Humeurs Voyages & Enfants

Ma famille, mon île…

Autant j’aime voyager et m’ouvrir aux autres, autant je suis parfois profondément sédentaire et sauvage. Cette semaine, c’est cette deuxième version de moi qui prend le dessus. Ma fille de (bientôt) deux ans a été hospitalisée mercredi pour une laryngite qui a dégénéré rapidement. Alors qu’elle était fiévreuse et qu’elle respirait avec grande difficulté, j’ai dû me résigner à l’idée de me rendre à l’hôpital. Une fois sur place, elle a été vue très rapidement par un médecin qui a confirmé ce que je savais déjà : son état allait nécessiter une hospitalisation en pédiatrie.

J’ai immédiatement fondu en larmes.

Ça vous semble sans doute un peu extrême comme réaction et vous avez raison. Tout comme vous, j’entends parler chaque jour d’enfants malades et je lis leur histoire qui me fend le cœur. Je remercie alors la vie d’avoir trois enfants en santé. Je suis consciente que c’est une chance immense de les voir grandir et s’épanouir. Je sais que cette chance peut m’être enlevée à tout moment, sans préavis. Et si cette peur m’habite parfois, comme c’est le cas cette semaine, c’est que j’ai pensé un jour perdre mon enfant.

Née à 31 semaines de grossesse, ma fille est une grande prématurée et elle a passé ses deux premiers mois à l’hôpital. Sa vie ne tenait alors qu’à quelques fils… Voir son enfant lutter pour sa vie, jour après jour, est une expérience extrêmement déstabilisante. Sera-t-elle là demain lorsque je reviendrai à l’hôpital après quelques heures de sommeil? Aura-t-elle à vivre avec des séquelles liées à sa prématurité? Sera-t-elle un fardeau pour ses frères en vieillissant? Peut-elle aspirer à un avenir « normal »?

Vivre ce genre d’incertitudes laisse des traces dans le cœur et l’esprit d’une maman. Bien qu’à ce jour ma fille ne présente pas de séquelle de sa naissance prématurée, j’en garde des cicatrices. Elles ne sont pas visibles et j’arrive à les oublier de plus en plus souvent, mais elles demeurent présentes. Il suffit d’une journée comme mercredi pour que les plaies s’ouvrent à nouveau et que les douloureux souvenirs rejaillissent… Les inquiétudes, les nuits d’insomnie à répétition, les cauchemars peuplés de mort et de blouses blanches, les alarmes incessantes, les pleurs et les cris étouffés de ceux qui ont moins de chance et dont le regard est difficile à supporter…

Quand je sens ces souvenirs et ces peurs m’envahir, je n’ai qu’une seule envie : être avec mon mari et nos trois enfants pour m’enivrer de leur présence sans en perdre une miette. Ma famille, c’est l’île où je trouve refuge lorsqu’il fait tempête en moi et que je sens le naufrage m’envahir. C’est mon lieu de ressourcement, où le calme, l’amour et la tendresse dominent…

Ma fille a eu son congé de l’hôpital hier et je retrouve enfin mon île. Ne me cherchez pas ce week-end, je serai occupée à faire le plein d’amour et à recharger mes batteries en pyjama… Parce que voyager, ce n’est pas seulement multiplier les aventures au bout du monde; c’est aussi aller au bout de soi-même sans déserter l’essentiel…

 

 

8 comments on “Ma famille, mon île…

  1. Magnifique billet Eve!

    La prématurité laisse des cicatrices dans le coeur des mères et des pères. Je ne l’ai pas vécu personnellement, mais j’ai eu plusieurs accompagnements où mes clients avaient à vivre une telle épreuve… Impossible de me mettre dans leurs souliers, mais je peux au moins tenter d’avoir une image réaliste de ce que tout cela implique.

    Profite bien de la fin de semaine pour t’évader et explorer ton cocon familial plein de richesses et d’amour!

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Merci Bianca, ton message me touche beaucoup. La prématurité touche beaucoup de parents, mais demeure malgré tout une réalité méconnue. Ma fille prend du mieux peu à peu, c’est une battante. Tes clients ont de la chance de bénéficier de ton soutien, c’est tellement important dans ce genre d’épreuve.

      Bon week-end à toi! xx

      Aimé par 1 personne

  2. Maman-Tout-Terrain

    Oh pauvre petite puce… J’imagine bien combien cela est difficile pour toi. J’espere que tu as trouve le reconfort dont tu avais besoin entre les bras de ton mari et de tes enfants ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce billet. Comme je te comprends et me retrouve dans tes mots. Il me les aurait fallu il y a 4 ans. Ma fille est née « juste » prématurée et avec quelques soucis longs. Aujourd’hui elle est , comme la tienne, en forme, sans séquelle de son arrivée en avance qu’une cicatrice ici et là. Mais cela ne suffit pas, on n’efface rien, juste on avance et on garde caché dans un coin de sa tête tous ses mauvais souvenirs et la connaissance profonde que le pire peut arriver.
    Plein de pensées positives à toute la famille.

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Merci à toi pour ton commentaire. Je ne savais pas que ta fille était née prématurément… Ça nous fait un autre point en commun! 🙂
      Ma fille se porte mieux, le week-end en famille lui a fait du bien (à nous également!). Je croise les doigts pour que ce soit sa dernière hospitalisation.

      J'aime

  4. Ping : L’effet cathartique d’un blogue de voyage (lettre à ma fille prématurée) |

  5. Ping : Déconnectée. – Nos Racines sur 4 Continents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :