Nashville avec des enfants : Top 5 des activités hivernales

Nashville(5)

En février dernier, nous avons passé une semaine à Nashville avec notre fille de 16 mois. Après notre arrivée mouvementée au sein de la « music city », nous avons profité du week-end pour faire des activités en couple et souligner la Saint-Valentin de façon inattendue. À partir du lundi suivant, mon mari avait plusieurs engagements professionnels. J’ai donc passé la semaine à explorer la ville, seule avec ma fille. Malheureusement, nous avons eu de la pluie pratiquement tous les jours, ce qui a limité nos activités extérieures. Je n’avais pas d’attentes précises en venant à Nashville. Je souhaitais tout simplement découvrir une nouvelle ville en sortant le plus possible de notre chambre d’hôtel, afin de divertir ma fille qui finissait par se lasser de toujours évoluer dans le même périmètre. Beau temps, mauvais temps, je me faisais donc un devoir de sortir tôt pour découvrir un nouveau lieu avec elle, que ce soit en porte-bébé ou en poussette. J’ai rapidement réalisé que Nashville est une ville où les enfants sont bienvenus.

Bien que Nashville ne soit pas la première destination à laquelle on pense avec des enfants, nous avons trouvé de nombreuses activités à y faire en famille. J’ai même regretté de ne pas avoir pu vivre cette semaine avec mes deux garçons, âgés de quatre et neuf ans, qui auraient certainement apprécié ce séjour. À la lumière de notre expérience, je vous propose donc mon top 5 des activités hivernales à faire avec des enfants à Nashville.

1- Pour les scientifiques en herbe : Adventure Science Center

Nous avons visité l’Adventure Science Center un peu par hasard. Comme nous avions déjà visité le Country Music Hall of Fame & Museum et qu’il pleuvait à boire debout, c’est la seule activité que le concierge de l’hôtel avait à nous proposer le lundi matin (les musées et autres sites intérieurs étant fermés le lundi). Ouvert depuis 1945, il s’agit d’un établissement sans but lucratif, voué à l’enseignement des sciences. Entre ses murs, le Centre propose près de 175 expositions axées sur la biologie, la physique, l’espace et l’énergie, le tout dans une ambiance ludique et interactive.

Nous avons débuté notre visite par l’exposition permanente Space Chase. Cette dernière nous a permis d’explorer notre système solaire et ses différentes planètes dans un décor sombre et apaisant (parfait pour la sieste de mademoiselle!). J’y ai appris différents trucs amusants; par exemple, le fait que j’aurais 61,7 ans sur Venus (mieux vaut garder les pieds sur Terre!). Cette exposition se compose également d’une zone de simulation, où les jeunes peuvent vivre différentes expériences, dont celle de marcher sur la Lune.

Par la suite, nous avons découvert l’Adventure Tower, une tour de 75 pieds de haut avec une plate-forme d’observation à son sommet. À chacun de ses niveaux, cette tour permet de faire différentes expériences. Les enfants peuvent, par exemple, hisser une voiture dans les airs avec le poids de leur corps ou encore jouer du piano avec leurs pieds. Plutôt amusant!

Nous avons terminé notre visite du Centre par l’exposition Body Quest, où petits et grands peuvent faire l’expérience intérieure et extérieure du fonctionnement du corps humain. Notre aventure s’est terminée ici, car fillette avait très faim et commençait à s’impatienter, mais encore plusieurs découvertes nous attendaient. Mon seul regret est de ne pas avoir partagé cette journée avec mes deux garçons qui auraient adoré cet endroit!

Nashville_Centre_des_Sciences1

2- Pour les amoureux des animaux : Zoo de Nashville

Notre visite du Zoo de Nashville fut un véritable coup de cœur pour moi. C’est l’activité que nous avons choisie de partager en famille pour notre dernière journée au Tennessee et nous avons adoré notre expérience. Certes, il est impossible de voir certains animaux ou de profiter de quelques attractions pendant la saison hivernale. En revanche, les lieux sont pratiquement déserts et les employés sont entièrement disponibles pour répondre aux questions des visiteurs et leur permettre d’interagir avec les animaux (des avantages non négligeables à mes yeux). 

