Brisbane, notre pire souvenir de l’Australie (un mois en Australie, Jours 5 & 6)

Séjour en Australie, Jours 5 & 6


En voyage comme dans la vie quotidienne, certaines journées sont à oublier très vite…  Il y a quelques mois, je vous ai parlé des mésaventures qui se cachaient derrière les photos idylliques de notre dernier voyage en EuropeParce que les voyages ne sont pas uniquement une somme de moments parfaits, je vous partage aujourd’hui notre pire souvenir de l’Australie : nos deux journées passées à Brisbane.

Une attente interminable…

Tout a débuté à Sydney, très tôt le matin, alors que nous avions pris un vol intérieur vers Brisbane, point de départ de notre périple sur la côte est australienne. Une fois arrivés, un taxi nous a conduits à la compagnie de location, où un camping-car devait nous attendre. Les bureaux étaient encore fermés et  une quinzaine de familles attendaient déjà devant nous. Je me disais intérieurement que tout serait très rapide puisque nous avions réglé la location via Internet avant notre départ de Dubaï. J’étais zen. Une trentaine de minutes plus tard, nous étions à l’intérieur et nos fistons jouaient dans la petite salle de jeux aménagée pour les enfants. Je trouvais que c’était drôlement bien organisé et je me félicitais d’avoir choisi cette compagnie de location.

Une heure a passé… Puis deux, trois… Et quatre! J’étais définitivement moins zen, pour ne pas dire carrément énervée. L’heure du lunch est arrivée et rien n’indiquait que ce serait bientôt notre tour de recevoir la petite formation obligatoire avant de nous lancer sur les routes en camping-car. Les enfants avaient fait le tour des quelques jouets disponibles dans la salle de jeux (qui me semblait alors beaucoup moins géniale qu’à mon arrivée) et leurs plaintes étaient de plus en plus difficiles à ignorer : « J’ai faim », « J’ai soif », « J’ai envie de pipi », « Je veux partir d’ici », « Je m’ennuie », « J’ai mal au ventre », « mon frère m’a regardé / touché / pincé »…  Bref, vous voyez le genre? Après six heures d’attente, alors que nos provisions de biscuits et de lait étaient terminées et que mon fils cadet avait vomi sur ses derniers vêtements de rechange, nous avons enfin quitté les lieux.

Une parenthèse de moments heureux

C’est avec bonheur que nous avons déposé nos valises dans notre  véhicule. Notre fils aîné a choisi son lit et y a installé ses jouets et ses peluches afin de recréer l’atmosphère de sa chambre. Nous avions prévu plusieurs activités afin de découvrir Brisbane, dont une visite du Lone Pine Koala Sanctuary et une balade à pied pour découvrir le centre-ville, mais nous avons évidemment été contraints de revoir à la baisse nos objectifs de la journée. Décidés à profiter au maximum des quelques heures dont nous disposions afin d’explorer la ville, nous sommes partis en direction de South Bank Parklands, un ensemble de jardins et d’espaces verts situés sur la rive sud du fleuve. Réalisé peu après l’exposition universelle de 1988, il s’étend sur 17 hectares et comprend différents restaurants, des cafés et des boutiques. Nous y avons pris un lunch tardif près d’une aire de jeux pour enfants. Nous relaxions enfin en regardant les enfants s’amuser, pendant que plusieurs ibis tentaient de venir voler nos frites. Il faisait beau et nous étions heureux d’être là, déjà prêts à rire de nos mésaventures de la journée. Nous n’étions pas au bout de nos peines, mais nous ne le savions pas encore…

Brisbane6
South Bank Parklands
Brisbane5
Les enfants jouent au parc pendant que les ibis tentent de voler nos frites

Après une brève balade sur Streets Beach, une plage entourant un lagon artificiel qui attire les visiteurs les jours de beau temps, nous avons fait un tour dans la Wheel of Brisbane, une grande roue de 60 mètres de haut, permettant une vue panoramique sur le centre-ville.

Une fin de journée déroutante

Nous avions initialement prévu de partir tôt le lendemain matin afin de nous rendre sur la Gold Coast, où nous souhaitions visiter le parc d’attractions Dreamworld avec les enfants. Fatigués de notre grande journée, nous avons donc décidé de faire quelques courses avant de nous installer à notre camping pour la nuit. Alors que nous cherchions à nous garer près d’une épicerie, mon mari a mal calculé la hauteur de notre camping-car et nous sommes entrés en collision avec la structure en acier d’un stationnement couvert. Oups… Nous avons immédiatement pris contact avec la compagnie de location que nous avions quittée seulement quelques heures plus tôt.

Mon mari : « Nous avons eu un accident avec votre véhicule dans un stationnement ».

La compagnie de location : « Pas de problème. Continuez votre périple et nous pourrons évaluer l’ampleur des dommages à votre retour ».

Mon mari : « Je crois que ce ne sera pas possible, car le toit est complètement défoncé »…

La compagnie de location : « Venez immédiatement, nous fermons dans 20 minutes ».

En route, nous tentions de nous rappeler quelle option nous avions finalement choisie pour les assurances du véhicule, tout en rassurant les enfants qui étaient un peu ébranlés par l’accident. Mon fils aîné a fondu en larmes, car le plafond défoncé était celui de « sa chambre » (il a le sens de la propriété bien développé!)… Arrivés au bureau de location, le directeur nous attendait. Après vérification, nous avions pris une couverture totale pour le camping-car, nous n’avions donc rien à débourser (Ouf! La facture aurait probablement été salée!). Là, c’est le moment où j’ai été vraiment contente de ne pas avoir piqué de crise lors de l’attente de six heures un peu plus tôt, ce qui aurait probablement rendu le directeur moins patient et courtois devant notre mésaventure. Aucun véhicule de rechange n’était disponible avant le lendemain, mais le gentil directeur nous a tout de même prêté un camping-car pour la nuit.

Le jour de la marmotte…

Vous devinez ce que nous avons fait le lendemain? Nous avons passé la journée à attendre le deuxième camping-car plutôt que de nous amuser dans les manèges du Dreamworld… Une fois installés dans le véhicule, prêts à nous rendre à Byron Bay, mon fils aîné a déclaré d’un air solennel :

« J’espère que vous n’allez pas briser ma nouvelle chambre! »

Impossible de ne pas éclater de rire.

Brisbane7
Prêts pour de nouvelles aventures!

 

2 réflexions sur “Brisbane, notre pire souvenir de l’Australie (un mois en Australie, Jours 5 & 6)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s