Trucs et astuces Voyages & Enfants

Voyage et portage avec Émilie

Je l’ai déjà mentionné à quelques reprises sur le blogue, je préfère me déplacer avec un porte-bébé qu’une poussette lorsque je voyage – ce qui ne m’empêche pas d’alterner entre les deux, en fonction des lieux visités et des circonstances. Malgré mon intérêt pour le portage, je dois bien admettre que j’y connais peu de choses et que j’ai plutôt tendance à y aller au feeling lorsque vient le temps de porter mes enfants. J’ai donc décidé de faire appel à une amie qui s’y connaît beaucoup mieux que moi sur le sujet afin de vous partager quelques informations sur le blogue. Cette amie, vous la connaissez déjà un peu si vous suivez le blogue avec assiduité. En effet, il y a plusieurs mois, dans le cadre de ma série sur les voyages avec des enfants différents, j’ai eu la chance de vous présenter Émilie et son petit Éli, atteint d’une maladie rare. Aujourd’hui, elle a eu la gentillesse et la patience de répondre à mes nombreuses questions sur le sujet.

Bonjour Émilie. Peux-tu nous expliquer l’origine de ton intérêt pour le portage?

Oui, bien sûr. J’ai commencé à porter très tôt, alors que mon fils Eli n’avait que deux semaines de vie. En parallèle, j’ai vu passer une publication sur Facebook de Bébé Prêt-à-porter, une entreprise du Saguenay, qui offrait de participer à un atelier sur le portage et j’ai tout de suite été attirée par l’idée. J’ai suivi une première formation avec Sophie, la propriétaire, avec qui je me suis liée d’amitié. Quelques mois plus tard, j’ai rejoint Sophie dans l’entreprise comme  copropriétaire. À la suite d’une évaluation, j’ai reçu une accréditation de formatrice en portage de la compagnie québécoise Chimparoo. Par le biais d’ateliers, Sophie et moi avons partagé notre amour du portage à de nombreuses familles du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Nous avons toutefois cessé nos activités il y a deux mois, en raison de nos emplois du temps chargés. Nous restons de grandes amies et notre amour du portage demeure un élément important dans nos vies, mais il se présente différemment… Comme par le biais de cette participation à ton blogue!

Pourquoi choisir le portage en voyage ou au quotidien?

Voyager, c’est se déplacer par plaisir ou contrainte vers une destination plus ou moins éloignée. D’une façon ou d’une autre, peu importe la distance à parcourir, voyager implique de se déplacer, de circuler en bus dans la ville, de découvrir la belle province ou le monde entier. Pas le choix, quand on voyage, on bouge! Mais, de le faire avec un tout petit, ça peut se révéler être tout un défi. Dans mon quotidien, c’est là que le portage ergonomique entre en jeu.

J’entends déjà certains me dire :

« Bah, le portage, ce n’est pas pour moi! ».

Savez-vous quoi? Je ne vous crois pas!

Tous ceux qui côtoient un enfant savent qu’on finit bien souvent par le porter sur notre hanche, tout croche, que ce soit pour faire du ménage, aller au parc ou se rendre à Tombouctou. Non, mais, quel confort! Et bien c’en est du portage d’avoir bébé dans nos bras! Porter son enfant, c’est l’avoir contre soi; en peau à peau à l’hôpital, à bras pour brasser une soupe ou dans un porte-bébé pour aller escalader le Cap Trinité. La couche de tissu du porte-bébé nous rend simplement un peu plus libre de nos mouvements et ça vaut cher quand on a un petit.

13492910_10157133024640118_174263700_n
Eli au dos de papa, en camping à Dolbeau

Le portage ergonomique se pratique dans plusieurs régions du monde depuis belle lurette. Il fait progressivement son entrée dans notre culture nord-américaine. Le but de pratiquer le portage n’est pas d’enrayer l’utilisation de la poussette, loin de là! Mais avouez que dans plusieurs situations elle est bien peu pratique, voire encombrante, cette poussette! Pour se promener en montagne, aller à la plage, flâner dans les festivals, le portage prend son sens! Par expérience personnelle, je vous dirais même que quand on a un bébé hospitalisé plus d’un mois, le portage s’avère une vraie délivrance. On se promène plus aisément d’un examen à l’autre et on rassure bébé en le portant. De plus, quand on promène notre enfant en porte-bébé, ça contribue à renforcer les muscles de son cou, l’allaitement est facilité, son besoin de proximité est assouvi. Ce ne sont là que quelques avantages, mais je vous invite à « farfouiller » un peu sur la toile pour en apprendre davantage. Que ce soit dans les transports en commun, lors de randonnées, ou pour vaquer à ses occupations quotidiennes tout en allaitant, le portage facilite la vie des parents tout en procurant confort et sécurité à bébé.

On peut facilement porter de nouveau-né à enfant préscolaire quand on a le matériel adéquat. Les muscles de votre corps s’adapteront, n’ayez crainte! Il est certain que l’enfant de quatre ans ne sera pas porté sur la même période de temps que le nourrisson, mais ses petites jambes peuvent se fatiguer et hop, le porte-bébé vient à la rescousse lors d’une rando!

13509609_10157133025760118_1203789160_o
Eli avec grand-père en randonnée à Québec

 

Mais dis-moi, qu’est-ce que le portage ergonomique?

C’est une façon de porter notre enfant, qui vise à satisfaire son confort, assure de correspondre à son étape de développement physique tout en veillant à notre bien-être comme porteur. Pour en faire une histoire courte –car on pourrait aisément faire un texte de 48 pages sur le sujet et qu’un atelier de portage dure au bas mot deux heures– il faut que l’assise (tissu sur lequel l’enfant est assis), passe d’un genou à l’autre. Ses fesses sont plus basses que son nombril, un peu comme lorsque nous sommes assis dans un hamac. Il a le dos légèrement arrondi, faisant en sorte que s’il dort, sa tête retombera naturellement contre nous. Un nouveau-né aura les jambes repliées sur son petit abdomen, tandis qu’un enfant un peu plus âgé les aura de la largeur de son bassin, donc un peu plus écartées. Pour assurer notre confort, quand on porte en ventre contre ventre ou sur la hanche, on s’assure de pouvoir donner un bisou sur la tête de bébé sans avoir à rondir la nuque, puisque si l’enfant est trop bas, ça nous amènera des tensions au dos et à la nuque. Préférablement, il ne faut pas avoir de matériel entre soi et le bébé. En augmentant la distance entre nous et bébé, nous avons la sensation que le poids augmente. Il faut donc viser à l’avoir vraiment tout près de nous.

En tant que monitrice de portage accréditée, je préfère souligner que ce bref paragraphe ne fait qu’effleurer les consignes et techniques pour bien effectuer un portage ergonomique avec une position sécuritaire. Avant de porter bébé, je vous conseille fortement de faire des recherches supplémentaires sur Internet concernant la pratique du portage ergonomique ou de participer à un atelier de portage.

13493658_10157133025980118_532203617_o
Lorsque bébé se repose, sa tête tombe naturellement sur le porteur. Dos bien arrondi, sans être replié sur lui-même, et fesses plus basses que les genoux (qui sont environ à la hauteur de son nombril).
13467687_10157133026145118_596485379_o
Écartement des jambes qui respecte la largeur du bassin de l’enfant. Fesses basses.
13509768_10157133026295118_612001024_o
Voilà à quoi ressemble l’installation de l’enfant sous le tissu

 

Quel modèle de porte-bébé un parent devrait-il choisir?

Il y a plusieurs catégories de porte-bébé. J’ai répertorié les principales en vous faisant une brève description de chacune d’elles. Il est donc convenu que ce sont en partie mes appréciations personnelles qui teinteront cette section, mais je vous promets de veiller à vous expliquer le pourquoi du comment de mes impressions pour vous aiguiller.

Le sling, écharpe à anneaux ou écharpe ajustable. Comme ce porte-bébé sollicite une seule épaule, on parle d’un portage asymétrique. C’est par le passage du tissu dans les boucles de métal qu’on effectue le serrage du porte-bébé. Au final, c’est un peu comme si on portait bébé sur notre hanche, tout en ayant le poids bien réparti et le dos droit. Le sling est adapté au nourrisson ou à l’enfant un peu plus grand. À cause de l’asymétrie, je vous dirais qu’à partir de 25 lb (11 kilos), on ne porte que sur de courtes durées. Le sling est idéal pour un portage d’appoint (des courses ou se rendre dans une destination à proximité) et facile à utiliser pour allaiter. J’ai adoré prendre mon sling autant à la maison pour faire mes tâches quotidiennes avec bébé contre moi qu’en déplacement ou pour une course au centre commercial. Il traîne toujours dans l’auto comme « bouée de secours ». J’ai adoré l’avoir à l’aéroport quand je suis allée faire mes au revoir à mon frérot qui partait étudier à Cambridge.

13511531_10157133026600118_164779356_n
À l’aéroport de Québec. Sling Chimparoo Juliet taille 1.

 

Le modèle préformé souple. C’est un porte-bébé hyper intéressant pour les voyageurs ou randonneurs. C’est léger, facile à utiliser (même au dos!), peu encombrant à trimballer et adaptable selon la morphologie de bébé. On peut porter un nourrisson – je préfère à partir de 12-15 lb (5,5-6,8 kilos), mais c’est une préférence personnelle – un bambin, voire un enfant d’âge préscolaire quand on a le bon porte-bébé ou les sangles pour l’agrandir. On peut porter en ventre contre ventre, sur la hanche avec certains modèles et au dos. Les papas l’aiment beaucoup habituellement pour sa facilité d’installation! Et selon les compagnies, les motifs sont très variés et chouettes. Ici, fiston adore! En voyage, c’est toujours un must pour nous! L’été dernier, nous avons passé une semaine à parcourir les quatre coins de Montréal. Quoi de plus facile que de prendre le métro bébé contre soi? Et le coffre de l’auto moins encombré qu’avec une poussette nous a permis de faire de belles emplettes héhé!

13509724_10157133029985118_643772251_o
Marché du Vieux-Port de Chicoutimi. Tula Standard Lil’ rascal.

 

Back pack ou traditionnel sac de randonnée. Bien que prisé par plusieurs randonneurs, ce sac de portage n’offre aucun avantage en comparaison avec un préformé souple. Il est peu versatile, car le seul portage qu’on peut faire est au dos. Il est lourd et plus volumineux, d’une part parce qu’il a une armature et, d’autre part, bébé est plus loin de nous ce qui augmente le poids total pour le porteur. Sa taille et sa rigidité en font un porte-bébé plus encombrant à trimballer lors des déplacements (auto, avion ou simplement avoir à le traîner quand bébé préfère en sortir pour courir partout). De plus, dans la majorité des cas, il n’est pas ergonomique si l’on se réfère aux critères mentionnés plus haut. Finalement, il s’avère plutôt cher. Vous aurez compris qu’il n’entre pas dans mes choix de prédilection.

Mei Tai. Le Mei Tai est un très bon compromis entre le préformé et l’écharpe. Il est souple, versatile (portage ventre contre ventre, hanche et dos), ne nécessite que deux nouages pour l’installer et s’adapte tant à un nourrisson qu’à un enfant un peu plus vieux. Il ne prend pas beaucoup d’espace dans les bagages. Le confort pour le porteur est un peu moindre que le préformé, en raison de la bourrure plus modeste des bretelles. Malgré tout, c’est un porte-bébé bien intéressant. Chez nous, c’est papa qui l’a plus utilisé (avant qu’on achète notre préformé héhé!). Il a adoré sa facilité d’installation et c’est ce qui l’a initié au portage. Depuis, on se chicane presque pour porter fiston!

Écharpe extensible. C’est un porte-bébé bien connu des parents. Il est prévu pour porter un nouveau-né ou un petit bébé. En raison de son élasticité, il procure une sensation de ne faire qu’un avec bébé, de l’avoir tout près de notre cœur. C’est toutefois cette élasticité qui fait en sorte que quand le poids de bébé augmente, le confort et le support diminuent. J’ai eu mon coup de foudre pour le portage avec ce type de porte-bébé. Je n’ai malheureusement pas porté longtemps avec mon écharpe extensible, car mon fils étant né à 10 lbs et ayant passé les 23 lbs à 3 mois (ouais… une vraie roche ce loulou!), il s’est rapidement avéré trop peu soutenant. J’en garde néanmoins de bons souvenirs à porter ma petite boule d’amour.

13522521_10157133030375118_917934575_n
Eli à 4 semaines de vie (déjà costaud!). Maman Kangourou.

 

Écharpe tissée. C’est de loin le porte-bébé le plus polyvalent qui existe. Il demande certes un peu plus d’efforts pour l’apprivoiser, mais une fois maîtrisé, de nombreuses possibilités s’offrent à vous. Que ce soit en ventre contre ventre, sur la hanche, au dos, avec des jumeaux, avec deux enfants d’âge différent, en allaitant, on peut s’éclater dans les manières de porter. L’écharpe tissée est de loin ma manière favorite de porter. C’est facile à transporter, ça peut nous servir de nappe une fois rendue au parc, de couverture pour réchauffer bébé, de hamac pour amuser les enfants, ou tout simplement de porte-bébé pour se déplacer ou faire faire la sieste à notre petit amour. Il y a une multitude de nouages à faire, tous plus beaux les uns que les autres. On peut facilement trouver ce qui correspond le plus à notre physionomie pour accroître le confort. C’est vraiment le top à mon sens! Il serait trop long de vous énumérer les circonstances où je l’utilise, mais que ce soit dans mon quotidien de maman, en autobus de ville, à l’extérieur, ou en voyage, l’écharpe tissée fait partie de notre vie.

13467367_10157133030710118_1027845059_o
Séance photo avec Andrée-Anne Lachaine (Les P’tits sourires). Écharpe tissée Pavo Kith & Kin, taille 6. Une écharpe bien spéciale pour nous, car il s’agit d’une série limitée afin d’amasser des fonds pour les enfants atteints d’une maladie du cœur.

 

Cette liste n’est pas exhaustive. Il existe un million d’autres porte-bébés sur le marché : pagne africain, rebozo, prodigy, nommez-les! Et le tout se décline de quelques dollars, à plusieurs milliers de bidous ($$$). Quoi qu’il en soit, les bases restent les mêmes. Rappelez-vous que l’important, c’est de répondre à vos besoins. Porter, c’est tout simplement avoir bébé contre soi. Le prix n’a aucune importance, pourvu qu’on s’assure que bébé est bien, positionné d’un point de vue ergonomique, qu’il est en toute sécurité et que nous y trouvons notre confort aussi… et le but est atteint! Lorsqu’on voyage ou qu’on se déplace, bébé peut perdre ses repères. Le porter lui permet de transporter son habitat naturel partout avec lui comme une petite tortue. Il est bien contre son parent, entouré d’un tissu qu’il connaît, empreint de son odeur. Quoi de mieux pour faciliter les transitions?

C’est très intéressant… Mais en te lisant, je me dis que je porte mal mon bébé…

Tu as porté, et ça, c’est génial! L’important, c’est d’y aller au meilleur de nos connaissances. On a tous été débutants dans quelque chose dans la vie. Quand on progresse, on va de l’avant, on s’améliore. C’est la même chose avec le portage. Moi aussi j’ai commencé en portant un peu n’importe comment… Mais bébé a survécu héhé! J’ai développé mes compétences et maintenant, nous sommes tous les deux de mieux en mieux. Je ne regrette en rien mes heures de portage de néophyte.

Eve, je vous souhaite, à toi et tes lecteurs, beaucoup de plaisir à profiter des beaux jours d’été, à voyager localement ou sur un autre continent! Si vous vous essayez, vous constaterez que les avantages à porter bébé sont bien nombreux et que ça lui permet de profiter aussi des sensations merveilleuses que nous offre le dépaysement!

13518274_10157133031685118_924886658_o
Promenade au merveilleux site de la Pulperie de Chicoutimi. Nouage double hamac finition saltwater. Écharpe tissée Artipoppe Argus Signature Banana Coconut taille 6

 

Merci beaucoup Émilie pour ta contribution au blogue. Tu es une femme très inspirante, magnifique à l’intérieur comme à l’extérieur. Avec toutes ces informations, je réalise que notre sac de randonnée n’est probablement pas le mieux adapté à nos besoins, mais j’ai bien l’intention d’y remédier dès que nous serons de retour de notre séjour en Corée. D’ici là, je vais suivre tes conseils et garder l’œil ouvert… Avec un peu de chance, je pourrai peut-être dénicher un porte-bébé traditionnel coréen sur place!

 

6 comments on “Voyage et portage avec Émilie

  1. Chouette interview même si je suis plus porte bébé physiologique car un peu nulle en nouage…

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Je suis aussi nulle en nouages, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je voulais un avis plus expérimenté sur la question! 🙂
      Merci pour ton gentil commentaire. 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Très intéressant et complet et article! Pour ma part, j’ai l’écharpe et le sac de randonnée que j’ab’vais utilisé pour mon premier, auxquels j’ai ajouté le sling et le Manduca avec l’arrivée de la deuxieme. J’adore porter! Avoir les mains libres tout en ayant bébé tout contre soi… J’en avais parlé par ici : http://maviedemamanlouve.com/porter-porter-et-encore-porter/

    Aimé par 1 personne

    • Eve Pouliot

      Merci Claire. J’adore porter moi aussi, même si je n’utilise pas toujours le bon équipement. Je trouve que c’est plus pratique que la poussette en voyage et mes enfants ont tous aimé! Avec ma petite dernière qui est prématurée de deux mois, le portage s’est imposé très tôt et ce fut très positif pour le développement de notre lien d’attachement parent-enfant. Je vais aller lire ton texte avec intérêt. 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Ping : Les 5 destinations de notre été |

  4. Ping : « Best of » des randonnées familiales au Saguenay |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :