Humeurs Voyages & Enfants

Faire son deuil, au rythme des marées

Jeudi dernier, ma fille célébrait ses trois ans. À première vue, la date d’un anniversaire laisse présumer la présence de ballons, de gâteaux, de cadeaux, de chants et de rires, mais c’est malheureusement un peu plus complexe pour moi.

Si vous suivez mon blogue depuis un certain temps, vous n’êtes pas sans savoir que ma fille est une grande prématurée et que sa naissance fut particulièrement traumatisante pour moi. C’est d’ailleurs cette épreuve qui a suscité la création de ce blogue, quelques mois plus tard. Chaque année, je redoute cet anniversaire, qui est chargé de souvenirs et d’émotions contradictoires. Je cherche alors à déserter mon quotidien pour me sentir mieux, tout en évitant de me replonger dans des souvenirs douloureux. Pour célébrer le premier anniversaire de mon « bébé miracle », en 2015, je me suis donc envolée vers Las Vegas, avec elle et son papa. L’an dernier, alors que ma petite merveille fêtait ses deux ans, nous sommes partis en famille pour un séjour à Portland. Lors de ces deux voyages, je me suis étourdie au maximum, en multipliant les expériences nouvelles. Je souhaitais passer du bon temps en famille, bien sûr, mais je voulais surtout m’éloigner des lieux qui me rappellent cette journée particulièrement éprouvante, de peur que mes plaies s’ouvrent à nouveau, sachant que mes cicatrices étaient sont encore fragiles…

IMG_1392Old_Orchard_Beach1

Au fond de mon cœur, je croyais que cette année serait différente et que je vivrais ce troisième anniversaire avec plus de sérénité et de détachement. Après tout, ma fille ne garde pas de séquelle de sa naissance prématurée. C’est une petite fille vive d’esprit et rayonnante, qui mord dans la vie à pleines dents. Après trois ans, n’est-ce pas le temps de me centrer sur le positif de cette expérience? (Cette phrase, croyez-moi, on me la lance souvent comme on jette une bouée à la mer…)

C’est ce que je pensais, jusqu’à ce que je me lève en cette journée du 5 octobre. Ma fille était belle comme jamais, elle arborait un sourire magnifique, excitée comme une puce à l’idée de fêter ses trois ans avec ses amis de la garderie. J’ai préparé fait préparer son gâteau sur le thème des pouliches, j’ai emballé ses cadeaux et les surprises destinées à ses amis, je l’ai habillée de sa plus belle robe pour qu’elle se sente comme une princesse, j’ai coiffé ses magnifiques cheveux d’or et je l’ai regardée quitter la maison avec son papa, joyeuse et fière, tirant derrière elle un bouquet de ballons colorés.

IMG_8199

Au moment où elle franchissait la porte de la maison, j’ai senti cet écrasant sentiment de culpabilité s’abattre sur moi, me rappelant que j’aurais peut-être pu nous épargner cette naissance traumatisante à tous, à elle surtout, en étant une femme enceinte plus zen qui travaille moins. J’ai replongé dans ces premières minutes, à la suite de sa naissance, où j’aurais préféré ne jamais la porter en moi, parce que je ne me sentais pas prête à affronter cette épreuve. J’ai repensé à sa longue hospitalisation, pendant laquelle je restais à son chevet à la contempler dans son incubateur, la peur au ventre, tout en me sentant terriblement coupable d’être absente de la vie de mes deux garçons qui avaient, eux aussi, besoin de moi. Bref, j’ai beaucoup pleuré, triste de constater que le temps n’atténuait malheureusement pas ma douleur ou, du moins, pas autant que je le souhaiterais…

Heureusement, nous avions déjà prévu un week-end au loin pour ce congé prolongé de l’Action de grâce. Cette fois, pas d’agitation urbaine ni grosse dose d’adrénaline, mais plutôt un séjour calme et reposant au Québec, entre les régions de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent. C’est donc au rythme des marées que je me suis ressourcée, entourée de ma famille. Nous avons fait de longues promenades, à pied et à vélo, au bord du fleuve Saint-Laurent, tout en profitant des couleurs automnales. J’ai admiré ma fille pendant qu’elle jouait avec ses frères, pleine de confiance envers le monde qui l’entoure. J’ai été émue de la voir courir dans les sentiers des Jardins de Métis, enjouée qu’elle était de sentir l’odeur des fleurs et de sautiller dans les feuilles mortes. J’ai versé quelques larmes, profondément émue de l’entendre chanter sans relâche, avec la spontanéité et la candeur qui la caractérisent. J’ai éclaté de rire en la regardant sympathiser avec un personnage du « Grand Rassemblement », une œuvre d’art-nature qui regroupe plus de 80 sculptures qui sortent des eaux du fleuve Saint-Laurent.

Parc_du_Bic_2IMG_8297IMG_8399

Tout au long de ce séjour, c’est au rythme des marées que j’ai eu l’impression de tourner une page importante de notre histoire, de mieux l’accepter. Les raisons de cette naissance prématurée demeureront sans doute mystérieuses pour moi malgré le temps qui passe, un caprice de la nature difficile à expliquer. Bien que prévisible, tout comme le mouvement de la mer et de ses marées, cet anniversaire restera un rendez-vous suscitant un mélange de joie et de tristesse. Avec le temps, j’espère mieux gérer mes émotions à marée haute, sans avoir l’impression de me noyer ou de prendre le large en m’égarant dans de vieux chagrins. Chose certaine, je n’ai plus peur pour ma fille et pour son avenir. Je pensais qu’elle était fragile, mais c’est la personne la plus forte que je connaisse. Elle reste imperturbable dans les épreuves, tout comme les silhouettes en béton de Marcel Gagnon, qui trônent fièrement dans la mer, malgré l’agitation des vagues qui viennent à leur rencontre… Pour tous ceux qu’elle croise, elle incarne la vie et l’espoir.

IMG_8353IMG_8393

18 comments on “Faire son deuil, au rythme des marées

  1. Très touchant comme article, c’est plein se sincérité et d’amour ♥
    Merci pour ce partage, pour cette réflexion.

    Aimé par 1 personne

  2. Joyeux anniversaire à ta merveilleuse petite fille… et une pensée pour sa maman, qui souffre encore. C’est uen histoire touchante que tu nous partages. Merci.

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Merci pour ce gentil commentaire. La souffrance demeure présente, mais elle s’atténue peu à peu…

      Aimé par 1 personne

      • la souffrance, et de ce que j’ai pu comprendre en te lisant, al culpabilité aussi… c’est un travail long, mais qui se fait… le deuil.

        Aimé par 1 personne

      • Eve Pouliot

        Oui, en effet, un grand sentiment de culpabilité qui demeure présent malgré le temps qui passe et qui est intrinsèquement lié à cette souffrance qui revient, année après année. Je travaille sur moi. 😉

        Aimé par 1 personne

  3. Merci xxx je me sens moins seul
    Je regarde la mienne aussi remplie de détermination. Je me suis demandé les mêmes questions. J’ai trop travaille?? A cause d’une chute a 20 semaine?? On le saura jamais. Merci a toi

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Tu as raison, nous ne le saurons jamais. L’essentiel, c’est que nos petits miracles soient en vie et en santé. Bon courage et merci pour ton gentil message. 🙂

      J'aime

  4. jovette dufresne

    touchant en effet

    Aimé par 1 personne

  5. Ton témoignage me donne de l’espoir! De voir et de comprendre qu’il y aura un après!!! De voir qu’un jour je retournerai à la maison pour dormir avec mes bébés dans la chambre d’à côté. J’ai si hâte!!! Après 82 jours d’hospitalisation, mes amours arrivées à 26 semaines sont si forts qu’ils donnent de l’énergie à leur maman pour poursuivre l’aventure!

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Ouf, je te comprends. C’est une période difficile à vivre et qui demeure incomprise par la plupart des gens. Je te souhaite un retour rapide à la maison, avec deux bébés en santé. Bon courage, je sais que les dernières semaines sont les plus difficiles pour un cœur de maman.

      J'aime

  6. Très émouvant de te lire Ève. Chacun de nous croit avoir été de mauvais parents à un moment ou à un autre de notre vie… Tu me rappelle l’importance de profiter de chaque jour avec mes 3 garçons qui grandissent si rapidement…!! Continue d’écrire, je continue de te lire .

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Merci beaucoup Bruno, ton message me touche. La vie passe tellement vite avec des enfants, il faut en profiter et se donner le droit à l’erreur (même si c’est parfois plus facile à dire qu’à faire). 🙂

      J'aime

  7. stilgar182

    Merci pour ce témoignage. Même si tu le décrit comme un peu décousu je trouve qu’il a beaucoup de sens. Même plus de sens que de nombreux articles lu sur d’autres blogs ! Bon courage. Et bon anniversaire à la p’tiote !

    Aimé par 1 personne

  8. Je pense qu’on ne pourra jamais chasser cette phrase de notre esprit « et si j’avais été une femme enceinte plus zen ».
    Par contre ta fille semble être une personne magnifique. Belle 3e année à elle et vous tous qui l’accompagnez, dans les hauts et les bas de la vie.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :