Quand partir en Islande?

lets-escape-to8

Quelles que soient les images que vous avez de l’Islande, vous serez pris de court face à la majesté de ses paysages…

À la limite du cercle polaire : volcans, glaciers, champs de lave, zones géothermiques, plages de sable noir, fjords, failles et sols fumants composent un paysage qui varie selon les lumières de son soleil arctique, de son soleil de minuit, ses crépuscules et aurores boréales…

Longtemps considérée comme la porte des enfers, l’Islande, deuxième plus grande île d’Europe, enchante chaque visiteur par sa diversité et sa richesse, charme par son hospitalité et la beauté de ses villages colorés, ravie par son dynamisme. Reste une question : quand partir en Islande?

Selon Marie, de Tripconnexion, il n’existe pas de meilleure période pour visiter l’Islande… L’île se vit, quelle que soit la saison. Dans ce billet, Marie a toutefois accepté de nous parler des attraits de l’île selon différentes périodes de l’année afin de nous permettre de vivre un voyage authentique en Islande!

voyage-authentique-en-islande-tripconnexion-village

Voyager en Islande l’été

L’été est très agréable pour visiter l’Islande : des journées longues et douces, les recoins de l’île, inaccessibles avec la neige, qui sont à nouveau à portée de marche. La nature se réveille et est resplendissante. Les oiseaux et animaux marins regagnent les côtes pour profiter des journées ensoleillées et sont observables au plus près de leurs habitats.

Le soleil de minuit est un phénomène boréal assez incroyable : le soleil se masque en partie, la nuit n’est jamais complète. Entre minuit et trois heures du matin, seule une pénombre se répand, avant que le soleil se lève à nouveau complètement. Les lève-tôt apprécieront! Toutes les routes sont praticables, vous pouvez ainsi partir à la découverte des Hautes Terres d’Islande en toute quiétude. Avec des températures qui restent fraîches dans l’intérieur de l’île, les randonnées sont agréables. Juin est vraiment le mois idéal pour visiter l’Islande en été : des journées longues, majoritairement ensoleillées. La nature à son top, les oiseaux en pleine nidification. En juillet, les températures peuvent être plus élevées, mais il pleut fréquemment. Août est aussi un bon mois, car les journées sont encore longues, il y a peu de pluie, moins de touristes, mais les oiseaux commencent à repartir, les côtes se désertifient.

voyage-authentique-en-islande-tripconnexion-ete-interieur-terreswaterfall-889693_1920Le gros inconvénient d’un voyage en Islande l’été : le monde… Entre juin et début septembre, c’est la haute saison touristique. Si vous visitez l’Islande pour la première fois, certains lieux incontournables se transforment en véritables halles de gare à l’heure de pointe…

Voyager en Islande l’hiver

D’octobre à mars, ce sont les aurores boréales. C’est aussi l’hiver  Grâce à la présence du Gulf Stream, les températures ne sont pas extrêmes : elles ne descendent pas vraiment en dessous de -5° sur les côtes. Dans les terres elles peuvent être plus basses, jusqu’à -20°.

Saison peu touristique en Islande, l’hiver donne le privilège de découvrir une terre sauvage, aux nuances de couleurs dues à la neige et la glace sous-jacente. Le Vatnajokull se couvre de neige et le lagon à ses pieds est rempli d’icebergs. Les cascades et les lacs glacés créent un paysage spectaculaire.

voyage-authentique-en-islande-tripconnexion-paysage-enneigevoyage-authentique-en-islande-tripconnexion-grotte-interieur-glaciervoyage-authentique-en-islande-tripconnexion-lagon

Mais surtout, les longues nuits (le soleil se couche à 16h45 pour se lever à 11h le lendemain matin!), laissent toute la place aux extraordinaires aurores boréales, phénomène naturel grandiose qui, à lui seul, vaut le voyage durant la période froide! À partir de février – mars les routes ouvrent à nouveau et les températures deviennent plus clémentes, les jours rallongent également. En revanche, cette saison s’accompagne de forts vents qui peuvent être dissuasifs.

La grosse difficulté d’un voyage en Islande l’hiver tient aux changements météorologiques brusques. Les conditions peuvent être compliquées, voire dangereuses et de nombreuses structures sont fermées. Vous devez vous faire accompagner par un guide local, particulièrement à cette période de l’année où la neige recouvre les anfractuosités du sol. Bien équipés et bien accompagnés, l’île est à vous!

Visiter l’Islande hors saison

Pour ceux qui craignent le monde ET le froid, il reste… le printemps et automne, qui sont deux belles périodes pour visiter l’île! D’autant que les couleurs printanières et automnales sont magnifiques. Le parc national de Skaftafell, notamment, est spectaculaire à ces périodes. Au printemps, la nature reprend vie et, conséquemment, la neige commence à fondre, les journées s’allongent (6h20 – 20h30 environ) et la majorité des routes sont ouvertes (sauf dans les Hautes Terres pour lesquelles il faut attendre juillet). Mai est un mois très intéressant pour visiter l’Islande.

voyage-authentique-en-islande-tripconnexion-printempsvoyage-authentique-en-islande-tripconnexion-skaftafell

En septembre, très peu de touristes s’aventurent en Islande alors que les journées sont encore douces et ensoleillées… Sans compter le début des aurores boréales! S’il ne fallait choisir qu’un seul mois, ce serait peut être celui-là : tout ce que l’Islande a à offrir est là! Il manque cependant une bonne partie de sa faune, seul bémol. Il faut également se méfier des chutes soudaines dans les températures, qui peuvent avoisiner le zéro degré la nuit.

Les contraintes de visiter l’Islande au printemps ou à l’automne : les auberges, routes, lignes de bus et autres infrastructures commencent à ouvrir ou à fermer. Il faut donc bien se renseigner avant de partir, car vous pourriez trouver portes et barrières closes à certains endroits.

Quoi mettre dans sa valise pour l’Islande?

Prises en étau entre les courants polaires du Groenland et les vents du sud, le temps reste instable, quelle que soit la saison. Il vous faudra toujours prévoir un pull, un coupe-vent et un imperméable lors de vos randonnées estivales.

L’hiver, l’équipement est évidemment plus conséquent. Les côtes sont tempérées, mais l’intérieur des terres peut être très froid. Des vêtements techniques sont donc nécessaires.

Si ce n’est pas la neige, vous aurez de la pluie ! Pas de panique, un dicton islandais rassure : « si tu n’aimes pas le temps qu’il fait, attends 5 minutes ».

Finalement, quelle que soit la saison à laquelle vous voyagez en Islande : n’oubliez jamais votre maillot de bain! Les sources chaudes restent chaudes et vous accueillent, quel que soit le contexte météorologique. Dans les environs de Reykjavik, vous aurez le choix.

S’il vous faut une dernière bonne raison de visiter l’Islande, la meilleure qui soit est l’onomatopée que ses habitants utilisent pour le cri du coq ! Nous venons tout juste d’entrer dans l’année du coq d’après le calendrier chinois, et l’Islande est de loin le pays qui confère au coq la sonorité la plus dépaysante, amusante et poétique : Gaggalagaggalagó!

Une soirée dans la forêt enchantée

chicago

À mes yeux, les fêtes de Noël sont synonymes d’enchantement. Décorer le sapin avec les souvenirs qui s’ajoutent d’une année à l’autre, découvrir les bêtises des lutins les matins qui précèdent le grand jour, cuisiner des petits sablés ou une maison en pain d’épices pour le Père Noël, faire des bricolages à offrir en cadeaux, regarder les enfants déballer leurs cadeaux le matin du 25 décembre… Toutes ces activités sont des moments particulièrement magiques pour moi.

Cette année, j’ai eu envie de pousser la magie un peu plus loin, histoire de voir les étoiles se multiplier dans les yeux de mes trois enfants. Après une journée féérique dans le Vieux-Québec, nous avons donc passé une soirée dans la forêt enchantée du Saguenay. Les enfants ont adoré cette petite sortie improvisée, à un point tel que j’ai eu envie de vous partager cette expérience sur le blogue.

La forêt enchantée de Saguenay est l’endroit parfait pour prolonger la magie de Noël. Nous sommes arrivés sur les lieux vers 17h30, alors que la nuit était tombée. Dès notre arrivée dans le stationnement, les enfants ont été émerveillés par les lumières colorées qui transformaient complètement le site de Saguenay Paintball Karting. Nous avons été accueillis chaleureusement, avec des explications claires sur le fonctionnement du site et les différentes attractions. Les enfants se sont précipités vers la grotte aux lutins, qu’ils ont traversée à plusieurs reprises en profitant des jeux de lumières. Après ce parcours parsemé d’obstacles, ils étaient heureux de profiter de la glissade qui terminait le circuit. Nous avons ensuite pénétré à l’intérieur de la forêt enchantée, en empruntant un sentier balisé par de nombreuses lumières. À l’abris du vent, nous avons profité de cette balade pour admirer les arbres illuminés de différentes couleurs.

foret_enchantee1

foret_enchantee2foret_enchantee9

En sortant de la forêt, nous avons visité le village féérique. Composé de plusieurs maisonnettes décorées, le village dégageait une ambiance festive. Les lumières scintillantes et la musique rythmée ajoutaient à la magie des lieux. Nous avons pris le temps de découvrir chaque maisonnette, sans nous presser. Les enfants devaient y résoudre des énigmes et trouver le lutin et l’ours polaire qui se cachaient dans les peintures… Il faut être bien attentifs, car ils sont généralement assez difficiles à trouver! Chaque maison est construite en lien avec une thématique différente, avec de jolies décorations. Entre deux visites, les petits étaient heureux de rencontrer les mascottes, Tigrou, Nounours et Lulu, qui se promènent sur le site. Ils ont aussi profité des glissades aménagées sur place pour dépenser leur surplus d’énergie. Nous avons terminé notre visite en tentant de retrouver notre chemin dans le labyrinthe.

foret_enchantee5foret_enchantee4foret_enchantee3foret_enchantee7foret_enchantee8foret_enchantee6

Vous avez envie de découvrir la forêt enchantée à votre tour cette année? Si c’est le cas, faites vite car le site fermera ses portes demain soir! Pour notre part, ce sera un rendez-vous que nous ne manquerons pas l’an prochain.

Pour en savoir plus…

  • Adresse : 2175 Boul. St-Paul, Chicoutimi.
  • Horaire : du 16 décembre 2016 au 8 janvier 2017, de 17h30 à 21h30.
  • Prix : 8$ par personne (taxes incluses), Gratuit pour les moins de deux ans.
  • Site Internet : http://www.laforetenchantee.ca

Pour profiter pleinement de votre visite, nous vous conseillons d’arriver tôt et de vous habiller chaudement. 

 

 

Le Vieux-Québec, une balade féérique pour débuter 2017

lets-escape-to6

Je ne parle pas souvent de la ville de Québec sur le blogue, bien qu’elle soit pourtant très importante dans notre histoire familiale. C’est dans cette ville que mon mari a trouvé son premier emploi après avoir quitté la France pour immigrer au Québec. C’est aussi dans cette ville que nous avons acheté notre première maison et que nous sommes devenus parents. Québec a été pour nous la ville des premières fois, des premiers pas dans la vie adulte. C’est toujours avec un brin de nostalgie que nous y retournons, le cœur gonflé d’amour et la tête pleine de souvenirs…

Même si nous vivons à 200 kilomètres de Québec depuis 10 ans, nous avons conservé un certain nombre de traditions dans cette ville. Chaque automne, nous faisons un circuit familial pour aller cueillir des pommes sur l’île d’Orléans. Dès que l’occasion se présente, nous aimons aussi partir en escapade dans le Vieux-Québec en famille. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait en ce début d’année, en passant la journée du 1er janvier dans les rues enneigées du Vieux-Québec avec nos trois enfants, mes parents, mon frère et ma belle-sœur. Aujourd’hui, nous vous proposons de suivre nos traces de pas dans la neige pour découvrir quelques plaisirs d’hiver.

Le château Frontenac et la terrasse Dufferin

Le premier objectif de la journée fut de rejoindre le château Frontenac. Véritable icône du Vieux-Québec, ce château fascine nos enfants à chacune de leurs visites. Alors que notre aîné est intrigué par la dimension historique des lieux, nos deux plus jeunes y voient plutôt l’occasion d’évoquer des contes impliquant des princesses et des chevaliers. Nous avons pris le temps d’admirer le château sous différents angles, tout en nous baladant sur la terrasse Dufferin.

chateau_frontenac1chateau_frontenac3chateau_frontenac2

Longue de 671 mètres et surplombant le fleuve Saint-Laurent, la terrasse Dufferin est animée tout au long de l’année, car elle permet une vue imprenable sur les environs. À nos yeux, l’atmosphère y est particulièrement magique pendant la saison hivernale, alors que le fleuve est partiellement gelé et que la Basse-Ville de Québec et l’Île d’Orléans sont enveloppées de neige. Un peu partout, l’ambiance est à la fête, avec des allures d’antan. Les ceintures fléchées, les peaux d’animaux et les cabanes à sucre improvisées sont légion et font le bonheur des touristes. Les enfants se régalent de tire sur la neige et de queues de castor, alors que leurs parents sirotent un café ou un vin chaud.

fleuve_saint_laurent1fleuve_saint_laurent2terrasse_dufferin4Les familles sont nombreuses à se laisser tenter par les longues glissades installées à quelques pas du château Frontenac. Pour la première fois cette année, nous avons profité de ces installations qui existent pourtant depuis plus de 100 ans. Armés de traînes sauvages disponibles sur place, nous sommes montés au sommet pour ensuite dévaler la pente abrupte. Nos garçons étaient euphoriques après avoir fait l’expérience de ces sensations fortes. Il faut dire que la vitesse peut atteindre jusqu’à 70 kilomètres à l’heure!

terrasse_dufferin1

terrasse_dufferin3terrasse_dufferin2

Bien qu’un funiculaire permette de faire une liaison rapide entre la terrasse Dufferin et la Basse-Ville de Québec, tout en bénéficiant d’une vue panoramique sur le fleuve Saint-Laurent, nous avons préféré arpenter la ville à pied, en empruntant ses nombreux escaliers et en faisant des pauses dans les petites boutiques qui ponctuaient notre chemin.

vieux_quebecLa place Royale et le Petit-Champlain

Près de la place Royale, nous avons pris le temps de flâner dans les rues et les ruelles pour nous imprégner de l’architecture des lieux. Nous étions émerveillés devant les maisons recouvertes de crépi, avec leurs lucarnes saillantes, qui évoquaient la France. Entourée de sapins enneigés, la gigantesque Fresque des Québécois a tout de suite attiré le regard des enfants, qui se sont empressés de faire connaissance avec quelques figures marquantes de l’histoire de notre pays.

vieux_quebec3vieux_quebec2vieux_quebec4vieux_quebec5Ce décor féérique a culminé lorsque nous avons atteint la place Royale, le premier établissement français en Amérique. Nous avons pris le temps d’admirer les lieux, ainsi que l’église Notre-Dame-des-Victoires, la plus vieille église en pierre d’Amérique du Nord. Après quelques photos pour immortaliser ces moments magiques devant le sapin géant, les enfants ont profité d’une pause pour escalader les montagnes de neige et se faire de nouveaux amis.

place_royale3place_royale1place_royale2Nous avons terminé notre petit circuit en nous promenant dans les rues décorées du Petit-Champlain. Complètement par hasard, nous avons eu la chance d’assister à la prestation d’une chorale, qui ajoutait à la magie des lieux avec des chants de Noël joyeux. C’est avec regret que nous avons quitté le Vieux-Québec, en nous faisant la promesse d’y revenir plus souvent en 2017.

petit_champlain1vieux_quebec6petit_champlain2petit_champlain3

 

Il était une fois, au château de Breteuil… #EnFranceAussi

chateau-de-breteuil

Dans un précédent billet sur quatre châteaux à découvrir dans la région des Yvelines, je vous ai parlé de mes conseils pour visiter le château de Breteuil en famille. Ce château, j’ai eu l’occasion de le visiter à plusieurs reprises. Avec mon amoureux d’abord, puis avec nos trois enfants au cours des dernières années. Il faut dire que l’endroit est parfait pour les petits, qui en conservent d’ailleurs de merveilleux souvenirs.

Quand j’ai appris le thème du rendez-vous mensuel « En France Aussi », j’ai immédiatement eu envie de reprendre le clavier pour vous parler de ce château.

