la plus futuriste de la ville. Il s’agit d’une portion de Las Vegas Boulevard qui s’étend sur six kilomètres, entre la tour Stratosphere au nord et l’hôtel Mandalay Bay au sud. On y retrouve les immeubles les plus récents et tape-à-l’œil de la ville, ainsi que de nombreuses répliques architecturales : fausse Tour Eiffel, fausse statue de la Liberté, faux canaux où voguent des gondoles, fausse pyramide, etc. Un tour du monde artificiel pour les touristes pressés!

Vue sur Las Vegas, du haut de la stratosphere
Vue sur Las Vegas, du haut de la stratosphere

Après avoir visité toutes ces villes futuristes, je me demande si la réalité n’a pas dépassé la fiction proposée dans le film réalisé par Robert Zemeckis… Mais encore faudrait-il pouvoir les visiter en voiture volante! Peut-être pour le 21 octobre 2041, qui sait?

Rien à faire lors d’une escale à Doha? 8 activités qui vous prouvent le contraire.

doha

Alors que j’avais déjà en tête d’écrire un article sur Doha, la capitale du Qatar, j’ai lu un commentaire sur un forum de voyage qui m’a incitée à me mettre rapidement au travail. Il s’agissait d’une jeune femme qui demandait des conseils pour une escale à Doha : « Est-ce que la ville vaut le coup de s’y arrêter quelques heures? » demandait-elle… Pour réponse, elle n’a reçu qu’un seul commentaire, net et incisif, coupant certainement toute forme d’enthousiasme envers cette destination : « non, il n’y a rien à faire dans cette ville! »…

Vraiment? Pourtant, j’ai passé une semaine à Doha et je suis loin d’avoir le sentiment de tout avoir vu, de tout avoir fait. Je connais aussi des gens qui y vivent depuis quelques années et qui ne sont ni blasés, ni désespérés de leur existence.  À mon sens, tout est une question de posture, de capacité à s’ouvrir à un nouveau pays et à s’émerveiller. Étant donné que la capacité d’émerveillement ne me fait pas défaut, je te propose à toi, voyageur hésitant, huit idées d’activités afin de profiter d’une escale à Doha… 😉

1- Découvrir des objets traditionnels et inusités au souk Waquif

Situé à Doha, le souk Waquif est le plus ancien du Qatar et, malgré les rénovations, il demeure assez authentique. Ce souk fut un véritable coup de cœur pour moi lorsque j’ai visité le Qatar en 2012. J’en ai d’ailleurs parlé auparavant dans un billet au sujet de cinq destinations du Moyen-Orient à découvrir pour leurs souks. Sur la place centrale, les hommes en tuniques blanches  (dishdash) sont attablés dans des petits cafés, tandis que les femmes déambulent dans leurs élégantes robes noires (abaya). À l’intérieur du souk proprement dit, il est facile de se perdre dans le dédale d’allées qui offrent des produits variés, des plus typiques aux plus insolites. Outre une grande variété de shishas, de chaussures, de bijoux et les traditionnels costumes aux couleurs locales, on y retrouve un souk aux faucons et une section pour la vente de petits animaux (lapins, tortues, oiseaux), dont plusieurs sont colorés artificiellement – oui, oui… vraiment. Un peu surprenant! Le souk de l’or se retrouve, quant à lui, dans une section indépendante, climatisée et très chic (la clientèle-cible n’est manifestement pas la même!).