Nous avons été ravis d’interagir une fois de plus avec la faune australienne. Tout comme lors de notre séjour en Australie, nous avons pu nous approcher des kangourous et les caresser, sans être séparés d’eux par une quelconque barrière. Notre fille était très excitée de vivre un tel moment. À défaut d’avoir pu admirer des casoars dans la région du Queensland, nous avons eu l’occasion d’en voir ici… Mon fils aîné était d’ailleurs jaloux à notre retour, lui qui est passionné des animaux dangereux! Mais notre rencontre la plus mémorable demeure sans aucun doute celle avec les perroquets arc-en-ciel (Lorikeet). Une petite zone du zoo leur est réservée et on peut interagir avec eux, tout en admirant leurs couleurs vives, un mélange de rouge, de vert, de bleu et de jaune. Attirés par la mixture spéciale que nous avions à leur offrir, ces oiseaux venaient se poser sur nos mains, nos épaules et même nos têtes.

Outre les rencontres animales, les enfants peuvent découvrir le zoo à bord du petit train (Wilderness Train Express), faire un tour de carrousel ou encore se dégourdir les jambes dans le Jungle Gym.

Nashville_Zoo2Nashville_Zoo3

Nashville_Zoo4

3- Pour les fans de musique : Country Music Hall of Fame & Museum

Qualifiée de berceau de la Country Music, la ville de Nashville propose plusieurs activités et musées afin de permettre aux visiteurs de se familiariser avec l’histoire de la musique country et les principaux artistes qui y sont associés. Avec des enfants, le Country Music Hall of Fame and Museum me semble toutefois l’endroit le plus approprié afin de vivre une expérience à la fois enrichissante et amusante. Dès sa façade extérieure, l’endroit retient l’attention avec son architecture particulière, où les fenêtres rappellent les touches noires d’un piano.

En plus de prendre la forme d’un temple de la renommée, ce musée retrace l’histoire de la musique country en mettant également en relief son influence dans plusieurs autres genres musicaux, en passant du swing à la musique contemporaine. À l’intérieur, l’exposition permanente « Sing Me Back Home: Folk Roots to the Present », retrace l’histoire de la musique country depuis les origines du folk jusqu’à nos jours, en mettant en vedettes des artistes tels que Johnny Cash, Dolly Parton, Taylor Swift et Keith Urban (et son chandail des Nordiques de Québec… Oui, oui, vraiment!). Plusieurs expositions temporaires permettent aussi de visionner des extraits de films, d’écouter des enregistrements de musique country et d’admirer  des costumes de scène et des instruments de musique.

Un autre aspect intéressant de ce musée est que certaines activités sont spécialement conçues pour les familles. Par exemple, on peut s’y procurer un cahier d’activités pour les enfants, qui aide à maintenir leur intérêt tout au long de la visite.  Le Taylor Swift Education Center offre aussi un espace d’apprentissage stimulant pour les jeunes en leur proposant des activités interactives. 

Nashville_Music_Hall_of_Fame1

4- Pour les petits artistes : Frist Center for the Visual Arts

Encore une fois, c’est par hasard que j’ai découvert le Frist Center for the Visual Arts. C’est un chauffeur de taxi qui m’a parlé de cette galerie d’art en passant devant le magnifique bâtiment Art déco qui l’abrite.

Je ne sais pas trop ce que c’est, mais c’est gratuit pour les enfants et plusieurs familles y vont…

L’entrée de la galerie est magnifique, avec de grandes fleurs colorées pour accueillir les visiteurs. Il n’en fallait pas plus pour que je ressente le besoin de découvrir cet endroit. J’y suis retournée dès le lendemain, ne sachant pas trop à quoi m’attendre. Au premier étage, j’ai visité l’exposition : « Treasures from the House of Alba. 500 Years of Art and Collecting « . Les oeuvres étaient magnifiques, mais je me demandais ce qui attirait tellement d’enfants en ce lieu. Ma fille était plutôt impatiente lorsque je demeurais immobile, à lire les informations associées à chacune des peintures. Et aucun autre enfant ne visitait la galerie… J’irais même jusqu’à dire que ma seule présence faisait diminuer considérablement la moyenne d’âge des visiteurs (sans parler de la présence de ma fille!). 

Au moment de quitter les lieux, j’ai compris que l’intérêt familial du Frist résidait surtout dans le Martin ArtQuest, un espace destiné aux enfants à l’étage. Nous aurions pu y passer une journée entière tellement cet endroit propose de nombreuses façon de créer de l’art : peintures, croquis, gravures, sculptures, livres et jeux créatifs. Un endroit extraordinaire et gratuit pour les enfants!

Un autre endroit fort sympathique pour les petits artistes est le Hatch Show Print, situé tout près du Country Music Hall of Fame & Museum. Fondée au XIXe siècle, cette imprimerie continue de produire des posters de façon traditionnelle, défiant ainsi l’ère numérique actuelle. En plus d’une petite boutique adjacente à son atelier, Hatch propose une visite guidée de l’imprimerie et la possibilité de s’initier aux techniques associées à l’impression typographique, en assistant aux différentes étapes de conception des affiches. La visite permet aussi de porter un regard historique sur cette entreprise, en mettant de l’avant le succès de la famille fondatrice dans la production de posters commandés par des artistes de renom, tels qu’Elvis Presley, Johnny Cash et Louis Armstrong. À la fin de la visite, chaque participant peut créer son propre poster et le conserver en souvenir.    

IMG_2784

5- Pour les passionnés d’histoire : Nashville Parthenon

La ville de Las Vegas n’a pas le monopole des répliques architecturales et on le découvre rapidement en visitant le Nashville Parthenon. Construit en 1897 pour l’Exposition internationale du centenaire du Tennessee, il s’agit d’une réplique grandeur nature du Parthénon d’Athènes. À l’époque, plusieurs répliques de bâtiments anciens avaient été construites, mais le Parthénon était la pièce centrale de l’exposition et la seule à avoir été reproduite à l’échelle. Alors qu’il devait constituer une structure temporaire, le Parthénon fut si populaire que les habitants de Nashville s’opposèrent à sa démolition. Il fut reconstruit en béton à partir des années 1920.

À l’intérieur de cette curiosité architecturale, un petit musée permet aujourd’hui de revenir sur l’histoire du Tennessee et une galerie d’art expose des oeuvres de peintres américains du XIXe et du XXe siècles. Lors de notre visite, une exposition temporaire permettait d’admirer les oeuvres de Katherine Ace, inspirées des contes de Grimm. On y retrouvait ainsi plusieurs personnages de contes que les enfants adorent, notamment Hansel et Gretel. À l’étage, une statue de la déesse grecque Athéna, réalisée en 1990 par le sculpteur américain Alan LeQuire, trône fièrement. Construite en plâtre et en fibre de verre, cette statue est recouverte par huit kilos de feuilles d’or. Du haut de ses 13 mètres,  cette statue est plutôt imposante. C’est devant elle que ma fille a appris à dire « Oh wow! ». 

Visiter le Nashville Parthenon, c’est aussi l’occasion de profiter des installations offertes par le Centennial Park. Ce parc offre de beaux espaces verts pour pique-niquer, des aires de jeux, ainsi qu’un petit lac où les enfants peuvent nourrir des canards. Malheureusement pour nous, il pleuvait énormément lors de notre visite et nous n’avons pas eu la chance de profiter des attractions extérieures.

Nashville_Parthenon

Bref, comme vous pouvez le constater à la lumière de ce billet, Nashville offre des activités variées à expérimenter en famille. Mais au-delà de ces activités plus structurées, c’est une ville vibrante, dans laquelle il est agréable de flâner avec des enfants. Le centre ville est animé et regorge de restaurants et de petites boutiques intéressantes pour trouver des souvenirs ou acheter des bonbons, au son de musiques variées.

Une Saint-Valentin improvisée à Nashville

Saint-valentin

Il y a des journées qui défient la planification et qui s’imposent à nous… Ce fut le cas le 14 février dernier, alors que nous avions prévu passer la soirée de la Saint-Valentin en amoureux. Après notre arrivée mouvementée à Nashville, nous avons rapidement pris nos marques dans cette ville qui nous a positivement surpris. Nos attentes n’étaient pas élevées et nous avions prévu peu d’activités à faire sur place… C’est peut-être le secret d’un séjour heureux d’ailleurs? Entre nos obligations professionnelles respectives et notre fillette de 16 mois qui récupérait tranquillement des péripéties du trajet et du décalage horaire, nous déambulions dans les différentes artères de la ville sans but précis… Sauf ce fameux soir de février, où nous avions décidé de nous réserver un moment en amoureux.

Fêter la Saint-Valentin est loin d’être une religion pour nous. Quand nous sommes chez nous, au Québec, nous évitons généralement de passer cette soirée dans les restaurants bondés, préférant le calme et le confort de notre maison. Une fois les trois enfants couchés, nous nous installons devant un feu de foyer, en ouvrant une bonne bouteille de vin et en nous régalant de plats que nous avons nous-mêmes cuisinés. Nous profitons de la présence de l’autre en toute simplicité. Pour une raison que j’ignore, mes standards pour cette soirée changent lorsque je suis en voyage. J’ai alors envie de vivre une soirée différente, qui restera marquée dans nos mémoires de façon spéciale. Or, ces soirées ne se passent pas nécessairement comme prévues. Ce fut le cas, par exemple, lors de notre séjour à San Diego, alors que nous avions l’intention de célébrer la fête des amoureux au bord de la mer… Mais que nous sommes plutôt restés coincés dans une petite chambre d’hôtel à Québec, avec vue sur le stationnement enneigé… Petite déception!

Cette fois, mes attentes me semblaient réalistes et réalisables. Mon mari avait aperçu un petit restaurant à l’ambiance romantique sur la rue Broadway. Nous y sommes allés tôt, pour éviter que notre fille se couche à une heure trop tardive. On se disait, du même coup, que le restaurant serait certainement moins bondé. Nous avons donc quitté notre magnifique chambre d’hôtel pour prendre la direction du restaurant en question.

Premier constat : Il pleut.

Pas grave, c’est romantique de marcher sous la pluie. J’aime bien en fait, surtout lorsque la distance à parcourir n’est pas trop grande.

Deuxième constat : Notre fille perd encore sa suce dans la rue.

Voilà qui est plus embêtant, surtout qu’elle est fatiguée et que nous en avons déjà perdu quatre ou cinq depuis le début du voyage. À croire que notre fille avait en tête de semer des suces sur son passage afin de retrouver son chemin, à l’instar du Petit Poucet. Nous restons zens, elle est super heureuse de se balader avec nous. Tout est sous contrôle.

Troisième constat : Le restaurant convoité est plein et le temps estimé pour avoir une table est d’une heure au minimum. Prévisible, n’est-pas?

Dommage, l’endroit semblait parfait. Nous devons rapidement trouver une solution de rechange, puisque la pluie s’intensifie et la puce devient de plus en plus irritable.

Quatrième constat : Les autres restaurants que l’on croise n’ont pas de chaise haute et ne sont pas vraiment kids friendly. Je sais, on peut faire sans chaise haute, nous l’avons d’ailleurs souvent expérimenté, mais je sens que c’est nécessaire ce soir-là.

Nous échouons finalement dans un drôle d’endroit, qui se situe à mi-chemin entre un pub et une cantine, où un groupe de country diffuse une musique tonitruante. Nous choisissons la table la plus éloignée du band pour nous installer… avec une chaise haute (Joie!). Nous sommes loin de l’ambiance recherchée initialement : couverts en plastique, bouteille de ketchup bien en vue, pas de serviette de table, des écrans géants qui diffusent du sport, une machine pour s’exercer à la boxe à un mètre et d’autres jeux plutôt bruyants. On se dit que le propriétaire a sûrement tout investi dans sa cuisine, mais on constate rapidement que ce n’est pas le cas. Le menu est surtout composé de snacks bien gras, avec des bières servies à la bouteille…

Et vous savez quoi? Nous avons passé une soirée extraordinaire. L’ambiance était très agréable et le personnel attentionné. À la table voisine, une dame a gagné une peluche à l’une des machines et a ensuite décidé de l’offrir à notre fille qui était ravie. Notre puce est tombée amoureuse du chanteur du band et elle a passé la soirée à danser avec un large sourire aux lèvres. Et malgré le bruit ambiant, nous avons eu l’occasion de discuter tranquillement et de partager de nombreux fous rires. Cette soirée restera définitivement ancrée dans nos mémoires. Nous sommes d’ailleurs retournés à ce restaurant avec plaisir quelques jours plus tard!

Au fond, l’amour se vit pleinement dans les choses simples, que ce soit à la maison ou en voyage. Le plus important, ce ne sont pas les lieux que nous visitons, mais les gens qui nous accompagnent dans nos nouvelles découvertes. Cette année, pour la Saint-Valentin, j’étais très bien accompagnée. Et vous? 

 

Nashville : nos premières impressions

Nashville(1)

Rien ne m’attirait particulièrement à Nashville. Comme tout le monde, j’avais déjà entendu parler de cette ville du Tennessee, qualifiée de « music city » ou de « berceau de la country music », mais je n’avais jamais ressenti le désir d’y mettre les pieds avant aujourd’hui. C’est une opportunité professionnelle que nous avons décidé de saisir, sans pour autant déborder d’enthousiasme.

Un congrès à Nashville? Et pourquoi pas! Ce sera l’occasion de découvrir un nouveau coin de pays qui ne figure pas dans nos intentions de voyages…

Pourquoi Nashville?

Pour comprendre cet enthousiasme mitigé, il faut savoir que le congrès en question se tient annuellement, pendant le mois de février, en alternance entre la Californie, la Floride et le Tennessee. Nous avions profité de l’occasion, en 2013, pour découvrir San Diego en amoureux et savourer un week-end de vacances sur l’île de Coronado.

1973847_10151990230586519_159530170_o
Petit souvenir de l’île de Coronado, où nous avons séjourné en 2013

 

L’an dernier, c’est la Floride en famille qui était au programme, mais mon conjoint y est finalement allé seul en raison de la naissance prématurée de notre petite dernière et de mes craintes, dans les mois qui ont suivi, de voyager avec elle à l’étranger. Donc, cette année, je me suis dit intérieurement :

Pas de chance, c’est le tour du Tennessee!…

Soyons honnêtes, le climat du Tennessee est beaucoup moins attirant que celui de la Californie ou de la Floride pour des Québécois en manque de chaleur. On oublie le bikini et on prévoit plusieurs couches de vêtements, car même si on gagne quelques degrés, l’humidité est ici hallucinante. Si on laisse de côté le climat, la deuxième question qui se pose est : « Que faire à Nashville quand on est pas un grand fan de musique country? ». J’ai essayé de me renseigner sur le sujet, en posant la question sur la Page Facebook et les comptes Twitter et Instagram du blogue. Résultat : Silence radio. La plupart des abonnés m’ont souhaité « bon voyage! », mais personne n’avait une expérience à me partager sur cette destination (ce qui est plutôt rare!). Pire, impossible de trouver un guide de voyage digne de ce nom dans les librairies où j’ai l’habitude de dénicher le nécessaire pour planifier nos aventures à l’étranger. Tant pis. Nous sommes partis sans véritablement connaître le potentiel touristique de cette destination, avec des attentes peu élevées concernant notre séjour.

En route vers Nashville…

On pourrait croire que se rendre à Nashville à partir du Québec est une bagatelle… Et pourtant, ce n’est pas le cas. Après 200 kilomètres de route pour rejoindre l’aéroport de Québec, nous avons pris un premier vol en direction de New York. Une fois à New York, nous avons enchaîné avec un vol pour Atlanta, pour finalement arriver à notre destination finale : Nashville. Notre cocotte de 16 mois n’a pas fermé l’œil du voyage, multipliant les contorsions physiques pour faire des « coucou » aux nombreux passagers. Lors de chaque escale, elle a arpenté la salle d’embarquement de long en large, heureuse de nous regarder courir derrière elle. C’est au moment d’atterrir à Nashville qu’elle s’est endormie (elle a le sens du timing cette petite!).

Nashville1
À l’aéroport d’Atlanta, que notre fille a arpenté en long et en large avant notre dernier vol pour Nashville…

 

Notre arrivée à Nashville…

Trop contents d’être arrivés à destination, nous avons récupéré nos bagages rapidement pour nous diriger vers un taxi.

Le préposé au taxi : Vous avez un siège d’auto pour votre bébé?

Nous : Non. Nous en avons besoin même dans le taxi? [petite voix intérieure : Zut, voilà qu’il faut acheter un siège d’auto pour nous rendre à l’hôtel…]

Le préposé au taxi : Non, pas en ville. Vous pouvez circuler en taxi sans siège de bébé [le gars est hilare, comme si c’était l’évidence même]. Mais pour quitter l’aéroport, c’est nécessaire [il reprend son sérieux, l’air solennel].

Bon… On vient de sortir de trois vols où nous n’avons reçu aucune consigne de sécurité pour notre bébé en cas de turbulence, mais le siège d’auto est indispensable pour quitter l’aéroport. Mais seulement le quitter, après il n’y a aucun problème pour s’en passer… Normal quoi! On ne se formalise pas de ce manque de congruence. Il fait froid et le gentil préposé nous propose de nous mettre sous la lampe chauffante le temps de trouver un siège pour notre fille qui, de son côté, commence à crier haut et fort qu’elle n’a pas eu sa dose de sommeil de la journée. On nous trouve rapidement une voiture bien équipée dans laquelle nous entrons précipitamment. Fort sympathique, le chauffeur est originaire de Milan. Nous parlons avec lui de notre séjour dans sa ville natale que nous avons adorée, pour ensuite lui demander ce qu’il y a à faire à Nashville.

Le chauffeur de taxi : Vous aimez la musique country?

Nous : Pas vraiment [un peu gênés de faire cet aveu en mettant les pieds à Nashville].

Le chauffeur de taxi : Moi non plus. À vrai dire, il n’y a pas énormément de choses à faire si vous n’aimez pas le country. Allez au musée et promenez-vous dans le centre-ville.

Voilà qui me confirme mon sentiment de départ : il n’y aura pas beaucoup de choses à faire dans cette ville…

Juste au moment où le taxi s’est arrêté devant notre hôtel, notre fille, qui avait été étrangement sage et silencieuse pendant le trajet, a commencé à vomir le contenu entier de son estomac à grands jets dans toutes les directions. C’est bien honteux que nous avons quitté le chauffeur de taxi, en lui donnant en pourboire tout l’argent liquide que nous avions sur nous en devise américaine… Pour finalement pénétrer dans le luxueux hall d’entrée de l’Omni Nashville Hotel, couverts de vomi. Avec notre fille qui hurlait, nous pouvions difficilement passer incognito… Même sans elle, nous n’étions pas vraiment au diapason avec ce lieu, où le brushing bouffant des dames s’harmonisait parfaitement aux chapeaux de cow-boy des messieurs…

Mais qu’est-ce qu’on fait ici?…

48 heures plus tard…

Après une bonne nuit de sommeil réparateur, nous sommes partis à la découverte de Nashville, une ville que nous avons pris plaisir à explorer au cours des dernières 48 heures… Moi qui croyais que la musique country se résumait à Dolly Parton et à Elvis sur le déclin, j’ai bien dû me rendre à l’évidence :

Je ne connais rien à cette musique, alors pas étonnant que je ne l’aime pas!

J’ai eu l’occasion de parfaire mes connaissances sur le sujet depuis mon arrivée à Nashville. Ma fille adore dormir dans les musées, alors nous avons décidé de les visiter tranquillement, sans nous presser. Après avoir visité le Country Music Hall of Fame et le Johnny Cash Museum, je dois dire que mon regard sur la country musique a complètement changé. J’y reviendrai d’ailleurs dans un prochain billet…

Nashville2
Quelques guitares du Country Music Hall of Fame, qui en possède une collection impressionnante

Mais le plus important, à Nashville, c’est l’ambiance et l’énergie que la ville dégage. Les gens sont gentils et accueillants et la musique est omniprésente peu importe le lieu, que ce soit dans la rue ou dans les pubs qui jalonnent Broadway Street. Ici, la musique n’a pas d’âge, de classe sociale ou de sexe. Enfants, hommes, femmes et aînés se rassemblent dans les mêmes lieux pour vivre leur amour du country tous ensemble. À Nashville, la musique est accessible à tous. Et, à mes yeux, ce simple constat justifie amplement de s’y attarder, que l’on soit ou non amateur de country musique.