En France aussi« En France Aussi » est un rendez-vous entre blogueurs, instauré par Sylvie du blogue « Le coin des voyageurs ». Chaque mois un blogueur différent propose un thème et coordonne ce rendez-vous. Ce mois-ci, c’est Florence Gindre qui nous propose le thème « Lieux d’écrivains ».  Ce thème m’a immédiatement inspirée et j’ai eu envie d’y apporter ma modeste contribution en replongeant avec vous dans mes souvenirs du château de Breteuil…

img_8606

Des contes habilement mis en scène

Surnommé le « château des contes de Perrault », le château de Breteuil permet à ses visiteurs, petits et grands, d’entrer dans l’imaginaire de Charles Perrault par le biais de sept histoires habilement mises en scène dans les dépendances du château. Des personnages de cire prennent alors vie pour nous faire revivre les contes du Petit Chaperon rouge, du Petit Poucet, du Chat Botté, de Cendrillon, de Barbe Bleue, de Peau d’Âne et de la Belle au bois dormant. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour que la magie débute… En voici quelques exemples en photos!

chateau_breteuil4
Une scène de Barbe Bleue, dans l’ancienne salle de chasse du château de Breteuil

 

chateau_breteuil5
Le Chat Botté dans les écuries du château de Breteuil

 

chateau_breteuil3
Le labyrinthe aux mille buis et son pavillon central, où Cendrillon danse avec son Prince charmant
chateau_breteuil1
La maison de la grand-mère du Petit Chaperon Rouge

 

Mais pourquoi mettre en scène les contes de Charles Perrault au château de Breteuil? La question m’habitait jusqu’à ce que je participe à une visite guidée des lieux. En plus d’être un auteur reconnu, Charles Perrault occupait des fonctions administratives auprès du roi Louis XIV. Entre 1657 et 1665, il collabora donc avec le ministre Louis de Breteuil, qui occupait alors la charge de contrôleur général des finances. C’est en raison de ces années de collaboration que la famille Breteuil a décidé de faire honneur au célèbre écrivain.

Au lit… avec Marcel Proust

À l’intérieur du château, Perrault n’est pas le seul écrivain à l’honneur. Tout au long de la visite guidée, on découvre cinquante personnages de cire réalisés par le musée Grévin. Dans la chambre de laque du château, on surprend Marcel Proust au lit… On apprend alors que le célèbre écrivain fut l’invité du château à plusieurs reprises. Il s’est même inspiré de son hôte Henri, le huitième marquis de Breteuil, pour créer le personnage d’Hannibal de Bréauté dans son roman « À la recherche du temps perdu ». Surnommé Babal, ce personnage très snob ne fréquente que les aristocrates bénéficiant d’une certaine renommée… Si le marquis de Breteuil avait su qu’il serait immortalisé de la sorte, il aurait peut-être été moins accueillant avec Proust!

M. de Bréauté, auteur d’une étude sur les Mormons, parue dans la Revue des Deux–Mondes, ne fréquentait que les milieux les plus aristocratiques, mais parmi eux seulement ceux qui avaient un certain renom d’intelligence. De sorte qu’à sa présence, du moins assidue, chez une femme, on reconnaissait si celle-ci avait un salon. Il prétendait détester le monde et assurait séparément à chaque duchesse que c’était à cause de son esprit et de sa beauté qu’il la recherchait.

chateau_breteuil6
Marcel Proust au lit, dans la chambre de laque du château de Breteuil

 Un petit concours?

Grâce au rendez-vous #EnFranceAussi et aux partenaires Gallimard et Ouibus, vous pourriez gagner ce mois-ci deux cadeaux : le guide Gallimard Paris chic & zen et un bon d’achat Ouibus de 120€!

Pour avoir une chance de gagner, vous devez commenter un article du rendez-vous avant le 19 novembre 2016 et laisser un commentaire sur la page Facebook du rendez-vous, (en indiquant le blogue sur lequel vous avez commenté). Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.

 

Portland en automne (+ vidéo)

portland1

Jusqu’à tout récemment, mes souvenirs du Maine goûtaient la barbe à papa et dégageaient des effluves entremêlées de friture et de crème solaire. Ces souvenirs de ma jeunesse prenaient la forme d’une superposition d’images, où je me voyais tantôt jouer dans les vagues, tantôt construire des châteaux de sable pour ensuite regarder la mer s’en emparer tranquillement, à grands coups de vagues.

Mes vacances dans le Maine évoquaient également en moi des sensations particulières. Un sentiment de liberté, certes, car elles marquaient généralement la période des vacances scolaires, mais aussi des plaisirs simples : sentir le vent du large dans mes longs cheveux, les grains de sable entre mes orteils, la caresse du soleil et de l’eau fraîche sur ma peau… Ces goûts, ces parfums, ces sensations et ces images me revenaient à l’esprit avec, en fond sonore, du bon vieux rock et les cris qui s’échappaient des manèges installés sur la plage d’Old Orchard.

Vous l’aurez compris, le Maine me rappelait surtout la période estivale, lorsque les plages et les restaurants sont bondés, le mini-putt à l’honneur un peu partout et les boutiques pleines à craquer de souvenirs inutiles auxquels les nombreux touristes ne peuvent résister (moi la première!). Comme plusieurs Québécois, je ne m’étais jamais aventurée dans le Maine hors saison. D’ailleurs, quand j’ai évoqué l’idée de m’y rendre, plusieurs personnes de mon entourage ont été surpris par ce choix.

Portland? Mais pourquoi choisir le Maine à cette période de l’année? Êtes-vous à ce point en manque de nouveaux horizons?

Peut-être un peu (rires)… Il faut dire que nous avons fait le choix d’être plus casaniers cet automne en raison du programme scolaire chargé de notre fils aîné qui fait une année d’anglais intensif. Le congé de l’Action de grâce nous offrait donc une belle fenêtre pour partir en escapade familiale, sans pour autant nous aventurer très loin. Nous avons choisi Portland un peu par hasard, en fonction des hébergements disponibles à la dernière minute. Je dois dire que je ne regrette pas d’être revenue sur ce lieu de mon enfance pour le visiter avec mes propres enfants. Portland et ses environs proposent différentes activités pour les petits, et ce, même en dehors de la saison estivale.  En automne, on y découvre les lieux dans un contexte différent, entre couleurs, réconfort et tranquillité.

Une saison haute en couleurs

Évidemment, comme c’est le cas un peu partout en Amérique du Nord, l’automne se décline en différentes couleurs à Portland. Avant d’entrer dans la grisaille de novembre et d’être dépouillés de leurs feuilles, les arbres affichent des teintes allant du vert au rouge, en passant par le jaune et l’orangé. Au sol, les feuilles mortes forment un tapis coloré que les enfants s’empressent d’entasser ou de soulever dans les airs. La ville propose de nombreux parcs qui permettent de profiter des couleurs automnales en faisant d’agréables promenades. Nous avons particulièrement aimé nous balader le long de la Eastern Promenade et sur les rives du parc Fort Williams, où nous avons pu admirer le phare de Portland Head sous différents angles. À environ 3o minutes de Portland, dans la ville de Gray, nous avons aussi apprécié découvrir les sentiers du Maine Wildlife Park, qui permettent d’observer différents animaux de la région dans leur milieu naturel.

portland_phareportland_eastern_promenadeDes plats réconfortants… en terrasse!

Même en automne, les rues du vieux Portland demeurent animées. Flâner dans ce quartier permet de découvrir différentes boutiques de vêtements, d’art et d’artisanat. On y retrouve aussi de nombreux cafés, des pubs et des restaurants qui laissent échapper des odeurs alléchantes. Situé en face du quartier historique, le port est entouré de terrasses où les convives peuvent s’attabler afin de profiter d’une vue magnifique sur  l’eau et les bateaux de pêcheurs. Malgré les températures à la baisse en automne, ces établissements sont très populaires, surtout lors des belles journées ensoleillées. Pour notre part, nous nous sommes laissés tenter par le restaurant J’s Oyster, un établissement spécialisé dans les huîtres. Sur les quais du port, l’endroit propose un cadre convivial avec une vue splendide sur les environs. Les jours de pluie ou de grisaille deviennent, quant à eux, l’occasion de découvrir les spécialités réconfortantes du Maine, notamment le sandwich au homard (Lobster roll) et la chaudrée de palourdes (clam chowder). Rien de tel pour se réchauffer et accueillir la fraîcheur automnale avec le sourire!

img_5033portland_portportland_port2Des lieux emblématiques complètement déserts…

Bien que Portland demeure relativement animée en octobre, d’autres sites à proximité le sont beaucoup moins. C’est le cas d’Old Orchard Beach, un endroit pourtant fort populaire quelques mois plus tôt. Véritable parc d’attractions à ciel ouvert pendant l’été, cette station balnéaire perd ses allures de fête foraine à l’automne, lorsque les vacances se terminent et que les nombreux touristes la désertent peu à peu. Les manèges du Palace Playland font toujours face à la mer, mais le brouhaha qui les caractérisent habituellement fait plutôt place au silence le plus complet. C’est le moment idéal pour se balader tranquillement sur la longue plage dorée, tout en regardant les vagues qui viennent se briser sur le quai. Dans les rues à proximité, la plupart des boutiques et des restaurants sont fermés, ce qui ajoute à la magie des lieux…

old_orchard_pierold_orchard_beach2old_orchard_beach4En me baladant dans les rues désertes d’Old Orchard, les paroles de la chanson de Francis Cabrel, « Hors saison », tournaient en boucle dans ma tête. Il faut dire qu’elles traduisaient très bien ce que je ressentais à ce moment-là…

C’est le silence
Qui se remarque le plus
Les volets roulants tous descendus
De l’herbe ancienne
Dans les bacs à fleurs
Sur les balcons
On doit être hors saison

Au retour, lorsque ce fut le temps de faire un montage de nos photos et vidéos de voyage, c’est encore les paroles d’une chanson de Cabrel qui m’habitaient. Je vous laisse découvrir laquelle…

 

 

Portland, Maine : 5 activités pour les enfants

portland

Nous revenons tout juste d’un voyage à Portland, dans le Maine, la destination que nous avons choisie cette année pour passer le congé de l’Action de grâce en famille. Malgré la longue route à parcourir pour nous rendre à destination, les enfants ont adoré leur séjour. Voici le « top 5 » de leurs activités préférées dans cette ville et à proximité de celle-ci.

1- Le musée des enfants de Portland

Bien que notre séjour à Portland ait eu lieu au mois d’octobre, le soleil était au rendez-vous presque tous les jours. Nous avons toutefois eu une journée de pluie intense où nous avons dû nous résigner à faire des activités intérieures. Avec du recul, je réalise que ce fut plutôt une bonne chose, car nous avons ainsi eu l’opportunité de découvrir le musée des enfants de Portland. Ce fut un véritable coup de cœur pour nos trois enfants qui sont unanimes pour dire qu’il s’agit de l’activité la plus cool du voyage. Pourtant, après notre séjour à Ottawa et la visite du musée canadien des enfants, les attentes de mes garçons étaient très élevées!

Organisé sur trois principaux niveaux, le musée des enfants de Portland offre différentes activités susceptibles de plaire aux petits comme aux plus grands. En entrant, une salle colorée (Have a Ball!) propose aux petits de jouer avec des balles, de les faire rouler sur différents supports, de les lancer ou de les propulser dans des tuyaux menant au plafond. Ma fille de deux ans aurait pu y passer la journée! Quelques mètres plus loin, un petit escalier mène au premier étage du musée. On y est accueilli par une maison dans les arbres, dans laquelle les enfants peuvent grimper. Au centre de la grande pièce, un espace de jeux est réservé pour les bébés de deux ans et moins (Toddler Park). Les plus vieux peuvent, quant à eux, s’amuser dans le petit parc intérieur (The Playscape), ainsi que dans les différents espaces thématiques qui invitent aux jeux de rôles : pompier, pêcheur, épicier, fermier ou mécanicien. Ce fut l’étage préféré de mon fils de quatre ans! Au sous-sol, le théâtre permet aux enfants de se déguiser et de se mettre en scène avec de la musique et des éclairages. Au deuxième étage, on retrouve finalement plusieurs aires de jeux : une navette spatiale, une salle pour les petits artistes, un immense globe-terrestre entouré de livres, ainsi que des jeux de construction. La forêt est également à l’honneur dans deux grands espaces : Ranger Station et Discovery Woods. La première pièce permet d’observer des tortues et des grenouilles, alors que la deuxième initie les enfants à plusieurs activités de plein air comme l’escalade, le camping et la pêche. Ce fut l’espace préféré par mon aîné (10 ans) qui a particulièrement aimé construire sa propre tente et une cabane en bois.

Adresse : 4015, SW Canyon Road, Portland.

Prix : 10,75$ pour les non-membres âgés entre 1 et 54 ans.

Pour en savoir plus : http://www.portlandcm.org/

2. Le Maine Wildlife Park

Situé dans la ville de Gray, à moins de 30 minutes de Portland, le Maine Wildlife Park est un lieu très agréable à visiter avec des enfants. Plusieurs sentiers permettent d’observer les animaux de la région dans un cadre naturel et adapté aux jeunes de différents âges. Avec des enfants en bas âge, on peut facilement les emprunter avec une poussette. Le parc met d’ailleurs des charriots et des chaises roulantes à la disposition des visiteurs. Avant de se lancer dans la découverte des sentiers, mieux vaut faire le plein de 25¢ à l’accueil, car des distributeurs sont disponibles à plusieurs endroits afin d’acheter de la nourriture à donner aux animaux.

Nous avons, pour notre part, débuté notre visite par le Deer Trail, qui nous a permis d’admirer différents animaux, tels que des chevreuils, des ratons laveurs, des marmottes et des castors. Nous avons ensuite suivi le Tree Trail qui nous a menés vers les enclos des orignaux, des coyotes, des ours, des renards et des lynx. Dans le secteur des oiseaux, nous avons pu voir des aigles, des hiboux, des oies, des paons, ainsi que différents rapaces. Après un petit tour à l’étang des tortues, nous avons découvert le Wetland Trail ainsi qu’une piscine avec de nombreuses truites. L’endroit est vraiment idéal pour une promenade en pleine nature, avec des aménagements de fleurs et de plantes un peu partout.

Adresse : Route 26, Gray, Maine.

Prix : 5,50$ pour les enfants de 4 à 12 ans (gratuit pour les trois ans et moins), 7,50$ pour les visiteurs de 13 à 59 ans.

Pour en savoir plus : http://www.mainewildlifepark.com

3. La plage d’Old Orchard

À moins de 30 minutes de Portland, Old Orchard Beach évoque l’enfance dans toute son exubérance : ambiance tapageuse, chateaux de sable, jeux dans les vagues, odeurs de barbe à papa, de crème solaire et de friture… Le tout avec les manèges du Palace Playland qui s’étalent au pied de son Pier. Hors saison, la plage perd en animation, mais gagne en charme à mes yeux. Elle n’est plus prise en otage par les touristes; au contraire, l’endroit est calme et on y croise seulement quelques résidants qui y font leur jogging ou viennent y promener leur chien. On peut s’étaler de tout son long, s’y recueillir et occuper l’espace librement.

Avant de rentrer au Québec, je tenais à y faire un saut avec les enfants, pour me remémorer mes propres souvenirs d’enfance. Ils ont adoré courir dans le sable et y faire des dessins aussitôt effacés par les vagues. Pendant que mes garçons cherchaient des trésors dans l’herbe et organisaient des concours de saut en longueur dans le sable, ma fille hésitait à mettre ses pieds au sol, ne voulant pas abîmer ses belles chaussures (Non pas « saussures » sales maman!). Voyant ses frères s’amuser comme des fous, elle a finalement décidé de les rejoindre. Il n’y a rien de tel que l’air frais et revigorant de la mer pour susciter un doux et heureux mélange d’énergie et de calme. Je dois toutefois avouer que les enfants souhaitent y retourner en été pour profiter des manèges et se baigner!

Adresse : Old Orchard Street, Old Orchard Beach

Pour en savoir plus sur Old Orchard Beach : http://www.oobmaine.com

Pour en savoir plus sur Palace Playland : http://www.palaceplayland.com

4. Le phare de Portland Head

Quand j’ai proposé aux enfants d’aller visiter le phare de Portland Head, les garçons m’ont répondu à l’unisson : « Pas encore un phare! Nous en avons déjà vu plein… ». Devant ce débordement d’enthousiasme, j’ai hésité un peu à faire cette visite… Mais j’avais trop envie d’y aller et, surtout, je me rappelais que mes deux coquins avaient eu beaucoup de plaisir en découvrant les phares de la Gaspésie et de Cape Cod lors de précédents voyages. J’ai donc insisté pour que nous y passions un petit moment en début de journée.

Situé le long des rives du parc Fort Williams, Portland Head Light nous a immédiatement séduits. Dans un cadre absolument magnifique, entre océan et grands espaces verts, nous y avons fait une agréable balade au bord de l’eau. Après avoir longé la mer en empruntant la Cliff Walk, profitant ainsi des couleurs automnales qui habillaient les arbres, nous avons joué à escalader les rochers sur la plage. Malheureusement, nous sommes arrivés trop tôt pour visiter le musée du phare, mais nous avons beaucoup apprécié le fait de découvrir les lieux dans le calme, alors que nous y étions pratiquement seuls. Tout près du phare, nous avons également eu l’occasion de visiter les ruines de Battery Blair, des bunkers de béton construits en 1903 pour défendre le port de Portland. Finalement, les enfants ont adoré cette visite et ne voulaient plus quitter les lieux…!

Adresse : 1000 Shore Road, Cape Elizabeth

Pour en savoir plus sur le phare de Portland Head : https://portlandheadlight.com/

5. Le magasin de sucreries Len Libby Candies

Nous ne pouvions passer par Portland sans faire un arrêt afin de nous sucrer le bec chez Len Libby Candies. Réputé dans la région depuis de nombreuses années, l’endroit est aussi connu pour héberger un orignal de taille réelle entièrement fait de chocolat. Depuis 1997, cette sculpture composée de 1700 lbs de chocolat au lait attire et impressionne de nombreux visiteurs. Ce fut aussi, pour nous, l’occasion de faire le plein de petites douceurs, car le magasin propose de nombreuses confiseries cuisinées à l’aide d’ingrédients locaux et évoquant la vie dans la région du Maine. On y retrouve, par exemple, du thé aux bleuets, des jujubes en forme de homard, des orignaux et des ours en chocolat ainsi que du sirop d’érable du Maine. Inutile de préciser que les enfants ont adoré cette pause gourmande!
lenny_portland

Adresse : 419 US Route One, Scarborough

Pour en savoir plus sur Len Libby Candies : http://lenlibby.com/

Nous avons adoré notre séjour familial à Portland et nous avons bien l’intention de revenir dans la région du Maine prochainement! Et vous, quelles sont vos activités préférées à proximité de Portland?

« Best of » des randonnées familiales au Saguenay

lets-escape-to4

Le temps des journées à patauger dans la piscine est maintenant révolu, mais le besoin de bouger de mes trois enfants demeure au beau fixe. Que faire alors? À mes yeux, la meilleure façon d’évacuer leur surplus d’énergie demeure la randonnée. Dans notre famille, découvrir de nouveaux sentiers est une véritable passion. Depuis notre installation au Saguenay il y a dix ans, nous avons donc eu l’occasion de découvrir de nombreux sentiers de randonnée pédestre. Dans ce billet, nous avons décidé de vous présenter nos randonnées familiales préférées au Saguenay. Il s’agit tous de sentiers que nous avons eu du plaisir à découvrir avec nos trois enfants, âgés de dix, quatre et deux ans. En revanche, il importe de préciser que nous sommes adeptes de portage pour notre petite dernière (deux ans) qui ne marche pas encore de façon autonome lors de nos randonnées.

Le sentier de la statue, Parc national du Fjord-du-Saguenay (Secteur de la Baie-Éternité)

Il est à mes yeux impossible de parler du Saguenay sans évoquer la beauté de son fjord, le plus long du monde à une aussi basse latitude. Le Parc national du Fjord-du-Saguenay propose différentes randonnées pédestres qui offrent des points de vue incroyables sur la nature environnante. Ces randonnées prennent la forme de sentiers de distances et de niveaux variés, mais notre préféré demeure celui de la statue. Comme son nom l’indique, ce sentier permet aux randonneurs de rejoindre la statue de Notre-Dame-du-Saguenay, qui surplombe le fjord depuis 1881. De niveau intermédiaire à difficile, cette randonnée débute au Centre de découverte et de services et peut se révéler complexe pour de jeunes enfants. Sur une distance de 7,6 kilomètres (aller-retour), ce sentier implique l’ascension du cap Trinité sur un sol inégal. Il est toujours possible d’arrêter l’aventure à la halte Bellevue, qui offre un coup d’œil spectaculaire sur le fjord tout en nécessitant seulement 3,2 kilomètres de marche (aller-retour). Jusqu’à cette année, c’est ce que nous avions choisi de faire avec les enfants en raison du dénivelé important de ce sentier. Nous sommes toutefois ravis d’avoir été en mesure de le compléter en entier cette année et c’est avec un large sourire que nous avons dégusté notre lunch à quelques mètres de la statue. Quelques tables y sont disponibles pour faire un pique-nique, bien que plusieurs randonneurs  préfèrent s’installer sur les rochers au pied de la statue afin de profiter du magnifique panorama.

statue2statue3statue5

Le sentier de la statue en bref :

Distance : 7,6 kilomètres aller-retour (3,2 kilomètres aller-retour pour rejoindre la halte Bellevue). Prévoir entre trois et quatre heures. À mi-parcours, des balançoires permettent aux enfants de faire une pause amusante.

Niveau de difficulté : Intermédiaire à difficile (à éviter avec des enfants qui n’ont pas l’habitude de faire des randonnées).

Prix : 8,50$ pour un accès quotidien au parc (gratuit pour les jeunes de 17 ans et moins).

Pour en savoir plus : http://www.sepaq.com/pq/sag/

Le sentier Le Pic-de-la-Hutte, Parc national des Monts-Valin

La Parc national des Mont-Valin constitue également un incontournable du Saguenay-Lac-Saint-Jean en proposant des randonnées au cœur des plus hautes montagnes de la région. Du haut de ses 984 mètres, le parc possède plusieurs sentiers qui offrent différents points de vue sur la région. À ce jour, notre sentier préféré demeure Le Pic-de-la-Hutte. On peut facilement y accéder en dehors de la saison hivernale, en se rendant en voiture au stationnement du Pic-de-la-Hutte, situé à 9 kilomètres du Centre de découverte et de services. À partir du stationnement, la randonnée implique un parcours de 3 kilomètres aller-retour, qui mène à un panorama grandiose. La randonnée est facile pour les enfants en bas âge et un refuge permet de prendre le goûter à l’intérieur. Le Pic-de-la-Hutte est aussi reconnu pour ses sentiers enneigés lorsque l’hiver s’installe. Nous avons d’ailleurs bien l’intention de nous y aventurer cet hiver en découvrant la Contrée des Momies ou encore la Vallée des Fantômes!

monts-valin1monts-valin2monts-valin3monts-valin4

Le Pic-de-la-Hutte en bref :

Distance : 3 kilomètres aller-retour à partir du stationnement du Pic-de-la-Hutte.

Niveau de difficulté : Facile.

Prix : 8,50$ pour un accès quotidien au parc (gratuit pour les jeunes de 17 ans et moins).

Pour en savoir plus : http://www.sepaq.com/pq/mva/

Le sentier Eucher, La Baie

Nous avons récemment découvert le sentier Eucher et ce fut un véritable coup de cœur pour toute notre famille. Longeant le Fjord du Saguenay, ce sentier débute à la marina de l’Anse-à-Benjamin et fut nommé ainsi en l’honneur d’Eucher Gobeil, le premier propriétaire du lot. Ce sentier monte au sommet des caps  tout en permettant une vue unique sur le fjord et la baie des Ha! Ha! Le circuit offre huit kilomètres de sentiers, mais sa section la plus connue, qui donne accès à la Croix du centenaire, nécessite environ deux kilomètres de marche. Érigée en 1938, la Croix du centenaire fut détruite en 2009, mais récemment reconstruite. En chemin, le site du patrimoine des Écorceurs-de-l’Anse-à-Benjamin comprend plusieurs vestiges, dont la façade de l’incinérateur à écorces, les fondations de la bouilloire et les ruines des quais d’expédition. On peut facilement s’installer pour un pique-nique sur les rochers, près de la Croix du centenaire, en se laissant éblouir par les paysages des environs.

eucher5eucher1eucher2eucher3

Le sentier Eucher en bref :

Distance : 8 kilomètres (mais environ 2 kilomètres pour rejoindre la Croix).

Niveau de difficulté : Intermédiaire.

Prix : Gratuit.

Le sentier du Canyon, Centre plein air Bec-Scie

Le Centre plein air Bec-Scie offre des sentiers ouverts tout au long de l’année, que ce soit pour les randonneurs ou les amateurs de vélo et de raquettes. Nous avons eu l’occasion de nous y aventurer à différentes périodes de l’année et chaque saison possède son charme particulier. Notre randonnée préférée fut toutefois celle que nous avons réalisée dans le sentier du Canyon au printemps. Le canyon de la Rivière-à-Mars était alors très impressionnant avec la fonte des neiges et nous avons pris plaisir à marcher le long de ce couloir de roc et sur les passerelles qui le surplombent. Tout au long du sentier, des panneaux d’interprétation nous ont permis de mieux comprendre les conséquences du déluge, qui a ravagé le paysage de la région en 1996. À mi-chemin, nous avons fait une pause pour le lunch dans un refuge en forme de tente amérindienne, au grand bonheur des enfants!

becscie2becscie1becscie3becscie4

Le sentier du Canyon en bref :

Distance : 2,6 kilomètres aller-retour.

Niveau de difficulté : Facile.

Prix : 8,26$ pour un accès quotidien en famille.

Pour en savoir plus : http://becscie.riviereamars.com

Le sentier pédestre de Bégin

Nous avons découvert le sentier pédestre de Bégin à la fin de l’été dernier. Bien que le sentier ait semblé peu entretenu lors de notre randonnée, nous l’avons trouvé particulièrement intéressant avec des enfants. Il s’agit d’une boucle de cinq kilomètres qui grimpe dans la montagne en direction de deux belvédères et d’un pont suspendu. Tout au long du circuit, les enfants découvrent avec plaisir 17 sculptures originales qui rappellent certains contes et fables, notamment l’histoire de Blanche-Neige et les sept nains ainsi que la fable du lièvre et de la tortue. Le circuit est ponctué de panneaux qui prennent la forme de bottines de marche afin d’indiquer aux randonneurs le nombre de kilomètres parcourus. Des tables de pique-nique sont disponibles près des belvédères afin de faire une pause et de casser la croûte. Le sentier permet aussi de visiter la grotte de l’ours.

begin6begin4begin2begin3

Le sentier pédestre de Bégin en bref :

Distance : 5 kilomètres en boucle.

Niveau de difficulté : Le sentier est classé « facile », mais il peut se révéler plus complexe à la fin de l’été lorsque les herbes sont très hautes.

Prix : Gratuit.

Les sentiers du Parc de la Rivière-du-Moulin

Je ne peux me résoudre à conclure ce billet sans vous parler des sentiers du Parc de la Rivière-du-Moulin. Situé au cœur de la ville de Saguenay, tout près de notre maison, ce parc est celui que nous fréquentons le plus souvent, et ce, peu importe la saison. Il offre plusieurs pistes, balisées ou non, qui impliquent différents degrés de difficulté.

En été, nous aimons beaucoup emprunter le Chemin de l’eau vive, qui prend la forme d’une boucle de 4,6 kilomètres. De niveau intermédiaire, ce sentier est bien dégagé et revêtu de poussière de pierre. Il traverse la rivière du Moulin et permet de faire une pause agréable le long d’un rapide, que ce soit sur le banc ou les tables de pique-nique qui y sont installés.

rivieredumoulin3rivieredumoulin2rivieredumoulin4rivieredumoulin5

En hiver, nous aimons flâner sur le Chemin des rapides (1,5 km), qui longe en partie la rivière et permet de rencontrer de nombreux oiseaux ainsi que des écureuils. Contre quelques cacahuètes, ces derniers viennent nous manger dans la main, au grand bonheur des enfants. On peut aussi facilement tirer les plus petits en traineau tout au long du sentier.

img_9144img_9149img_9156img_9159

Les sentiers de la Rivière-du-Moulin en bref :

Distances et niveaux de difficulté : variés en fonction des sentiers.

Prix : Gratuit.

Pour en savoir plus : http://rivieredumoulin.saguenay.ca/

Vous connaissez les sentiers pédestres du Saguenay? Quels sont vos préférés pour une randonnée en famille?