Souk Waquif

2- En prendre plein la vue au musée d’Art islamique

Érigé sur une île artificielle à 60 mètres de la corniche, le musée d’Art islamique de Doha surprend avant même d’y entrer. Sa conception a été confiée à l’architecte Ieoh Ming Pei, qui fut également à l’origine de la pyramide du Louvre. Inauguré en 2008, sa géométrie extérieure, à la fois angulaire et originale, en fait déjà un édifice iconique du Qatar. Ses pierres blanches s’élèvent autour d’un atrium central, où le soleil improvise un magnifique jeu d’ombres et de lumières. Une fois sur les lieux, deux haies formées de hauts palmiers bordent le chemin menant au musée. On comprend, dès lors, que l’on pénètre dans un lieu d’exception. Réalisé par Jean-Michel Wilmotte, l’aménagement intérieur est à la fois sobre, élégant et original. Il débute avec un escalier double en colimaçon, qui fait une courbe jusqu’au deuxième étage. Sur la façade nord, un mur de verre de 45 mètres offre une vue sur le Golfe et la skyline de Doha, et ce, depuis les cinq niveaux de l’atrium. Les salles d’exposition sont, quant à elles, ornées de porphyre gris foncé et de bois brésilien à l’aspect métallique. L’exposition permanente du musée compte plus de 700 œuvres incluant, notamment, des manuscrits, des calligraphies islamiques, des céramiques, ainsi que des pierres précieuses. Ces objets proviennent de différents pays, tels que l’Egypte, la Turquie, l’Espagne, l’Inde et l’Iran. Le musée réunit la plus grande collection d’art islamique au monde.

Musée d'art islamique de Doha

3- S’initier à la culture locale au Fanar, Centre Culturel Islamique

Le Centre Culturel Islamique du Qatar, aussi appelé Fanar, a pour objectif d’informer le grand public sur l’islam et la culture qatarienne. L’édifice dans lequel il est situé renferme une mosquée, une école religieuse, des bureaux, une salle de prière, ainsi qu’une bibliothèque. Sa forme en spirale symbolise la lumière nécessaire dans le cheminement spirituel de l’homme. On le nomme d’ailleurs Fanar, c’est-à-dire « phare » en qatari, car il est surmonté d’une tour représentant un phare. Les visiteurs y sont accueillis par des étudiants bénévoles et peuvent participer à de nombreuses activités. En plus des informations sur l’islam, sa définition et ses cinq piliers, on peut  y suivre des cours d’arabe, s’initier à l’art islamique ou encore assister à des conférences.

Islamic Cultural Art Center

4- Se balader sur la Corniche, entre tradition et modernité

Afin de bien cerner la double personnalité de la ville, entre tradition et modernité, une balade sur la Corniche de Doha s’impose. D’une part, cette promenade de 7 kilomètres permet une  vue magnifique sur West Bay, le quartier des affaires, avec ses tours qui donnent l’impression de flotter sur l’eau. De jour comme de nuit, le tableau est spectaculaire. Le contraste avec les boutres traditionnels des pêcheurs, qui naviguent tranquillement sur l’eau turquoise de la baie, est également saisissant. Tout au long de la balade, on retrouve de nombreux monuments, dont le musée d’Art islamique, mais aussi des sculptures urbaines qui représentent des emblèmes du pays (oryx, perle géante, etc.). En 2013, la Corniche  a momentanément hébergé l’immense statue immortalisant le « Coup de tête » de Zinedine Zidane contre l’Italien Marco Materazzi en finale du Mondial 2006, qui fut finalement retirée après avoir suscité une vive polémique.

Corniche de Doha

5- Explorer The Pearl, la célèbre île artificielle du Qatar

Au Nord de Doha, The Pearl est un archipel d’îles artificielles de plus de 400 hectares qui émerge de la lagune de West Bay. Anciennement réputé pour la pêche aux perles, le site regroupe aujourd’hui des villas, des restaurants, des hôtels et des boutiques de luxe. Vu du ciel, l’archipel a la forme de plusieurs huîtres juxtaposées avec une perle en leur centre. Trois marinas se retrouvent au cœur de l’ensemble, dont Porto Arabia. J’ai d’ailleurs écrit un billet vous livrant mes impressions au sujet de cette marina où j’ai eu l’occasion de flâner plusieurs heures lors de mon séjour au Qatar. Eau turquoise, yachts luxueux, immeubles élégants… L’ensemble est si parfait qu’il semble irréel. On peut y faire une balade agréable le long de La Croisette, une promenade de front de mer de 2,5 kilomètres, bordée de restaurants, de cafés et de boutiques de luxe.

The Pearl

6- Faire du shopping ou un tour de gondole au Villagio

Le Villagio est un centre commercial qui représente un village italien sur 125 000 mètres carrés. On y retrouve plusieurs boutiques de luxe (Christian Louboutin, Prada, D&G Junior, etc.), un supermarché, une patinoire et de nombreux restaurants, mais c’est surtout l’architecture des lieux qui attire le regard des visiteurs. Traversé par un canal artificiel, le centre commercial a été conçu afin d’évoquer Venise : un ciel bleu est peint au plafond, des petits ponts aux allures romantiques permettent d’accéder aux boutiques et restaurants qui bordent les deux côtés du canal, des gondoles glissent sur l’eau et offrent des balades aux visiteurs… Que l’on aime ou pas, le lieu est intéressant à découvrir. À proximité, la zone Aspire, la cité des sports, comporte un stade de football, une piscine olympique, un parc vert, de même qu’une tour de 300 mètres (la tour Aspire).

Villagio

7- Se divertir au Katara Cultural Village

Conçu afin de servir de lieu de rencontres et d’échanges artistiques, le village culturel de Katara est à la fois moderne et traditionnel. On y retrouve, entre autres, des galeries d’art, un amphithéâtre et deux halls de concerts destinés à l’opéra, au ballet et aux productions théâtrales, une plage qui offre de nombreuses activités nautiques, de même que plusieurs magasins et restaurants. Lors de notre voyage au Qatar, le site était très animé en raison du festival du film. On peut y manger d’excellents poissons et fruits de mer à L’wzaar Seafood Market, qui offre une variété de poissons frais (dont plusieurs pêchés localement). Il suffit de choisir la pièce que l’on souhaite manger, de même que la cuisson désirée et les accompagnements, et tout est servi de façon impeccable. Pour une version avec alcool, l’hôtel Intercontinental Doha offre un concept similaire, au Fish Market, un restaurant situé au bord de la mer et tout près du village culturel de Katara.

Katara Cultural Village

8- Admirer l’architecture des immeubles de West Bay

Le quartier des affaires de West Bay est composé de tours en verre dont la hauteur et les coûts sont de plus en plus élevés. Pour les amateurs d’architecture, le quartier est riche en découvertes. On y retrouve, notamment, l’Al Bidda Tower et ses 215 mètres de verre incurvé, le Burj Qatar et ses 45 étages d’aspect texturé, de même que la Tornado Tower et son éclairage extérieur spectaculaire. Pour les amateurs de shopping, le plus grand centre commercial de Doha, le City Center,  vous y attend, avec plus de 370 boutiques, deux patinoires, un bowling, des aires de jeux, de nombreux restaurants ainsi qu’un cinéma de 14 salles.

Centre de Doha

Convaincus? Si vous ne l’êtes pas encore, vous le serez sûrement en visitant les nombreux sites accessibles à partir de Doha : le désert de l’arrière-pays, les courses de dromadaires, les plages de l’île de Shara’O dont les fonds sous-marins réjouissent les plongeurs, la mer intérieure du sud-est… Et tellement plus!

The Pearl : ma visite sur l’île artificielle du Qatar

The Pearl - titre

Au Nord de Doha, la capitale du Qatar, un archipel d’îles artificielles de plus de 400 hectares émerge de la lagune de West Bay. Nommée The Pearl en raison du site où elle se trouve, anciennement réputé pour la pêche aux perles, cette construction étonnante regroupe des villas, des restaurants, des hôtels et des boutiques de luxe. Vu du ciel, l’archipel a la forme de plusieurs huîtres juxtaposées avec une perle en leur centre. Trois marinas se retrouvent au cœur de l’ensemble, dont Porto Arabia. Dans ce billet, je vous livre mes impressions sur cette marina où j’ai eu l’occasion de flâner plusieurs heures lors de mon séjour au Qatar en 2012.

Porto Arabia, The Pearl-Qatar, Doha
Porto Arabia, The Pearl-Qatar, Doha

Porto Arabia, un décor de luxe qui semble irréel

Ma balade dans la marina de Porto Arabia a débuté en matinée. Une fois le chauffeur de taxi reparti, je me suis retrouvée seule dans ce décor de luxe. Il n’y avait pas âme qui vive. Personne. Les chantiers de construction des alentours étaient inactifs, les cafés et les boutiques fermés. Je ne savais pas encore que Porto Arabia s’anime surtout en fin de journée, pour devenir un lieu de rassemblement et de fête en soirée. D’abord déçue, je me suis dit que le mieux était de revenir sur mes pas afin de trouver un taxi qui pourrait me conduire dans un endroit plus animé. Je pensais alors me rendre au Souk Waquif ou au Musée d’Art Islamique de Doha. J’ai remonté le boulevard à la recherche d’un véhicule aux couleurs turquoise et argent, mais sans succès… C’était ma première journée à Doha et j’ignorais encore que trouver un taxi dans ce coin du monde relève de l’exploit. Je me suis alors dit que j’allais saisir cette opportunité afin de voir les lieux s’éveiller tranquillement, sans me presser.

J’ai commencé ma balade le long du port, impressionnée par les nombreux yachts qui rivalisaient de luxe et de beauté. Sur l’eau turquoise, ils flottaient paisiblement, exposant leur coque d’un blanc immaculé aux rayons du soleil. Ici, je ne pouvais que constater la croissance économique phénoménale du Qatar, l’un des pays les plus riches du monde. Sur la terre ferme, des immeubles  élégants se dressaient dans un ciel bleu, avec leurs façades harmonieuses dans les tons de crème et de beige, avec quelques accents de blanc et de brun clair ici et là. L’ensemble était si parfait qu’il semblait irréel. J’avais l’impression de me retrouver en plein cœur d’un décor de cinéma, en dehors des heures de tournage, alors que les acteurs, les figurants et l’équipe technique ont quitté les lieux. Est-ce que des gens habitent vraiment ici? Alors que cette question s’imposait de plus en plus dans mon esprit, j’ai croisé un gardien de sécurité d’origine indienne qui m’a dit, dans un anglais approximatif, que je n’étais pas autorisée à traverser le pont sur lequel je venais de m’engager. Oups… J’ai tourné les talons vite fait, car l’homme semblait prendre son rôle de gardien du pont très au sérieux.

Porto Arabia, The Pearl, Qatar - 2012
Porto Arabia, The Pearl, Qatar

La croisette, le lieu des contrastes

Reprenant mon chemin, j’ai décidé de m’en tenir aux indications affichées sur les panneaux en me laissant guider vers La Croisette, la promenade de front de mer de Porto Arabia. Longue de 2,5 kilomètres, elle porte bien son nom, car on y retrouve une architecture où les styles français et italiens se mélangent, sur fond de culture arabe. La promenade est bordée de restaurants qui offrent un choix de cuisines variées, allant de la gastronomie française aux burgers américains. On y retrouve également de nombreux cafés et boutiques de luxe, dont Armani, Hugo Boss, Roberto Cavalli, Chloé, Hermès, Missoni et Yves Saint-Laurent, de même que des automobiles de prestige (Maserati, Ferrari, Rolls-Royce) qui attendent les acheteurs. En pensant au fait que le dromadaire était, il n’y a pas si longtemps, qualifié de « vaisseau du désert », puisqu’il était le principal moyen de locomotion des Qatariens, le contraste entre les traditions et la modernité qui teintaient ce lieu m’a saisie de plein fouet

Porto Arabia, The Pearl, Qatar - 2012
Porto Arabia, The Pearl, Qatar
La Croisette, Porto Arabia, The Pearl, Qatar - 2012
La Croisette, Porto Arabia, The Pearl, Qatar
Armani Caffe, La Croisette, Porto Arabia, Qatar - 2012
Armani Caffe, La Croisette, Porto Arabia, Qatar
Boutique Missoni, La Croisette, The Pearl, Qatar - 2012
Boutique Missoni, La Croisette, The Pearl, Qatar
ThePearl7
Publicité Calvin Klein, Porto Arabia

Peu à peu, la promenade s’est légèrement animée et j’ai croisé des expatriés faisant leur jogging dans l’air salin, de même que des Qatariens en tenues traditionnelles : tunique blanche pour les hommes (dishdash) et voile noir pour les femmes (abaya). Les cultures se croisaient sans se mélanger, tout comme c’est souvent le cas aux Émirats Arabes Unis. Mais ici, contrairement à  Dubaï, les touristes et les expatriés étaient habillés sobrement, en respectant les coutumes locales. Les femmes couvraient leurs épaules et leurs genoux, alors que les panneaux publicitaires faisaient la promotion d’une mode beaucoup plus provocante.

La chaleur augmentant de plus en plus, j’ai cherché à me cacher du soleil en grimpant les marches d’une petite tour, près du restaurant chinois Tse Yang, qui offre une magnifique vue sur les environs. J’y ai trouvé des décors splendides que je me suis amusée à prendre en photos sous différents angles.

Porto Arabia, The Pearl, The Pearl, Qatar - 2012
Porto Arabia, The Pearl, The Pearl, Qatar
Porto Arabia, The Pearl, Qatar - 2012
Porto Arabia, The Pearl, Qatar
ThePearl11
Porto Arabia, The Pearl, Qatar


Porto Arabia, The Pearl, Qatar - 2012
Porto Arabia, The Pearl, Qatar

Bien que tout soit parfait en ces lieux, je dois avouer que je ne m’y sentais pas vraiment confortable. À mes yeux, cette île manquait d’âme et de vie. Je m’y sentais un peu trop blonde et beaucoup trop seule à l’être. J’imagine que j’aurais un point de vue différent si je l’avais visitée en soirée, alors que l’ambiance y est plus vivante. J’ai quitté The Pearl avec une seule envie : plonger dans la piscine de l’hôtel et savourer un cocktail au bord de la mer. Après avoir attendu longuement un taxi, c’était amplement mérité.  Santé!

Intercontinental Doha, Qatar - 2012
Intercontinental Doha, Qatar

Cinq destinations du Moyen-Orient à découvrir pour leurs souks

epices-souk

Flâner dans les souks est une façon d’entrer au cœur d’un pays, en s’imprégnant de ses odeurs, de ses bruits et des habitudes locales. C’est le lieu du meilleur et du pire. Pour s’y sentir bien, il faut y aller dans un certain état d’esprit, c’est-à-dire en étant ouvert aux autres et aux différences, reposé et zen. Dans le cas contraire, les sollicitations des artisans, l’éternel marchandage, les allées étroites et la foule peuvent rapidement être interprétés comme du harcèlement, voire un manque total de savoir-vivre ou d’hygiène. Soyons honnêtes, un souk ne dégage pas que des odeurs inspirantes, n’est pas nécessairement synonyme de « bonnes affaires » et peut engendrer un sentiment d’étouffement (et pas seulement chez les claustrophobes!). Mais c’est aussi l’endroit par excellence pour découvrir les produits typiques d’une région et interagir avec les locaux. On parle souvent des souks du Maghreb, mais qu’en est-il des souks du Moyen-Orient? Parce que je raffole de ces endroits et des produits qu’ils proposent, je vous suggère cinq destinations du Moyen-Orient à découvrir pour leurs souks.

Dubaï : or, épices et artifices

Mes trois années d’expatriation en sol dubaïote m’ont donné l’opportunité de me perdre fréquemment dans les ruelles étroites des souks. Situé à proximité du musée de Dubaï, le souk aux textiles regorge de foulards colorés, de chaussures et de vêtements variés : du simple chandail souvenir aux tenues dignes des contes des mille et une nuits. Après avoir négocié (ça fait partie de l’expérience!) un ou deux pashminas (très pratiques dans cette section plus traditionnelle de la ville afin de ne pas se faire trop remarquer!), il ne faut pas hésiter à prendre un abra (bateau-taxi traditionnel), qui fait la navette entre la rive de Bur Dubaï et celle de Deira. Pour 1 AED (environ 25 cents), vous pourrez ainsi découvrir le souk de l’or et ses multiples vitrines qui exposent de nombreux bijoux (attention, mieux vaut les acheter au Gold & Diamond Park pour un meilleur rapport qualité-prix). Non loin de là, vous trouverez également le souk aux épices, qui saura assurément inspirer vos créations culinaires.

En abra, pour se rendre au souk aux épices, Dubaï - 2013
En abra, pour se rendre au souk aux épices, Dubaï
Souk aux épices, Dubaï - 2013
Souk aux épices, Dubaï

Pour ceux qui n’aiment pas les foules, les bruits ou qui craignent la chaleur de l’été,  le souk de la Madinat Jumeirah reste une alternative intéressante. Situé dans le quartier neuf de la ville, vous y trouverez des produits similaires (à des prix carrément plus élevés), mais surtout des restaurants à l’ambiance inégalée. Réplique moderne des souks traditionnels, l’endroit est idéal pour une soirée romantique (on remarque moins l’aspect artificiel des lieux une fois la nuit tombée), avec ses tours à vent, ses lumières et ses canaux où l’on peut circuler en abra (pour la modique somme de 75 AED!). Malgré le côté artificiel du lieu, il demeure un site à ne pas manquer lors d’une visite du célèbre Émirat.

Madinat Jumeirah, Al Qasr Hotel
Madinat Jumeirah, Al Qasr Hotel, Dubaï
Station de abra, Madinat Jumeirah, Dubaï
Station de abra, Madinat Jumeirah, Dubaï

Oman : accueil et authenticité

Visiter les souks du Sultanat d’Oman, c’est aller à la rencontre d’un peuple accueillant et aimable, dans un décor aussi enchanteur qu’authentique. Le souk de Mutrah est, à cet égard, à ne pas manquer. Son entrée principale donne sur la corniche, tout près de la grande mosquée au dôme bleu. Le marché est entièrement couvert et propose des marchandises de toutes sortes : pendentifs, parfums, pashminas, épices, poteries et objets artisanaux. Une balade dans les environs s’impose, afin de découvrir les demeures de bois blanc édifiées par les Lawatiya (marchands venus d’Inde) au XVIIe siècle, de même que les nombreux forts sculptés dans la roche. Au bout de la corniche, les pêcheurs vendent leurs prises du jour à même le sol.

En route vers le souk de Mutrah, Oman
En route vers le souk de Mutrah, Oman
L'entrée du Souk de Mutrah, Oman
L’entrée du Souk de Mutrah, Oman

Le souk de Nizwa est, quant à lui, entouré de remparts et scindé en différents quartiers. Célèbre pour son marché aux chèvres du vendredi, on y retrouve aussi des poissons, des légumes, des viandes, des épices et des poteries. Non loin du souk, on peut visiter un fort du XVII siècle, qui permet d’admirer la ville et les montagnes environnantes.

Quartier des poteries, Souk de Nizwa, Oman
Quartier des poteries, Souk de Nizwa, Oman

Qatar : objets typiques et insolites

Situé à Doha, le souk Waquif est le plus ancien du Qatar et, malgré les rénovations, il demeure assez authentique. En son centre, la haute spirale du Fanar, qui abrite le Islamic Cultural Center, attire les regards. Plusieurs cafés permettent aux hommes de faire une pause dans la place centrale (car force est de constater que peu de femmes se permettent ce luxe!). Une fois à l’intérieur, il est facile de se perdre dans le dédale d’allées qui offrent des produits variés, des plus typiques aux plus insolites. Outre une grande variété de shishas, de chaussures, de bijoux et les traditionnels costumes aux couleurs locales, on y retrouve un souk aux faucons et une section pour la vente de petits animaux (lapins, tortues, oiseaux), dont plusieurs sont colorés artificiellement (!). Le souk de l’or se retrouve, quant à lui, dans une section indépendante, climatisée et très chic (la clientèle-cible n’est manifestement pas la même!).

Souk Waquif, Doha, Qatar
Souk Waquif, Doha, Qatar
Les textiles du souk Waquif, Doha, Qatar
Quartier des textiles
Quartier des faucons, Souk Waquif, Doha, Qatar
Quartier des faucons
Le quartier des épices, Souk Waquif, Doha, Qatar
Quartier des épices
Quartier des animaux colorés artificiellement
Quartier des animaux domestiques (dont certains sont colorés artificiellement!)

Abu Dhabi : le Camel Souk

Vous avez aimé Sexe à New York 2 et vous avez envie de suivre les traces de Carrie et ses copines en visitant le souk d’Abu Dhabi présenté à l’écran? C’est malheureusement impossible, car le célèbre Émirat a refusé d’héberger le tournage qui a plutôt eu lieu au Maroc. Malgré tout, on peut trouver de nombreux souks dans l’Émirat d’Abu Dhabi, dont le marché des dromadaires. Situé à Al Aïn, le Camel Souk ne regroupe pas seulement des dromadaires, mais bien une variété d’animaux dans des enclos en béton. Pour les néophytes comme moi, un dromadaire reste un dromadaire. Mais pour une poignée de dirhams (à négocier à l’avance pour éviter les mauvaises surprises!), vous trouverez un marchand prêt à vous expliquer la différence entre les dromadaires de course, ceux que l’on mange, ceux destinés à l’élevage ou encore à la production de lait (à essayer une fois – le lait de dromadaire… Mais juste une!). Instructif! Pour ma part, j’ai été particulièrement touchée, lors de ma deuxième visite, d’introduire mon fils alors âgé d’un mois à un dromadaire qui venait tout juste de naître. Ce fut un moment particulièrement magique! Al Aïn offre aussi d’autres sites remarquables, tels que son zoo, son Oasis, ainsi que la montagne Jebel Hafeet.

Camel Souk, Al Aïn, Abu Dhabi
Camel Souk, Al Aïn, Abu Dhabi
Mon fils aîné avec le bébé dromadaire
Mon fils aîné avec un bébé dromadaire

Jordanie : souk et bord de mer

Située au Sud de la Jordanie, Aqaba est la principale station balnéaire du pays. Son souk by the sea permet de se familiariser avec l’artisanat jordanien. On y retrouve des items typiques, tels que des foulards multicolores, des vêtements, des bijoux et des épices, mais aussi des flacons de sables colorés, des produits de la Mer Morte, des bijoux en argent du  Wadi Musa et des pétroglyphes du Wadi Rum. Le souk d’Aqaba  est particulièrement animé le vendredi soir, du mois d’octobre au mois de mai. Visiter Aqaba, c’est aussi l’occasion de découvrir les fonds marins de la Mer Rouge et de marcher sur les traces de Laurence d’Arabie en explorant le désert rouge du Wadi Rum (qui est à proximité).

La ville d'Aqaba, vue de la mer
La ville d’Aqaba, Jordanie
Items traditionnels à vendre, souk by the sea, Aqaba
Items traditionnels à vendre, Souk by the sea, Aqaba

En espérant vous avoir inspirés à vous lancer dans une tournée des souks du Moyen-Orient!